Au terme du Congrès national extraordinaire de refondation du Parti Québécois, tenu les 9 et 10 novembre à Trois-Rivières, les délégués de Joliette se réjouissent d’avoir participé activement à l’adoption d’une déclaration de principe fondée sur les valeurs de liberté, de justice, de nationalisme et de protection de l’environnement et positionnant l’indépendance du Québec au cœur de son action.

« Moderniser le projet d’indépendance, ça veut dire partir des gens et de leurs préoccupations pour établir un dialogue. Que l’on pense à la crise climatique, à la lutte aux inégalités, à la question du rayonnement de notre langue et de notre culture et à une démocratie plus saine avec moins de cynisme, ces quatre grands défis contemporains à relever sont enchâssés dans notre déclaration de refondation. Et on démontre très bien comment l’indépendance est un fil conducteur pour répondre à ces préoccupations-là », a déclaré la députée de Joliette, Véronique Hivon.

De nouvelles règles de fonctionnement ont également été adoptées. Elles visent, entre autres, à renforcer l’action politique du Parti Québécois, à accroître la place des sympathisants dans ses processus décisionnels et à assurer la parité sur ses exécutifs locaux.

Avec l’aboutissement de cette large démarche de consultation, débutée en mars dernier lors de son conseil national, le Parti Québécois disposera de tous les outils pour rassembler tous ceux et celles qui partagent ses valeurs fondatrices et souhaitent faire du Québec un pays.

« Pour nous, l’indépendance, c’est l’aboutissement logique du nationalisme. Pourquoi s’arrêterait-on à essayer de se battre pour aller au bout de nos ambitions dans un cadre qui nous contraint? Nous voulons relever tous les défis qui nous importent avec tous nos moyens. C’est aussi simple que ça. Et ça s’appelle l’indépendance du Québec », a conclu Véronique Hivon.