Un coup de théâtre est survenu dans les procédures judiciaires contre les cinq accusés dans le dossier du meurtre de Simon Dufresne, survenu en février 2019 à Rawdon, et dont le corps n’a jamais été retrouvé.

En effet, le Directeur des Poursuites Criminelles et Pénales a décidé, en fin de journée, le 4 novembre, de déposer un acte d’accusation directe contre Yvon Camirand, 56 ans, Stéphane Larouche, 48 ans, tous deux de Saint-Calixte, Jonathan Provencher, 43 ans, de Deux-Montagnes, Alfredo Rodriguez-Farinas, 31 ans, de Saint-François-du-Lac ainsi que Jonathan Tshinkenke, 21 ans, de Montréal.

Cela signifie donc que la Couronne accélère les procédures contre les accusés qui devront subir un procès devant juge et jury de la Cour supérieure. La suite de l’enquête  préliminaire qui devait avoir lieu le 15 novembre prochain est donc annulée.

De plus, certains accusés font face à de nouvelles accusations. Ainsi, messieurs Camirand et Larouche sont accusés de complicité après le fait du meurtre de Simon Dufresne, Jonathan Provencher et Alfredo Rodriguez-Farinas font face à des chefs de complot de meurtre d’une dame et du meurtre prémédité de Simon Dufresne. Enfin, Jonathan Tshinkenke est accusé de complot de meurtre et d’agression sexuelle sur une dame et du meurtre prémédité de Simon Dufresne.

Tous les accusés ont plaidé non coupable lors d’une audience qui s’est tenue devant la  juge coordonnatrice de la Cour supérieure, l’honorable Éliane Perreault, au palais de justice de Montréal, le 5 novembre, en après-midi.

La magistrate s’est dite prête à fixer des date de procès pour messieurs Camirand et Larouche dès janvier prochain, pour messieurs Provencher et Rodriguez-Farinas en mai 2022 et pour monsieur  Thinkenke en septembre 2022.

Les avocats du premier procès ont informé le tribunal qu’ils ne seraient pas prêts à procéder devant jury à cette date, étant leur agenda professionnel chargé et le délai trop court pour préparer le dossier.

La juge Perreault a suggéré aux accusés d’avoir une discussion avec leur procureur concernant la renonciation aux délais si un procès était fixé plus tard, dans le contexte de l’arrêt Jordan.

D’ailleurs, l’avocat de Stéphane Larouche, Me Guy Poupart, a fait part de son profond désaccord sur la façon de faire de la Couronne dans ce dossier. D’autres avocats aussi ont émis des réserves.

Le dossier a été reporté au 12 novembre prochain le temps que les accusés puissent discuter avec leur client pour la suite des choses.

Déjà, les avocats de la défense ont annoncé que plusieurs requêtes préliminaires seront déposées avant l’audition des premiers témoins

Dette d’argent?

Fait assez exceptionnel, ce dossier a été traité comme un meurtre depuis plusieurs mois, et ce, malgré le fait que le corps de la victime n’ait jamais été retrouvé.

Selon le Journal de Montréal, une dette d’argent pourrait être à l’origine de ce règlement de comptes. Simon Dufresne s’était volatilisé en février 2019 mais ce n’est que trois mois plus tard que sa disparition a été rapportée aux autorités policières.

Dufresne possède un lourd casier judiciaire. Il était notamment connu pour avoir des liens avec le crime organisé et il vendait de la drogue au moment de sa mort.

Il a notamment été condamné à 52 mois de prison pour l’homicide involontaire d’Anthony Bibeau. Ce dernier, un père de famille alors âgé de 30 ans, était décédé d’hypothermie en février 2012 après avoir été abandonné dans le fossé d’une route à Sainte-Anne-des-Plaines, après une soirée où la drogue était au rendez-vous.

Les accusés sont représentés par Me Rolland Roy (Camirand), Me Guy Poupart, (Larouche), Me Patrick Davis  (Provencher). Me Valérie La Madeleine (Rodriguez-Farinas) et Me Alexandra Longueville (Tshinkenke).