Cinq hommes ont été formellement accusés en lien avec le meurtre de Simon Dufresne, survenu le 13 février 2019 à Rawdon.

Yvon Camirand , 54 ans, de Saint-Calixte, Stéphane Larouche, 47 ans, aussi de Saint-Calixte, Jonathan Provencher, 41 ans de Deux-Montagnes, Alfredo Rodriguez-Farinas, 29 ans de Saint-François-du-Lac,  et Jonathan Tshinkenke, 20 ans, de Montréal,  ont brièvement comparu par téléphone ce matin (7 mai), au palais de justice de Joliette devant le juge Bruno Leclerc.

Les cinq hommes sont accusés de complicité après le fait alors que Provencher et Rodriguez-Farinas face aussi à un chef de meurtre prémédité et complot pour meurtre. Tshinkenke est aussi accusé de complot pour meurtre.

Enfin, Stéphane Larouche, Jonathan Provencher, Alfredo Rodriguez-Farinas et Jonathan Tshinkenke sont accusés de séquestration sur une dame.

Les cinq hommes ainsi que deux femmes ont été arrêtés hier (le 6 mai) par les enquêteurs du Service des enquêtes sur le crime contre la personne de la Sûreté du Québec. Les deux femmes ont été remises en liberté sous sommation. Elles pourraient faire face, à une date ultérieure¸ à des accusations dont la nature reste à déterminer à la suite de l’analyse du dossier par le DPCP.

Les policiers ont aussi réalisé trois (3) perquisitions dans des résidences situées dans les municipalités de Saint-Calixte et de Rawdon. Huit témoins ont été rencontrés au cours des dernières heures

Jonathan Tshinkenke était déjà incarcéré à la prison de Rivière-des-Prairies, en attente de procès pour tentative de meurtre. Il aurait tenté, en compagnie d’Emmanuel Charbonneau, d’assassiner Roberto Celli, le 5 avril 2019.

La victime âgé de 49 ans aurait été atteint d’au moins un projectile au bas du corps dans le secteur de Pointe-aux-Trembles, dans l’est de Montréal.

Comme Jonathan Provencher, Alfredo Rodriguez-Farinas et Jonathan Tshinkenke sont accusés de complot pour meurtre et/ou de meurtre prémédité, leur détention provisoire est automatique. Ils devront s’adresse en Cour Supérieure s’ils souhaitent obtenir un cautionnement en attendant leur procès.

Les cinq accusés reviendront en cour le 2 juin pour la suite des procédures.

Dette d’argent?

Fait assez exceptionnel, ce dossier est traité comme un meurtre depuis plusieurs mois et ce, malgré le fait que le corps de la victime n’ait jamais été retrouvé.

Selon le Journal de Montréal, une dette d’argent pourrait être à l’origine de ce règlement de comptes. Simon Dufresne s’était volatilisé en février 2019 mais ce n’est que trois mois plus tard que sa disparition a été rapportée aux autorités policières.

Dufresne possède un lourd casier judiciaire. Il était notamment connu pour avoir des liens avec le crime organisé et il vendait de la drogue au moment de sa mort.

Il a notamment été condamné à 52 mois de prison pour l’homicide involontaire d’Anthony Bibeau. Ce dernier, un père de famille alors âgé de 30 ans, était décédé d’hypothermie en février 2012 après avoir été abandonné dans le fossé d’une route à Sainte-Anne-des-Plaines, après une soirée où la drogue était au rendez-vous