C’est le 16 septembre, en matinée, que les cinq principaux candidats dans le comté de Joliette croisaient le fer lors d’un débat virtuel organisé par la Chambre de Commerce du Grand Joliette.

Les participants étaient Gabriel Ste-Marie (Bloc Québécois), Michel Bourgeois (Parti Libéral), Roger Materne (Parti Conservateur), Alexis Beaudet (NPD) et Érica Poirier (Parti Vert).

Ce débat, d’une durée de 1h45, s’est déroulé sous les thèmes de l’économie, de l’environnement et des enjeux régionaux.

En introduction, Érica Poirier a parlé du pourquoi elle s’était engagée avec les verts. « Je veux offrir à mes enfants un avenir viable en environnement. Nous sommes rendus à un dérèglement climatique, les chaleurs extrêmes des dernières semaines en sont un bel exemple. J’ai réduit au maximum mon empreinte climatique pour cette campagne », a-t-elle mentionné ajoutant que les trois axes de son parti sont un avenir vert, compléter le filet de sécurité sociale et une société juste.

Pour Michel Bourgeois «  l’environnement, oui même durant la campagne électorale. 50 affiches électorales, moins de pollution visuelle, moins de gaz carbonique pour les poser et les enlever. Je vais m’assurer que les deux milliards d‘arbres soient plantés d’ici 2030. Pour la santé mentale, je vais m‘assurer que les fonds monétaires soient au rendez-vous. Concernant les logements abordables, les fonds sont disponibles. Je vais m’entendre avec les villes et municipalités pour construire dès que possible », a-t-il fait savoir.

De son côté, Roger Materne, le parti Conservateur rejoint ses options et ses valeurs. « Depuis que j’ai l’âge de voter, pas grand-chose se passe jamais. On dirait qu’on prend les projets et on le met dans un chapeau et en choisit de temps en temps pour faire plaisir aux gens.  Les partis ont tendance à augmenter facilement les taxes. Tout augmente et le petit consommateur écope », a-t-il expliqué.

Gabriel Ste-Marie, député sortant, se demande encore pourquoi le Canada est en élection. « On est en quatrième vague. Le nombre de cas explose dans les écoles primaires. Ça fonctionnait bien à la Chambre des communes. Si les électeurs choisissent un gouvernement minoritaire, c’est la meilleure façon de s’assurer que le gouvernement négocie pour aller en chercher plus », croit-il.

Finalement, Alexis Beaudet souhaite porter une parole. « Il faut qu’il y a une discussion sur la reconnaissance du racisme systémique. Il se passe quelque chose chez nous. À la Manawan, il y a un gros problème de logement. Si joliette me donner une parole, je vais la porter jusqu’à Ottawa », a-t-il déclaré.

Sur le thème de l’économie, il a été question des contradictions que l’on peut avoir sur une idée principale (appui du Bloc au troisième lien à Québec), les propositions pour permettre une plus grande égalité sociale sans pour autant offrir davantage aux plus grandes entreprises multinationales, le manque de place dans les garderies et pour favoriser les femmes qui veulent enrichir le travail et veulent y retourner, la gestion de l’offre et les agriculteurs ainsi que le financement en santé et leurs normes,

Sur le plan environnemental, les sujets abordés ont été la finance verte, l’utilisation des 36 M$ de la Banque d’infrastructures pour des projets verts, la lutte aux changements climatiques, le troisième lien à Québec ainsi que le transport collectif.

Enfin, dans les enjeux régionaux, la pénurie de main-d’œuvre, la PCRE, le manque de locaux à la Manawan. la compréhension de la population vs le racisme systémique,  le NPD et les enjeux régionaux dans le comté et les MRC de Joliette et de la Matawinie ont été abordés.