C’est une marée humaine qui est venue acclamer le lancement de L’Odyssée de Félix le béluga! Dans le cadre des Journées de la culture, l’organisme de bassin versant Zone Bayonne et la Municipalité de Saint-Félix-de-Valois dévoilaient le livre le 25 septembre dernier dans un centre Pierre-Dalcourt à pleine capacité.

En présence Audrey Boisjoly, mairesse de Saint-Félix-de-Valois, d’Yves Perron, député nouvellement réélu de Berthier-Maskinongé, de Marc Corriveau maire de Saint-Thomas et représentant de la MRC de Joliette au conseil d’administration de Zone Bayonne, de Luc Ducharme et Pierre Lépicier, conseillers de Saint-Félix-de-Valois, de Robin Bourgeois, président de Zone Bayonne, de Monique Hénault qui a découvert le squelette de Félix, de Jean-Claude Duclos, paléontologue qui a supervisé les fouilles pour dégager Félix le béluga; les auteurs Louis Trudeau et Jean-Pierre Gagnon ont témoigné de l’importance de cette découverte dans l’histoire de Saint-Félix-de-Valois, mais également du Québec.

« Félix nous fait voyager de trois façons, souligne M. Trudeau. Dans l’histoire par ses 10 700 ans, dans la géographie par la distance avec le fleuve d’aujourd’hui, mais également en nous-même par le symbole que le béluga occupe dans la préservation de la biodiversité et la fragilité des écosystèmes par rapport aux défis environnementaux. »

Photo courtoisie

20 ans, ça se fête!

Le livre arrive à point nommé. C’est en effet le 25 juillet 2001 que Mme Hénault trouve un os particulier sur sa terre. « Je voulais inspecter mes nouveaux fossés parce que je suis intriguée par les strates de terre de différentes couleurs et je tombe sur un gros os. Un médecin légiste m’a dit que ce devait être des os de cheval, de bœuf ou d’orignal avant de les mettre à l’incinérateur! », a témoigné Mme Hénault.

« N’eût été la ténacité de Mme Hénault, nous n’aurions pas fait cette découverte et sans l’incident de l’incinérateur, le squelette aurait été complet », a ajouté M. Duclos, paléontologue. C’est le squelette le plus complet jamais découvert au Québec.

Un fait historique, mais également culturel

Marc Corriveau, maire de Saint-Thomas a profité de l’occasion pour remettre une toile du peintre naturaliste Ghislain Caron représentant un béluga. « Nous avons reçu cette toile lors d’un événement de préservation de l’environnement et avec la découverte de Félix et maintenant le lancement du livre, nous considérions que le béluga devait revenir à Saint-Félix-de-Valois », a souligné M. Corriveau.

« Nous sommes très heureux de recevoir ce cadeau, a mentionné Audrey Boisjoly. Ce livre contient une histoire qui gagne à être connue, et comme la thématique des Journées de la culture, qui nous invite à voyager dans le temps pour honorer la Culture comme porteuse de sens, d’identité et d’enracinement. »

Photo courtoisie

« C’est un livre pour la suite, pour la préservation. Tous les jeunes devraient en avoir un exemplaire! », a mentionné M. Duclos en référence à la fragilité des écosystèmes, aux défis climatiques et environnementaux, mais aussi à la symbolique de l’eau, ressource précieuse qui peut s’évaporer comme l’a fait la mer de Champlain dont les plages se trouvaient à Saint-Félix-de-Valois.

Achat du livre

Les livres sont en vente au prix de 20 $ à plusieurs points de vente dont la Tabagie St-Félix, la pharmacie Familiprix de Saint-Félix-de-Valois, JLF informatique et au IGA Rainville. Un exemplaire est également disponible à la bibliothèque de Saint-Félix-de-Valois pour consultation.

Résumé du livre

Il y a un peu plus de vingt ans, jour pour jour, une avicultrice de Saint -Félix-de-Valois a fait une découverte qui a bouleversé le monde de la paléontologie québécoise. En 160 pages généreusement illustrées, un ouvrage intitulé L’Odyssée de Félix le Béluga raconte avec moult détails ce qui a découlé de cette trouvaille des plus inusitées.