Faisant face à la plus grave accusation du code criminel, Max Aubin devra subir son procès sous une accusation de meurtre prémédité sur Mylène Laliberté.

C’est la décision qu’à rendue ce matin (23 octobre), le juge Normand Bonin, au terme de l’enquête préliminaire qui a débuté le 17 octobre dernier au palais de justice de Joliette.

En plus de l’accusation de meurtre au premier degré, Aubin a aussi été à procès sur un chef de harcèlement criminel, entre le 15 mai 2016 et le 13 janvier dernier.

Rappelons que la Couronne, représentée par Me Stéphanie Arel, devait faire entendre 24 témoins au cours de cette enquête.

Max Aubin, 22 ans, est soupçonné d’avoir causé la mort de Mylène Laliberté. Celle-ci, qui est âgée de 24 ans, a été retrouvée sans vie dans son logement de la rue Mario à Saint-Lin-Laurentides, dans la soirée du 13 janvier dernier.

Courtoisie Facebook. Mylène Laliberté

Témoin important

Rapidement, le décès avait été considéré comme une mort suspecte et l’enquête avait été transférée aux Crimes contre la Personne de la Sûreté du Québec. Les enquêtes avaient aussi mis peu de temps à identifier l’accusé comme témoin important.

Ce dernier avait été hospitalisé quelques heures après le drame après s’être infligé des blessures. Selon ce que le Journal de Montréal avait mentionné dans les jours suivants du meurtre, l’accusé et la victime avaient une relation amoureuse durant quelques mois à l’été 2016 et selon plusieurs des amis de Mylène Laliberté, Aubin n’acceptait pas la rupture.

Max Aubin, qui est détenu depuis son arrestation, est représenté par Me David Petranic, de Montréal. L’accusé reviendra en cour le 16 janvier prochain à l’ouverture du terme des assises criminelles.