Prison et travaux communautaires réclamés pour l’auteur d’une violente agression durant un match de hockey

Photo d'archives de Guy Latour

C’est le 21 février prochain qu’un joueur du défunt Blizzard de Saint-Gabriel, coupable d’une violente agression durant un match des séries de la LHSAM, en mars 2015 à l’aréna Familiprix de Saint-Gabriel, connaîtra sa peine.

Initialement accusé de voie de fait grave, Philippe Maihot, 39 ans, de Rawdon, avait plaidé coupable le 31 août dernier, à une accusation réduite de voie de fait causant des lésions corporelles.

Lors des représentations sur sentence, le 22 janvier, au palais de justice de Joliette, le procureur des Poursuites Criminelles et Pénales dans ce dossier, Mathieu Locas, a réclamé une peine de 90 jours de prison discontinue ainsi que 150 heures de travaux communautaires.

« Il s’agit d’un geste sournois de l’accusé et qui a encore, aujourd’hui, des conséquences très graves pour Louis-Étienne Leblanc. Ce dernier n’a eu aucune chance pour se défendre », a plaidé Me Locas devant le juge Bruno Leclerc.

L’avocat de Philippe Mailhot, Me Richard Pascone, a pour sa part suggéré une absolution conditionnelle ainsi que 150 heures de travaux communautaires. « C’est un geste isolé et il y a un faible risque de récidive. Mon client est aussi un actif pour la société », a mentionné le procureur.

Lancer un message

Témoignant lors des plaidoiries sur la peine, Louis-Étienne Leblanc a souligné ne ressentir aucune haine envers Philippe Mailhot.

« Il doit cependant assumer les conséquence de son geste. Je ne souhaite à personne de vivre ce que j’ai vécu depuis presque trois ans », a ajouté M. Leblanc avec beaucoup d’émotion.

prison, Philippe Mailhot, Louis-Étienne Leblanc
Photo Courtoisie Facebook Stéphane Lévesque. Louis-Étienne Leblanc, la victime

En portant plainte à la police et par le processus judiciaire, la victime souhaite lancer un message. « Un geste comme celui-là, il y en a encore aujourd’hui dans le hockey senior. Les bagarres font partie du hockey mais pas ce genre de geste », a-t-il ajouté.

Louis-Étienne Leblanc éprouve toujours des problèmes de santé à la suite de cette agression. Il a encore de la douleur à sa mâchoire et a fréquemment des maux de tête. Il a aussi des pertes de mémoire et est moins patient avec ses enfants. Au cours des prochains mois, il pourrait subir une nouvelle intervention chirurgicale afin d’améliorer sa condition.

Rappel des faits

Le 14 mars 2015, l’aréna Familiprix était le théâtre du quatrième affrontement de la demi-finale entre le Big Foot de Saint-Léonard d’Aston et le Blizzard se disputaient, ce soir-là, le quatrième match de la série demi-finale 4 de 7, que le Big Foot menait 3-0.

Durant la période d’échauffement, alors que le règlement de la Ligue Senior de la Mauricie l’interdisait pourtant, plusieurs joueurs de Saint-Gabriel se sont tenus sur la ligne rouge afin de provoquer et d’intimider les joueurs du Big Foot. Philippe Mailhot a traversé deux fois la ligne rouge pour provoquer l’adversaire.

À la sixième minute de la période d’échauffement, un joueur du Blizzard, Kevin Talbot, part de sa zone et donne un double échec à Louis-Étienne Leblanc, du Big Foot,  alors que celui-ci se trouve à sa ligne bleue et fait dos à la zone du Blizzard.

Suite au geste, Leblanc tombe sur la glace mais n’a pas été blessé. Une mêlée générale éclate et plusieurs combats ont lieu. Après la première agression, Leblanc se tient à l’écart alors que des joueurs du Blizzard tentent de l’approcher. Il prend même un bâton de gardien de but car il craint pour sa sécurité. Ses coéquipiers viennent l’encercler pour le protéger car il est clairement ciblé par le Blizzard.

Alors que les esprits se calment, à 11:47 de la période d’échauffement, Philippe Mailhot assène un violent coup de poing à Louis-Étienne Leblanc. Ce dernier s‘effondre sur la glace, Mailhot continue de le frapper. La foire reprend de plus belle.

Louis-Étienne Leblanc a été hospitalisé, souffrant d’une commotion cérébrale et d’une double fracture de la mâchoire. Il a dû subir une intervention chirurgicale à l’Hôpital Régional de Trois-Rivières.

L’enquête policière a révélé que les joueurs du Blizzard avaient clairement planifié de provoquer une mêlée générale durant l’échauffement.  Louis-Étienne Leblanc était un des deux joueurs du Big Foot ciblé en raison de son style de jeu.

Après la mêlée, le Big Foot a refusé de disputer la rencontre. La Ligue Senior de la Mauricie a décidé de donner la victoire par forfait à Saint-Léonard-d’Aston.

Kevin Talbot, pour sa part, a plaidé coupable à un chef d’agression armée et a reçu une absolution conditionnelle assorti d’un don de 2000$ au CAVAC.