Les Prédateurs de Saint-Gabriel étaient sur la route, au cours du dernier-week-end, alors qu’ils rendaient visite à l’Éverest de la Côte-du-Sud (Montmagny) et aux Inouk de Granby.

La troupe de Samuel Fortier a porté à cinq sa série de défaites en s’inclinant 4-1 et 7-4.

À Granby, le 6 octobre, Saint-Gabriel a tenu le coup durant le coup durant 25 minutes, alors que les locaux ne menaient que par un but (2-1).

Mais les Inouk ont explosé pour trois buts sans réplique en période médiane pour ne jamais regarder en arrière par la suite.

Brandon Tracey (7e) a récolté un but et deux aides dans le revers, Loick Bégin (1er) William Gagnon (3e), et Victor Gaudreau (5e) ont aussi marqué pour les Prédateurs. La défaite est allée à Rémy Champoux qui a fait face à 47 lancers, alors que son vis-à-vis, Nicolas Gendron, a fait face à 33 tirs.

Défaite à Montmagny

La veille, le 5 octobre, les Prédateurs ont bien débuté leur rencontre contre l’Éverest de la Côte-du-Sud, alors que Victor Gaudreau a ouvert la marque à 9:42, durant une supériorité numérique, avec son quatrième de la saison. Alors qu’il ne restait que moins de deux minutes à faire à la première période, Dominic Cormier a créé l’égalité pour les locaux.

L’Éverest s’est assuré de la victoire avec trois buts au dernier tiers-temps soit ceux de Tristan Chagnon, Jean-Daniel Miville et Olivier Pouliot.

Malgré la défaite, Samuel Fournier a été extraordinaire devant le filet de Saint-Gabriel, en faisant face à un barrage de 58 lancers.

« Même si on a perdu les deux matchs, on a vu des choses positives ce week-end. Les gars ont compétitionné lors de ces deux rencontres.  On savait, en début de saison, qu’on avait une jeune équipe et qu’il y aurait des séquences difficiles. Il nous manquait aussi deux éléments importants soit Anthony Morin et Raphael Champoux », a commenté Samuel Fortier.

Cette semaine

Les Prédateurs disputeront deux rencontres cette semaine. Vendredi, le 11 octobre, ils recevront l’Éverest de la Côte-du-Sud, à l’aréna Famiprix, avant de se rendre à Princeville, deux jours plus tard dans l’après-midi.