Un homme de 46 ans a reconnu, le 14 août, avoir eu en sa possession des speeds, dont des comprimés auraient été distribués par un jeune garçon dans une école de Saint-Paul, en février dernier.

Marc Landry, de Saint-Paul, a plaidé coupable, au palais de justice de Joliette, à une accusation de possession simple de métamphétamines, le 19 février dernier.

Ce jour-là, un jeune garçon de 7 ans aurait offert des pilules à ses camarades d’école dans un autobus scolaire qui le transportait dans une école primaire La Passerelle de Saint-Paul, alors qu’on croyait au départ, qu’il s’agissait de bonbons.

Une enquête de la Sûreté du Québec avait été ouverte. Au moins un enfant a consommé une pilule mais n’a subi aucune blessure ni séquelle.

Marc Landry a été arrêté le 3 mars dernier et a été libéré sous promesse de comparaître, le 4 juillet. Le juge Jean-Jacques Gagné a condamné l’accusé à effectuer 50 heures de travaux communautaire dans le cadre d’une sentence suspendue. Landry aura quatre mois pour effectuer les travaux communautaires. Il devra aussi respecter des conditions durant un an à l’intérieur d’une probation.

Dans les jours qui ont suivi l’incident,  dans une lettre envoyée aux parents de l’école, la Commission Scolaire des Samares avait qualifié « d’événement isolé » et voulait s’assurer que les enfants se trouvent dans un milieu sécuritaire.