La députée provinciale de Joliette, Véronique Hivon, a présenté son bilan de la dernière session parlementaire, le 30 juin.

« En 11 ans et demi de vie politique, je ne me suis jamais sentie autant utile et aussi proche des citoyens. Avec la crise du COVID-19, j’ai senti l’importance du rôle de député », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse virtuelle.

Mme Hivon avoue que les dernières semaines ont été extrêmement enrichissantes pour elle. « J’étais connectée à la réalité des gens. De pouvoir les aider avec toute de sorte de problèmes. Cette crise-là a eu des ramifications partout que ce soit au niveau du personnel, des travailleurs,  des entreprises, des organismes, etc», a-t-elle ajouté.

Depuis la mi-mars, les demandes ont explosé au bureau du comté de Joliette que ce soit par téléphone, par courriel ou par Facebook.

« C’est incroyable ce que notre équipe a vécu. Nous avons même reçu un message Facebook un vendredi soir à 23h30 d’un homme qui venait d’apprendre qu’il était en fin de vie, il avait un diagnostic de décès imminent. Sa femme et leur enfant voulaient pouvoir le voir et l’accompagner dans ses derniers jours de vie, puisque les visites étaient interdites. Les heures suivantes ont été très intenses. On a réussi à faire en sorte que sa femme puisse aller le voir », a-t-elle précisé.

Il y a eu plusieurs demandes de soutien aux organismes du comté ainsi que plusieurs demandes d’informations diverses en lien avec la crise.

Véronique Hivon a été impressionnée par la solidarité des gens. « Il y a plein de gens qui en aidaient d’autres. L’annexe à Rolland a levé pour aider à mettre en place un dortoir pour venir en aide à des personnes en situation d’itinérance », a-t-elle expliqué.

Celle qui est porte-parole en matière d’éducation, de la famille, de justice, des relations Québec-Canada, d’accès à l’information et des soins en fin de vie, s’est mise en mode proposition pour être constructive, durant la crise, en faisant plusieurs propositions que ce soit à la Direction de la Santé Publique, la DPJ, en plus d’aider la Chambre de Commerce de mettre sur pied un site web sur l’achat local. « On a réussi à faire bouger les choses autant localement que sur le plan provincial », a souligné fièrement la députée.

Elle a aussi déploré l’improvisation du gouvernement Legault en matière d’éducation .Elle souhaite, qu’en cas de deuxième vague. Le Québec sera mieux préparé notamment en évitant qu’il n’y ait plus de mouvement de personnel d’un établissement à un autre.

« Beaucoup d’entreprises locales se sont réinventées durant la crise. Il faut soutenir cette transition-là », a-t-elle conclu.