Un prairiquois de 30 ans, soupçonné d’avoir commis un vol qualifié et d’être à l’origine d’un important déploiement policier à Joliette, se retrouve à nouveau  dans l’eau chaude.

Vincent Lalonde a brièvement comparu vendredi après-midi, le 23 octobre, au palais de justice de Joliette, pour faire face à huit nouvelles accusations soit de proxénétisme, d’avoir proféré une menace de mort, de voie de fait en étranglant, en étouffant ou en suffoquant, d’avoir résisté à un agent de la paix, de menace de mort ou de causer des lésions à deux policiers, de voie de fait sur deux policiers, d’avoir pris un véhicule à moteur sans la permission de son propriétaire et de bris de condition.

Toutes les infractions auraient été commises dans les heures précédentes à Notre-Dame-des-Prairies. La Couronne s’est objectée à la remise en liberté de Lalonde. Ce dernier doit revenir en cour aujourd’hui (26 octobre) pour son enquête sous cautionnement.

Déjà en attente de procès dans quatre autres dossiers

Au moment des nouvelles infractions, Vincent Lalonde était en attente de procès dans quatre dossiers distincts.

Il aurait tout d’abord commis un vol qualifié en fin de soirée, le 26 novembre 2019, dans une station-service de la rue Saint-Charles-Borromée nord à Joliette. Le suspect était à bord d’un VUS volé quelques heures auparavant à Sainte-Julienne. De plus, les policiers ont constaté que l’individu arrêté conduisait en ayant sa capacité de conduire affaiblie par la drogue et était en possession de stupéfiants.

Il avait été accusé de deux chefs de recel de moins de 5000$ d’un véhicule, deux vols de véhicule, vol qualifié, conduite avec capacité affaiblie, possession simple de cocaïne, entrave à un agent de la paix ainsi que de possession et d’utilisation d’une carte de crédit sachant qu’elle avait été obtenue, fabriquée ou falsifiée par suite à la commission d’une infraction.

Dans ce dossier, il avait été remis en liberté sous plusieurs conditions après avoir également subi une évaluation psychiatrique sur sa responsabilité criminelle.

Puis, le 19 juin dernier, Lalonde aurait causé tout un émoi en se barricadant dans un logement de la rue Garneau après une altercation avec une voisine.

Ce n’est que plusieurs heures plus tard, en début de nuit, que le groupe d’intervention tactique de la SQ avait procédé à l’arrestation du suspect. Vincent Lalonde avait été conduit au CHDL. Il avait été accusé de voie de fait simple et deux chefs de bris de condition. Il avait obtenu une nouvelle remise en liberté sous de nombreuses conditions.

Il fait enfin face à des accusations d’avoir refusé d’avoir obtempéré à un ordre, de conduite avec la capacités affaiblies sous l’effet d’une drogue, de possession simple de cocaïne, de fraude de moins de 5000$, de possession d’un chèque de moins de 5000$ sachant que cette chose avait été commise lors d’une infraction et d’avoir fait un document contrefait.

Ces infractions auraient été commises le 10 octobre 2019 à Saint-Jacques (capacité affaiblie) et à Joliette, le 27 octobre 2019 (fraude).