Un quinquagénaire de Longueuil, connu des services policiers, se retrouve devant la justice après avoir pris la fuite à pied, alors qu’il était intoxiqué dans son véhicule.

L’incident est survenu sur l’heure du midi, le 15 janvier, à Sainte-Émélie-de-l’Énergie. Selon la Sûreté du Québec, un remorqueur aurait constaté qu’un véhicule s’était enlisé sous la neige sur la route Saint-Joseph (route 131).

« Le conducteur de la remorqueuse est allé à la rencontre du conducteur enlisé pour lui offrir de l’aide. Il a alors constaté que l’homme, qui était dans son véhicule, présentait des symptômes d’intoxication élevée à l’alcool», a expliqué la sergente Marie-Michèle Moore, porte-parole de la SQ.

Au moment où le remorqueur a communiqué avec le 911, le conducteur du véhicule a pris la fuite à pied avant d’être rapidement localisé et maîtrisé, un peu plus loin, par un policier, aussi sur la route Saint-Joseph.

En cours d’enquête, les policiers ont aussi découvert que le véhicule avait été rapporté volé la veille à Montréal. De plus, le conducteur aurait refusé de souffler dans l’éthylomètre.

Le suspect, âgé de 56 ans a été arrêté. Gilles Verville a comparu par téléphone en fin de journée et a passé le week-end en prison. Il a comparu par visioconférence, en après-midi, le 18 janvier, au palais de justice de Joliette, pour faire face à six chefs d’accusation soit conduite avec les facultés affaiblies, d’avoir refusé d’obtempérer à un agent de la paix, de conduite pendant interdiction, de vol de véhicule et deux bris de probation.

La Couronne s’est objectée à sa remise en liberté. Il reviendra en cour le 18 janvier pour son enquête sous caution pour la forme.

En plus des accusations criminelles, le suspect a aussi reçu trois constats d’infraction, totalisant plus de 1000$, soit pour avoir conduit un véhicule sans permis, d’avoir insulté un agent de la paix et d’avoir consommé de l’alcool sur une voix publique.