Soupçonné d’avoir commis plusieurs infractions de nature sexuelle, un ex-enseignant de la Commission Scolaire des Samares a été remis en liberté pour une deuxième fois en quelques mois.

Au terme de son enquête caution qui a eu lieu le 8 mai dernier, au palais de justice de Joliette, le juge Claude Lachapelle a ordonné la remise en liberté de Marc-Olivier Perreault, âgé de 28 ans, de Saint-Charles-Borromée.

Ce dernier devra par contre déposer un montant de 1000$ avec dépôt alors qu’un proche de sa famille devra s’engager pour une somme de 500$ sans dépôt. L’accusé devra respecter de nombreuses conditions soit notamment demeurer 24 heures sur 24 à Sainte-Julienne sauf pour urgence médicale, pour son travail ou pour suivre une thérapie.

Il lui sera aussi interdit d’être en présence d’enfants mineurs, ni d’avoir accès à un ordinateur, y compris un téléphone cellulaire.

Marc-Olivier Perreault fait face à une vingtaine de chefs d’accusation soit de contacts sexuels, d’agression sexuelle, possession et distribution de pornographie juvénile.

Une première série d’événements auraient eu lieu entre le 1er juin et 1er septembre 2010.  La deuxième série d’événements se seraient déroulés entre septembre 2019 et février dernier. Il avait été arrêté une première fois le 13 février dernier.

Marc-Olivier Perreault était un enseignant de la Commission Scolaire des Samares. « Aussitôt sa mise en accusation, en février dernier, Il a été démis de ses fonctions», avait déclaré par courriel, Sébastien Poisson L’Espérance, conseiller en communication à la CSS.

Puisque plusieurs victimes ont été identifiées, la structure de gestion des enquêtes sur les crimes en série (GECS), coordonnée par la Sûreté du Québec, a été déployée. Il s’agit d’une structure de commandement unifié au sein de laquelle les services de police québécois travaillent en partenariat afin d’identifier rapidement les crimes commis par des prédateurs et de procéder à leur arrestation. Cette coordination provinciale permet donc une mise en commun des ressources policières et vise à mieux protéger les victimes.

Toute personne qui aurait de l’information sur Marc-Olivier Perreault ou concernant ses agissements peut, en tout temps, la transmettre de façon confidentielle à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1-800-659-4264.

L’accusé reviendra en cour le 13 juillet pour la suite des procédures.