C’est avec enthousiasme que monsieur André Villeneuve, député de Berthier, a effectué sa rentrée parlementaire, mardi dernier. Il tient à partager avec ses concitoyens et concitoyennes certains dossiers qu’il surveillera au cours de cette nouvelle session parlementaire.

Parmi les dossiers à surveiller, il tient à rappeler à la ministre responsable de la région, madame Lise Thériault, sa promesse d’accompagner les agriculteurs non couvert par la Financière agricole lors des inondations printanières. « Le temps passe et certains de nos agriculteurs sont toujours dans l’attente de l’aide gouvernementale promise par la ministre Thériault. Je vais m’assurer que la ministre respecte sa promesse d’accompagner nos agriculteurs », a poursuivi le député.

D’entrée de jeu, je tiens à préciser que nos agriculteurs méritent d’avoir un ministre de l’agriculture à temps pleins. C’est un secteur de notre économie trop important pour être géré à temps partiel. On a qu’à penser  au  gouvernement américain qui n’a pas caché  sa volonté d’obtenir un plus grand accès au marché laitier canadien dans la négociation de l’ALÉNA. «Le Québec mérite mieux qu’une chaise dans le corridor dans ces négociations. C’est à la table principale qu’il doit faire entendre sa voix. On demande au ministre de s’imposer et de protéger, comme il se doit, l’intérêt de nos producteurs », ajoute t-il.

Rappelons  que  l’AECG  (Accord  Canada-Europe)  occasionnera  des  pertes  estimées  à  1,5 milliard de dollars pour nos producteurs laitiers et fromagers. C’est donc dire que les sommes du fédéral, soit les 250 millions de dollars du programme d’investissement pour les fermes laitières (PIFL) et le 100 millions pour les fromagers, sont loin du compte considérant les pertes anticipées par nos producteurs fromagers. « Je vais donc continuer de défendre haut et fort nos producteurs afin que ceux-ci puissent être traités équitablement»,  précise-t-il.

Au sujet de la fiscalité foncière agricole, malgré que le gouvernement libéral ait finalement entendu raison en février 2017, en abandonnant la réforme annoncée en 2016, le travail est loin d’être terminé. « À cet effet, nous appuyons les municipalités et les acteurs du monde agricole afin qu’une table de discussion voit le jour et qui, assurément, permettrait d’établir un régime plus équitable »,  poursuit-il.

Pour conclure les sujets en agriculture, après 3 ans et demi de gouvernance libérale il n’y a toujours rien de concret pour les agriculteurs en ce qui concerne le programme d’investissement en agriculture. « Sous  la gouvernance du Parti québécois, nous avions mis en place un plan de souveraineté alimentaire qui avait été très bien accueilli par l’ensemble des acteurs du milieu agricole. Les libéraux ont mis de côté ce plan et se contentent de faire des sommets alimentaires qui, pour l’instant, ne donne absolument rien de plus à nos agriculteurs », conclue t-il.

Évidemment, une attention particulière devra être portée concernant la légalisation du cannabis. La santé publique et la sécurité publique demeurent au cœur de nos préoccupations. « Nous avons un plan solide à cet effet, c’est-à-dire, de créer une filiale de la SAQ pour la vente exclusive de ce produit », déclare-t-il.

 

 

 

 

Monsieur Villeneuve tient à réitérer  qu’il continuera, comme il a toujours fait, à se battre et à défendre les intérêts de la population.