Après un exil de quelques mois, le député de Joliette à la Chambre des Communes, Gabriel Ste-Marie, est de retour avec le Bloc Québécois.

La nouvelle a été confirmée par Mario Beaulieu, chef intérimaire du Bloc Québécois, à l’occasion de la rentrée parlementaire, le 18 septembre.

« Le Bloc Québécois se retrousse les manches. Nous allons offrir aux Québécoises et aux Québécois une option politique crédible et à la hauteur des aspirations nationales du Québec », a-t-il déclaré avec enthousiasme, en entrevue au Lanauweb.

Celui-ci explique que lui et ses quatre collègues démissionnaires sont toujours restés en contact avec le Bloc après leur départ fracassant de février dernier.  « L’arrivée d’Yves Perron, à la présidence, a eu un effet rassembleur. Quand il y a de la chicane, ce n’est pas positif pour personne », a ajouté M. Ste-Marie.

« C’est avec enthousiasme que nous annonçons la réunification de tous les députés indépendantistes à Ottawa sous la bannière du Bloc Québécois. Cette unification s’est opérée dans le respect et la collégialité. Comme toujours, vous verrez un Bloc Québécois debout pour le Québec qui n’en laissera pas passer une », a déclaré Mario Beaulieu.

Pour Gabriel Ste-Marie, il y aura plusieurs dossiers chauds durant la présente session parlementaire. « Il y a évidemment les négociations pour le renouvellement de l’ALENA (et la gestion de l’offre), la légalisation du cannabis (le gouvernement pellette des problèmes en matière de santé et de sécurité aux provinces sans allouer les sommes nécessaires). Je réclame davantage d’argent pour les infrastructures », a-t-il souligné.

Il avait quitté à la fin février

Rappelons qu’en février Gabriel Ste-Marie avait annoncé sa démission comme leader parlementaire ainsi que son départ temporaire du Bloc Québécois.

« Pour nous, deux choix s’imposaient : soit que Martine Ouellet démissionnait, soit que c’est nous qui quittaient », avaient mentionné les sept politiciens en conférence de presse.

Les sept députés démissionnaires avaient reproché à la chef Martine Ouellet le climat de travail au sein du Bloc et le manque de consultation de la chef.

En juin 2017, en compagnie de six autres élus démissionnaires, M. Ste-Marie avait déclaré que «Notre lien de confiance envers Martine [Ouellet] est affecté, et ça va prendre bien du travail pour le réparer».

On reprochait à Martine Ouellet de ne pas consulter les députés. À l’opposé, la chef estimait que ceux-ci refusaient de reconnaître sa légitimité.

Au printemps, Gabriel Ste-Marie et quatre députés démissionnaires avaient annoncé la création du Parti Québec Debout