La Commission Scolaire des Samares (CSS) et une vingtaine d’enseignants de l’école primaire Notre-Dame de Saint-Roch-de-l’Achigan se retrouvent devant les tribunaux, après que ces profs aient porté plainte pour des problèmes de santé liés à la mauvaise qualité de l’air.

Selon ce qu’a révélé le 98,5 FM, le 30 janvier, les enseignants ont porté leur litige devant la cour car la CSS ignore leur demande, depuis maintenant deux ans, d’effectuer des tests pour mesurer la qualité de l’air dans l’établissement.

Le 98,5 FM  a consulté des rapports indiquant que la CSS a réalisé des inspections visuelles et qu’il n’y avait pas de trace de moisissure.

Ces malaises des enseignants, qui ont débuté à l’automne 2016, vont des maux de gorge à des vomissements, en passant par de la fatigue anormale. Ceux-ci ont aussi été touchés par des bronchites, des conjonctivites et des rhumes à répétition.

En entrevue au 98,5 FM, le Dr Louis Jacques a déclaré qu’il est très probable que de nombreux élèves soient eux aussi malades pour les mêmes raisons.

Au cours de la dernière année, 11 enseignants ont été évalués au CHUM. Pour le Dr Jacques, c’est clair qu’il y a liens de cause à effets pour ces gens qui n’avaient pas d’antécédents médicaux de la sorte.

L’école primaire Notre-Dame de Saint-Roch-de-l’Achigan possède un important historique d’infiltration d’eau.

Par courriel au 98,5 FM, la CSS a indiqué que « Plusieurs démarches ont été réalisées en collaboration avec la CNESST. Le dossier étant maintenant judiciarisé, nous ne pouvons donner davantage d’information.»