Le lieutenant politique au Québec du Parti Conservateur, le député de Richmond-Arthabaska, Alain Rayes, était de passage à Joliette, le 21 juin, afin de rencontrer les militants, les citoyens et des intervenants de plusieurs milieu.

« Nous faisons une tournée à travers la province afin d’être à l’écoute de la population. Nous allons parcourir les 17 régions du Québec, de la Gaspésie jusqu’au Saguenay, en visitant aussi plusieurs grandes villes », a déclaré M. Reyes, en entrevue au Lanauweb.

Cette tournée a pour objectif d’entendre les préoccupations et les ambitions des citoyens. « Ce que les gens vont nous dire serviront à notre plate-forme électorale en vue de l’élection de 2019 », ajoute le lieutenant politique des conservateurs.

Parmi les dossiers ciblés, il y a notamment l’instauration d’un rapport d’impôt unique, l’immigration, la main d’œuvre et la culture.

Pour M. Reyes, cette tournée québécoise se veut une belle occasion de démontrer que le Parti Conservateur représente une alternative sérieuse. « On voit maintenant quel genre de gouvernement est celui de Justin Trudeau. Pour ce qui est du NPD, la population ne sait pas plus quoi penser de ce parti. Enfin, le Bloc Québécois et Québec Debout est presque invisible à la Chambre des Communes », a-t-il affirmé.

Questionné sur le fait que le comté de Joliette n’a pas eu de député conservateur depuis 1993 (Gaby Larrivée avait été élu de 1988 à 1993, il avait succédé à Roch Lasalle qui avait représenté la circonscription durant 20 ans), Alain Reyes s’est montré confiant en vue du scrutin de 2019.

« Chaque comté du Québec est prenable. À Joliette, si on présente un candidat connu de la place et qui a une bonne notoriété et avec une bonne équipe, tout est possible. On n’a qu’à penser à l’élection partielle du 18 juin dans Chicoutimi–Le Fjord. En 2015, nous avions terminé quatrième, Richard Martel a été élus trois ans plus tard », a-t-il conclu.