Les Québécois qui ne font pas partie de l’élite libérale ont reçu bien peu de choses de ce budget qui puissent leur permettre de payer les factures, les médicaments et de rendre leur vie plus facile. Les libéraux ont plutôt décidé de présenter un budget décevant qui favorise les amis du pouvoir.

« Je suis très déçue que les libéraux fassent un aussi gros déficit et accordent aussi peu d’importance à nos PME, nos agriculteurs et nos communautés rurales, a affirmé la députée de Berthier-Maskinongé, Ruth Ellen Brosseau. Par exemple, les libéraux n’ont mis aucune mesure en place pour créer une assurance- médicament universelle, rien non plus dans le budget pour compenser nos producteurs sous gestion de l’offre suite au PTPGP, et rien pour les familles qui en arrachent. »

Un autre enjeu majeur pour le développement économique des régions du Québec est celui de la main-d’œuvre. Alors que le milieu agricole, celui de la transformation alimentaire et manufacturière réclame depuis longtemps des investissements et un plan précis pour favoriser l’attraction, la rétention et la formation de main-d’œuvre dans les communautés rurales, le budget de cette année n’annonce rien de substantiel pour améliorer la situation.

Ce budget ne présente pas non plus de plan pour réduire les inégalités, aider les familles et les agriculteurs du Québec et du Canada. Le gouvernement libéral a plutôt préféré octroyer des congés fiscaux aux grandes multinationales, telles que Netflix et Amazon, ainsi qu’aux grandes entreprises canadiennes qui utilisent des paradis fiscaux pour éviter de payer des impôts.

« Malgré quelques bonnes annonces, comme celle de favoriser l’égalité entre les hommes et les femmes, ce budget ignore les intérêts des gens de Berthier- Maskinongé. C’est simple, il n’y a aucune somme pour indemniser les victimes des inondations dans mon comté, où pour protéger les régimes de retraite des travailleurs, n’y aucun effort concret pour garantir l’accès à l’Internet à large bande et au réseau cellulaire dans toutes les régions rurales. Ultimement, je considère que ce budget est très politique et ne favorise pas le développement économique et social de ma circonscription, a conclu Ruth Ellen Brosseau. »