Un coup de théâtre est survenu au palais de justice de Joliette, le 15 septembre, dans le dossier de tentative de meurtre de Guillaume Genest.

Alors qu’il devait subir son procès en Cour du Québec, le Directeur des Poursuites Criminelles (DPCP) a annoncé n’avoir plus de preuve à offrir contre M. Genest, 45 ans, de Crabtree, ce qui signifie l’acquittement de l’accusé.

« Nous avons eu plusieurs conversations avec la plaignante depuis le début des procédures judiciaires. Son intention de s’impliquer a changé au fil des conversations », a expliqué au juge François Landry, Me Lydia Henry-Pelletier, de la Couronne.

La victime souhaite reprendre sa relation avec l’accusé et désire que ce dernier ne subisse aucune conséquence pour les gestes commis.

Me Henry-Pelletier ajoute que le DPCP et le CAVAC ont accompagné la dame jusqu’à la fin du processus.

La tentative de meurtre est survenu le 26 août 2020 dans le Village St-Pierre.

Ce jour-là, vers 17 h 30, un appel a été transmis aux policiers de la Sûreté du Québec, du poste de la MRC de Joliette, concernant une chicane et un homme en crise.

C’est un proche inquiet qui a communiqué avec les policiers. Guillaume Genest faisait face à des chefs de tentative de meurtre, voies de fait de fait grave, voie de fait en étranglant, menaces de mort, entrave au travail des policiers et méfait de moins de 5000$.

Au terme de sa comparution, il avait été remis en liberté sous plusieurs conditions dont de suivre une thérapie fermée et de ne pas communiquer directement ou indirectement avec la présumée victime.

Autre procès

Malgré son acquittement dans le dossier de tentative de meurtre, Guillaume Genest n’en a cependant pas fini avec la justice car il doit subir un autre procès pour de nouvelles infractions qui auraient commises au début de 2021.

Il a été de nouveau arrêté, le 2 janvier dernier. Vers 22h30, ce soir-là, les patrouilleurs de la SQ, ont été appelés pour une chicane entre deux hommes sur la 8e rue. On ignore la nature des blessures de la victime dans cette affaire.

Il fait face à quatre nouvelles accusations en lien avec cet évènement soit de voie de fait grave, voie de fait en étranglant, agression armée et bris de condition.