Suite à l’annonce du lancement du plan RésiliArt de la MRC de D’Autray et de la diffusion de l’annexe dudit plan, nous, acteurs culturels du territoire, avons décidé de nous regrouper pour manifester notre inquiétude face à l’avenir de la culture et du patrimoine, particulièrement en cette période difficile.

En quelques mots, le plan RésiliArt est issu du réaménagement des budgets et des projets de l’entente de développement culturel liant la MRC de D’Autray avec le ministère de la Culture et des Communications et a pour objectif de « proposer une offre culturelle adaptée au contexte de la crise actuelle ». Ce plan s’adresse principalement aux municipalités et l’annexe explique que « le report du projet Lumen rendra disponible une somme de 30 000$ aux initiatives culturelles municipales ».

Comprendre la situation culturelle en temps de crise

Il y a quelques semaines, l’UNESCO publiait son premier bulletin de suivi des impacts de la crise et résumait ainsi la situation mondiale de la culture et du patrimoine :

Des sites du patrimoine mondial vides, des événements culturels annulés, des institutions culturelles aux portes closes, des pratiques culturelles interrompues […]. L’impact du COVID-19 sur le secteur culturel est ressenti à l’échelle mondiale. Les répercussions sont sociales, économiques et politiques ; elles affectent le droit fondamental d’accès à la culture, les droits sociaux des artistes et professionnels culturels et la protection de la diversité des expressions culturelles. L’ampleur de la crise risque également d’approfondir les inégalités et de fragiliser davantage les communautés vulnérables .

De plus, deux sondages publiés les 26 et 29 avril dernier, indiquent que « les deux tiers des Québécois ne sont pas prêts à retourner en salle de spectacles ou à visiter un musée et que cette inquiétude pourrait durer jusqu’à 6 mois après la réouverture ».

Malgré ces constats alarmants, la MRC de d’Autray a affirmé la semaine dernière que « la majorité des organismes culturels ne subissent pas de répercussions inquiétantes au niveau financier ». Suivant cette analyse arbitraire de notre situation financière, le plan RésiliArt a donc été adopté par les élus municipaux lors de la séance du Conseil du mois de mai avec, comme mesure principale, le « projet municipal » dont l’objectif est « d’encourager les municipalités à offrir une activité culturelle malgré la crise » et ce, en leur octroyant une aide financière dont l’enveloppe totalise 30 000$ et servant à financer « un projet initié par la municipalité ou un projet clé en main proposé par le comité culturel et coordonné par l’agente de développement culturel».

Force est de constater que la sous-représentation des acteurs du milieu culturel du territoire sur le comité culturel de la MRC, composé majoritairement d’élus et d’employés municipaux, ainsi que le fait que nous ne soyons pas invités aux consultations MRC traitant de la culture, ont pour tragique conséquence cette incompréhension de notre situation, de nos besoins et affecte directement la qualité de vie des citoyens. Nous sommes donc d’avis que la mise en place d’un réseau culturel d’autréen faciliterait la compréhension de la MRC quant à notre réelle situation et la sensibiliserait à tous nos enjeux, dont financiers. À titre d’exemple, de nombreuses MRC ont mis en place des tables de concertation culturelles et des consultations fréquentes, comme la MRC de Portneuf et la MRC de Coaticook.

Agir dans un esprit de concertation, de solidarité et en faveur du développement culturel local

Compte tenu de la crise qui a frappé de plein fouet le milieu culturel et qui nous place dans une situation de précarité extrême, considérant notre situation très préoccupante et les impacts d’envergure dont les répercussions se ressentiront pendant des années à venir, nous croyons qu’il y a une stratégie plus efficace, plus inclusive et qui va dans le sens des valeurs d’autréennes pour l’utilisation de ces fonds. De plus, nous craignons que cette somme soit utilisée à d’autres fins que le développement culturel, par exemple, pour tenir des activités de loisirs, de divertissement ou d’inviter des projets « clés en main » qui ne permettraient ni de soutenir le milieu, ni de redynamiser la culture sur le territoire et encore moins d’encourager le développement et la création.

Dans l’histoire de son développement culturel, la MRC de D’Autray a toujours agi dans un esprit de concertation et de mobilisation avec son milieu, milieu qu’elle représente auprès des différentes instances gouvernementales en s’assurant de générer des retombées positives, notamment sur le plan économique. Nous proposons donc d’utiliser cette enveloppe pour créer un fonds de soutien aux acteurs du milieu culturel du territoire et qui répondrait aux quatre axes de la Politique culturelle de la MRC de D’Autray :

Axe 1 : Réfléchir collectivement à l’identité d’autréenne

Il s’agit d’utiliser les ressources et les forces culturelles locales pour développer et stimuler la fierté régionale en réalisant des projets qui mettent en valeur la vitalité culturelle d’autréenne et le sentiment d’appartenance.

Axe 2 : Favoriser l’accessibilité à la culture et la participation citoyenne 

Les acteurs culturels du territoire possèdent l’expertise et les compétences en développement et en gestion culturelle et sont en mesure de développer des projets de médiation culturelle en faveur de la population locale.

Axe 3 : Assurer une synergie dans le développement culturel d’autréen

La culture est un enjeu du développement socioéconomique et la collaboration municipale avec les acteurs culturels du territoire répond précisément à cet axe. Il s’agit de soutenir et d’appuyer les municipalités en utilisant les ressources culturelles locales pour le développement et l’accompagnement dans le cadre de projets culturels, favorisant par la même occasion un maillage riche et solide, au bénéfice de la collectivité.

Axe 4 : Supporter la création

Cet axe vise à « soutenir les artistes, les organismes et le milieu culturel dans le développement et la réalisation de leurs activités et de leurs produits culturels », une orientation fondamentale en cette période sombre pour l’avenir du milieu culturel où nous avons plus que jamais besoin de soutien pour développer nos propres projets.

Travaillons tous ensemble pour la culture

En définitive, c’est dans un esprit de collaboration, d’ouverture et de solidarité, particulièrement essentiel en cette période de crise, que nous interpellons la population, les élus ainsi que la MRC de D’Autray afin que le volet municipal du plan RésiliArt soit reconsidéré et adapté aux véritables enjeux culturels et aux besoins du milieu. Collectivement, nous aurions avantage à le transformer en fonds de soutien aux acteurs culturels du territoire afin de leur permettre de créer et de développer des projets, main dans la main avec les municipalités et au bénéfice de la population.