Les élections municipales de novembre prochain suscitent énormément d’intérêt à Joliette. Depuis plusieurs semaines, le chef du Parti Vision Joliette, Pierre-Luc Bellerose travaille d’arrache-pied afin de réunir des candidats et candidates qui rejoignent les idées et la vision de son parti. Rappelons que la semaine dernière, Claudia Bertinotti, l’actuelle conseillère du district #2 / Christ-Roi Est, s’est joint à l’équipe de Vision Joliette. Cette dernière est la sixième candidature de l’équipe Bellerose.

Aujourd’hui le 1er mars, le chef du parti Direction Citoyenne, Alexandre Martel annonce qu’il sera candidat dans le district centre-ville ouest, secteur qu’il représente depuis 2017, alors que Muriel Lafarge se joint à son équipe et présentera sa candidature dans le district centre-ville est, secteur actuellement représenté par Danielle Landreville au conseil municipal.

Muriel Lafarge (photo gracieuseté)

En entrevue avec le Lanauweb, Alexandre Martel n’a pas caché son enthousiasme.«Je suis très fier de pouvoir compter sur Muriel Lafarge. C’est une femme de conviction qui a à coeur de faire progresser la ville» a d’abord mentionné M.Martel.

Quant à une possible coalition avec le parti Vision Joliette en vue des prochaines élections, le chef du parti Direction Citoyenne a mentionné que les deux partis étaient toujours en discussions mais que les choses avancent bien.

Alexandre Martel croit lui aussi que la ville a un grand potentiel et qu’il doit être mis de l’avant,«Je propose trois grands sujets que je développerai. Une vision commune du Grand Joliette, la gouvernance démocratique et la communauté résiliente. Je crois sincèrement que la ville peut tellement se développer davantage, mais pour ça, on doit tendre la main, travailler en partenariat, ce qui ne se fait pas malheureusement présentement.

Quant à une possible candidature à la mairie, le chef de Direction Citoyenne avoue y avoir songé. «J’ai réfléchi sérieusement à la possibilité de me présenter à la mairie, mais ayant deux enfants de 9 et 11 ans et sachant que le travail de maire demande beaucoup de sacrifices, j’ai renoncé. » a expliqué Alexandre Martel.

Sur ce qu’il retient de son premier mandat à la table du conseil, Martel résume ceci.«La Ville a le pouvoir et les ressources pour se développer beaucoup plus. On se doit de consulter, tendre la main à la population et se poser les questions sur ce que l’on veut pour notre ville. Présentement on est sur le pilote automatique, sans grand projet à l’horizon» a conclu Alexandre Martel.