L’information régionale en péril : il faut agir, disent Hivon, Villeneuve et Marceau

Courtoisie

Les députés du Parti Québécois dans le Nord de Lanaudière, Véronique Hivon (Joliette), André Villeneuve (Berthier) et Nicolas Marceau (Rousseau), exhortent le gouvernement à intervenir rapidement afin d’assurer la survie de l’information régionale. Il en va du bon fonctionnement de notre démocratie, dont l’information, et les médias régionaux, sont des piliers essentiels.

 « La décision de TC Media de mettre en vente ses journaux régionaux, quelques semaines seulement après le dépôt du budget, illustre à quel point les mesures mises en place par le Parti libéral sont insuffisantes. La présence médiatique dans les régions ne cesse de s’éroder, tant dans les journaux que dans les réseaux nationaux d’information, télé et radio. Selon Influence Communication, la part de nouvelles locales diffusées à l’échelle nationale est passée de 8 à 1 %, depuis 2001. Il est par conséquent impératif que l’État intervienne pour la survie de l’information en région, en soutien aux initiatives qui en émanent », ont déclaré les députés.

 Ils pressent ainsi le gouvernement d’adopter rapidement un plan d’action pour assurer la survie de la presse régionale. « Un gouvernement du Parti Québécois réunirait un groupe d’experts qui ferait des recommandations concrètes pour faire face à la crise structurelle à laquelle sont confrontés  les médias. Des  idées surgissent  déjà : comme première mesure d’intervention, il faut absolument que les libéraux renoncent à l’idée de  permettre aux municipalités de diffuser leurs avis publics uniquement sur Internet; ces avis sont une source de revenu importante pour les journaux et les hebdos régionaux », martèlent les trois élus.

 « L’information est le contre-pouvoir aux institutions traditionnelles, les médias sont le chien de garde de notre démocratie. C’est par l’information qu’émergent les nouvelles voix, les réformes, les leaders. Pourquoi le gouvernement libéral s’entête-t-il à affaiblir les régions, à les dépouiller de leurs outils? Pourquoi demeure-t-il silencieux sur un enjeu d’une telle importance? Il est plus que temps pour lui de corriger le tir », ont-ils conclu.

EN BREF

L’information régionale est en péril à cause du gouvernement libéral.

L’État doit intervenir pour freiner la disparition de l’information régionale.

En 15 ans, la part de nouvelles locales diffusées à l’échelle nationale est passée de 8 à 1 %.

Un gouvernement du Parti Québécois réunirait un groupe d’experts pour étudier la crise structurelle que vivent les médias et ses impacts sur la démocratie.