Un homme de 73 ans qui a commis des gestes de nature sexuelle sur trois personnes d’âge mineur passera les deux prochaines années derrière les barreaux.

L’homme, de Chertsey, qu’on ne peut identifier afin de protéger les victimes, avait plaidé coupable, en janvier dernier, à 12 chefs d’accusation soit quatre de contact de sexuel, quatre d’incitation à des contacts sexuels, un chef d’agression sexuelle, un de possession de pornographie juvénile, deux chefs de production de pornographie juvénile et possession d’arme prohibée

Les faits reprochés se sont déroulés entre juin 2007 et novembre 2016 à Chertsey. L’enquête a débuté le 2 septembre 2016 lorsque l’accusé a été arrêté dans une guérite du poste frontalier de Lacolle. Lors de la fouille du véhicule motorisé dans lequel prenait place l’accusé, on a retrouvé un ordinateur portable, un Ipad, trois téléphones cellulaires, deux appareils de caméra vidéo ainsi que trois clés USB dans une pochette cachée dans le fond du compartiment.

Lors de l’analyse des clés USB, l’agent constate dès lors que ces dernières contiennent des fichiers évocateurs de pornographie juvénile. Dans ces clés, on retrouve quatre fichiers montrant des jeunes filles âgées entre 5 et 12 ans ayant une relation sexuelle avec des hommes ou femmes d’âge adulte.

À la suite d’une perquisition au domicile de l’accusé, le lendemain, quatre tours d’ordinateur ont été saisis. En tout, il y avait 6149 fichiers de pornographie juvénile de jeunes filles de 1 à 12 ans. Ces jeunes filles étaient soient seules ou avaient une relation sexuelle avec un homme. D’autres fichiers représentaient de jeunes filles prenant une pose, légèrement vêtue ou effectuant une pose de modeling.

Pour ce qui est des gestes de nature sexuelle, on parle de masturbation, de caresses au niveau des cuisses, du pénis, des testicules et des seins, ainsi que sur la vulve, tout dépendamment des victimes.

La sentence de deux ans a été prononcée le 10 avril dernier par le juge Bruno Leclerc. Le nom de l’accusé sera inscrit dans le registre des délinquants sexuels à perpétuité. De plus, l‘accusé ne pourra posséder des armes ou des munitions pour le reste de se jours.