Un résident de Notre-Dame-de-Lourdes a pris le chemin du pénitencier, à la fin août, après avoir reconnu sa culpabilité à des infractions en matière de pornographie juvénile.

Joël Larouche, 41 ans, a plaidé coupable, au palais de justice de Joliette, à des chefs d’accession et d’avoir rendu accessible à de la pornographie juvénile.  Il a aussi avoué sa culpabilité d’avoir utilisé internet alors qu’il lui était interdit, d’avoir brisé une condition de remise en liberté, d’avoir entravé un agent de la paix et de deux bris de condition.

Selon le résumé des faits présenté devant le juge Bruno Leclerc, l’enquête policière a débuté le 31 mai 2018 lorsqu’ Instagram a dénoncé au National Center for Missing and Exploited Children le fait qu’un de leur utilisateur avait téléversé et rendu disponible de la pornographie juvénile.  Il s’agissait d’une image d’une jeune fille âgée entre 10 et 12 ans dans une position sexuellement explicite.

Après enquête, les policiers ont remonté à l’accusé. Le 6 novembre 2018, muni d’un mandat de perquisition, les policiers ont saisi une carte mémoire miniature, un Ipod, une clé USB, un cellulaire et un portable.

Sur le portable de M.Larouche, les policiers ont constaté que son dernier accès remontait au 4 novembre 2018, contrevenant à ses conditions. L’accusé était sous le coup d’une probation et d’une ordonnance lui interdisant d’avoir accès à internet en raison de ses antécédents judiciaires de pornographie juvénile.

L’accusé a avoué lors de son interrogatoire avoir accédé à de la pornographie la journée même de son arrestation, environ 30 minutes avant. Il a avoué également avoir téléversé la photo sur instagram et a confirmé son pseudonyme. Il a aussi mentionné que la pornographie qu’il consomme se trouvait sur son cellulaire, mais qu’il a tout effacé.

L’accusé a aussi mentionné aller sur des sites de partages. Lors de l’analyse du cellulaire, ils ont pu récupérer ses recherches et historique de navigation. Ils ont retrouvé 1 fichier graphique et 22 fichiers d’animation correspondant à de la pornographie juvénile.

Déjà condamné à 13 mois

Joel Larouche est un ancien pompier volontaire de l’Ascension, au Saguenay. En décembre 2016, il avait reçu une peine de 13 mois de détention après avoir été plaidé coupable à des chefs de possession de pornographie juvénile, d’y avoir accédé et d’en avoir fait la distribution

Selon le journal le Quotidien, à l’époque, un rapport présentenciel et une évaluation sexologique avaient émis un portrait inquiétant par rapport au risque de récidive de l’accusé, « ce dernier étant est passé de la pornographie adulte à la pornographie juvénile », selon ce rapport.

De plus, lors d’une arrestation au Saguenay, en juillet 2018, il était en possession d’un cellulaire et l’avait caché et détruit avec son pied pendant l’intervention des policiers d’où l’accusatio d’entrave au travail des policiers.

Le juge Bruno Leclerc a été entériné la suggestion commune faite par la Couronne, représentée par Me Ariane Roy-Drouin, et la Défense, par Me Michel Leclerc, et a condamné Joel Larouche à une peine de deux ans de pénitencier.

À sa sortie de prison l’accusé, devra se soumettre à une période de probation de trois ans dans laquelle il devra respecter plusieurs conditions.

Son nom sera inscrit dans le registre des délinquants sexuels à perpétuité.