Un octogénaire, qui a plaidé coupable à des infractions de nature sexuelle, a vu ses représentations sur sa peine être reporté en avril.

Jean-Claude Gravel, 81 ans, avait plaidé coupable, en février dernier, de deux chefs de contact sexuel, un d’attentat à la pudeur, un d’agression sexuelle et un d’incitation à des contacts sexuels.

Les deux victimes étaient d’âge mineur au moment des événements. Les gestes se sont déroulés sur une période d’un peu plus de 11 ans, entre octobre 1982 et janvier 1994, à Saint-Jean-de-Matha.  

L’accusé habitait dans le village de Saint-Jean-de-Matha à l’époque et possédait un chalet au Lac Vert de la même municipalité.

Lors d’une audience qui s’est déroulée en matinée, le 6 mars, l’avocate de l’accusé, Me Catherine Ahelo, a demandé un report de la cause car son client a dû être transporté d’urgence dans un centre hospitalier, en raison problèmes liés au diabète.

De plus, la défense attend encore la production de rapports médicaux pour finaliser sa plaidoirie. De son côté, le procureur de la Couronne entend déposer une plaidoirie écrite dans les prochaines semaines.

Les abus pour la première victime ont eu lieu alors qu’elle avait entre 7 et 14 ans, Ceux-ci ont commencé par des attouchements variés et sont allés jusqu’à la pénétration vaginale.  Les relations sexuelles avaient lieu d’une à deux fois par semaine. 

Pour ce qui est de la seconde victime, les attouchements, surtout au niveau des seins et de la vulve ont eu lieu alors qu’elle avait entre 4 et 11 ans.

Déclaration partiellement incriminante

Notons que Jean-Claude Gravel avait été arrêté en juin 2017 par les policiers de la SQ du poste de la Matawinie.

Lors de son interrogatoire, l’accusé a fourni une déclaration partiellement incriminante, confirmant qu’il a fait des attouchements à la vulve d’une des victimes entre 15 et 20 fois. Il l’a blâmé pour les geste qu’il a posés.