En regard de la situation qui s’est déroulée au CLSC de Joliette vendredi dernier, la Direction du CISSS de Lanaudière souhaite faire la mise à jour de la situation.

Hier, dès que nous avons été informés de la situation, une enquête interne a été déclenchée et les deux employées concernées ont été suspendues sans solde. Aujourd’hui, les personnes concernées ont été rencontrées afin de recueillir leur témoignage. La Direction du CISSS confirme qu’elles ont été congédiées cet après-midi.

« Je rappelle à quel point les comportements discriminatoires, racistes et intimidants sont inacceptables. Ils doivent être dénoncés et condamnés. Toute personne qui fait appel aux soins et aux services offerts dans les installations du CISSS de Lanaudière a le droit de se sentir en confiance », a déclaré Mme Caroline Barbir, présidente-directrice générale par intérim du CISSS de Lanaudière.

« Les propos tenus par les deux employées congédiées témoignent d’un manquement au code de déontologie de la profession d’infirmière, au code d’éthique et aux valeurs de l’organisation. Le CISSS de Lanaudière a une politique de tolérance zéro envers les comportements racistes, discriminatoires et intimidants et je veux que ce message soit entendu clair et fort », a ajouté Mme Barbir.

« Nous continuerons de travailler en collaboration avec nos partenaires de la communauté atikamekw de Manawan pour veiller à ce que les mesures nécessaires à la sécurisation culturelle des communautés autochtones soient respectées afin de mener à un changement de culture », a conclu Mme Barbir.

Les détails relatifs à l’enquête interne demeurent confidentiels et cette mise à jour fait foi de déclaration officielle de l’organisation. C’est pourquoi aucune nouvelle entrevue spécifique à cette situation ne sera accordée.