Du 22 au 26 octobre, les étudiants du Cégep à Joliette eurent la possibilité d’assister à de nombreuses activités dans le cadre de la Semaine des sciences humaines portant sur le thème du sport.

Cette série d’activités était ouverte au public et avait pour objectif de démystifier les disciplines associées aux sciences humaines. « Plusieurs personnes se sont déplacées pour assister à nos événements et cela a donné lieu à de beaux échanges » se réjouit d’ailleurs Stéphanie Poirier, enseignante en histoire. 

Cégep, Joliette,  sciences humaines

Photo courtoisie

La semaine s’est amorcée de façon fulgurante avec la conférence de M. Nicolas Roulx, l’un des 6 participants de l’expédition AKOR qui a traversé en canot la région la plus nordique du Québec : les Monts-Torngat. Ayant fait la rencontre d’ours polaires et parcouru un total de 1600 km, M. Roulx a captivé l’auditoire avec un récit hors du commun alliant les diverses disciplines des sciences humaines.

Près de 130 étudiants et membres de la communauté étaient réunis à la salle Calimarose pour l’entendre parler de cette grande aventure.  

Les activités se succédèrent tout au long de la semaine. Par exemple, le sociologue Nicolas Moreau s’est intéressé aux liens entre le sport et la politique et à la signification du sport dans notre société. Une discussion publique avec le journaliste Robert Frosi a également permis d’aborder les enjeux du dopage, de la violence et du journalisme sportif.

Cégep, Joliette,  sciences humainesPhoto courtoisie

Pour Robert Frosi, le sport est à l’image de nos sociétés contemporaines, il ne faut donc pas se surprendre que la compétitivité y soit aussi présente. La conférence de Marion Beaulieu portant sur l’histoire des femmes et du cyclisme, a démontré qu’en s’intéressant à l’histoire du vélo, nous pouvions saisir les grands jalons de l’histoire du Québec, les inégalités entre les sexes et les classes sociales.

Le documentaire « Arile et Matanda » présenté dans le cadre de Cinéma Politica, racontait l’histoire de deux marathoniens ayant participé au programme du Kenya permettant de troquer une arme contre un programme d’entraînement à l’athlétisme. Une exposition d’affiches et d’extraits vidéos à la bibliothèque a également attiré les curieux. Enfin, la semaine fut l’occasion d’inaugurer le nouveau local des étudiants en sciences humaines, un endroit où ces derniers peuvent se retrouver pour discuter et travailler. 

Ces activités permirent de constater que bien qu’il soit partout, le sport gagne à être analysé avec l’apport des sciences humaines. Considérant le succès de la semaine qui permit aux étudiants de constater l’application concrète des sciences humaines, les enseignants pensent déjà à la prochaine édition qui aura lieu à l’automne prochain.