L’ouverture de la première session de la 44èmelégistature est fixée au 22 novembre prochain. Le député fédéral de Joliette, Gabriel Ste-Marie, se dit prêt à retourner à la Chambre des communes et à siéger. Depuis quelques semaines, le Bloc Québécois s’est d’ailleurs réuni à plusieurs reprises en caucus en virtuel et en présentiel pour faire le point sur les priorités et les dossiers importants.

L’un des dossiers qui préoccupent notamment le bloquiste est la pénurie de main- d’œuvre. Un grand nombre d’entrepreneurs de sa circonscription sont confrontés à cette pénurie et le député va continuer à interpeller le gouvernement pour mettre en place diverses solutions.

Par ailleurs, Andréanne Larouche, porte-parole du Bloc Québécois pour les Aînés, et Gabriel Ste-Marie, porte-parole en matière de Finances et du Conseil du trésor, ont à nouveau interpellé la ministre fédérale des Aînés et la ministre des Finances concernant l’injustice que vivent présentement des milliers d’aînés au Québec et au Canada.

Les deux porte-paroles du Bloc Québécois demandent une correction immédiate concernant le calcul du Supplément de revenu garanti (SRG). De nombreux retraités qui travaillaient quelques heures par semaine avant la pandémie ont reçu la Prestation canadienne d’urgence (PCU). Nombreux sont les aînés qui ont vu leur SRG être amputé depuis juillet puisque la PCU n’est pas considérée comme un revenu d’emploi.

« Nous croyons que le gouvernement fédéral devrait considérer les prestations de la PCU comme un revenu d’emploi ou de travail indépendant afin d’en minimiser l’impact sur la capacité des aînés à vivre dignement aujourd’hui », propose M. Ste- Marie. Les effets de la pandémie continuent de se faire sentir, et ce, notamment avec l’inflation et les prix. C’est également pourquoi le Bloc insiste sur le fait d’augmenter la pension de la Sécurité de la vieillesse pour tous les aînés afin de leur garantir un montant minimum mensuel suffisant.

Le Bloc demande au gouvernement de Justin Trudeau de se préoccuper de l’inflation. « On le sait, le prix des aliments est à la hausse. Pendant ce temps, le gouvernement libéral pénalise et appauvrit injustement des milliers de personnes ainées dont les prestations de SRG ont été réduites parce qu’ils ont légitimement eu recours à la PCU. Il faut agir rapidement et corriger cette injustice. », appuie-t- il.

Cinq priorités à court terme

En vue de la reprise des travaux parlementaires, le chef du Bloc Québécois, Yves- François Blanchet, a rappelé les priorités sur lesquelles s’attarder. Parmi celles-ci, il est question de la lutte aux changements climatiques, le financement des soins de santé, le poids politique du Québec à Ottawa, la langue française et l’abolition des deux classes d’aînés créées par une hausse inique de la pension de vieillesse.

« On commence à sortir de la pandémie. Il faut s’assurer que la relance se passe bien. L’enjeu de notre époque ce sont certainement les changements climatiques. Avec la finance verte, je pense que le Bloc a la meilleure proposition. », précise Gabriel Ste-Marie.

Le Bloc Québécois compte défendre la hausse sans condition des soins de santé, l’environnement, réitérant qu’aucune solution n’est possible sans plafonner, ni réduire la production de pétrole au Canada, maintenir sans compromis le poids politique de la nation québécoise au Parlement canadien et protéger la seule langue officielle et commune de la nation québécoise, le français.

« Je suis plus que motivé à retourner à Ottawa pour tenir mes engagements faits dans ma circonscription, mais aussi faire valoir les intérêts des Québécois. Nous avons déjà commencé à travailler en équipe. Tout se passe bien et mes collègues sont fébriles de représenter les gens de leurs circonscriptions et être une voix forte pour le Québec. », termine le député fédéral de Joliette.