L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) interpelle le gouvernement pour qu’il mette en place immédiatement des mesures de valorisation financière afin de reconnaître le travail titanesque effectué par les 170 personnes salariées des laboratoires du CISSS Laval-laboratoires-Lanaudière pendant la pandémie. Ce midi, des membres de l’APTS représentant le personnel travaillant dans les laboratoires se sont rassemblé(es) à l’hôpital Pierre-Le Gardeur ainsi qu’à l’hôpital de Joliette.

« Au Québec, plus de 7 millions de tests de dépistage de la COVID-19 ont été réalisés depuis le début de la pandémie grâce à ces femmes et à ces hommes. Malheureusement, nos laboratoires sont dangereusement désorganisés par les conséquences de la pénurie de la main-d’œuvre, qui ne fait que s’accentuer depuis un an. Le gouvernement peut renverser cette tendance en favorisant l’attraction et la rétention du personnel dans ce secteur névralgique », a rappelé Steve Garceau, représentant national de l’APTS pour la région de Lanaudière

Le gouvernement affirme publiquement depuis des années qu’une baisse du nombre de postes dans les laboratoires est à prévoir. Cette publicité négative a entraîné une diminution marquée des inscriptions dans les programmes d’étude menant à un poste dans ce domaine. De plus, le personnel de laboratoire est majoritairement épuisé ou désengagé en raison du rythme de travail imposé depuis des mois. Alors que la menace des variants prend de l’ampleur, la charge de travail s’alourdit encore avec les nouvelles exigences liées au criblage des résultats positifs de la COVID-19.

Pour être en mesure de maintenir des laboratoires publics de qualité, le gouvernement doit mettre en œuvre des actions concrètes immédiatement :

1. reconnaître l’apport essentiel du personnel de laboratoire en mettant en place immédiatement des mesures de valorisation financière en contexte de pandémie;

2. reconnaître publiquement qu’il y aura création de nouveaux postes au cours des prochaines années, contrairement à ce qui est répété depuis 2016;

3. procéder rapidement à l’établissement du portrait actuel de la main-d’œuvre des laboratoires et en divulguer rapidement les résultats dans le cadre d’une rencontre avec l’APTS;

4. établir un plan d’action complet et concret afin de lutter contre la pénurie de main-d’œuvre dans les laboratoires.

« On ne comprend toujours pas pourquoi le gouvernement s’entête à refuser l’accès à la prime COVID de 8 % et à celle dite “escalier”, pouvant atteindre 1 000 $, pour le personnel de laboratoire. En faisant la sourde oreille, le gouvernement maintient une injustice inacceptable. C’est pourquoi nous demandons à Caroline Proulx, ministre responsable de la région de Lanaudière de faire pression sur Sonia LeBel, la présidente du Conseil du trésor en faveur du personnel de laboratoire », a conclu Steve Garceau.