Le DPCP annonce qu’il ne portera pas d’accusation dans le dossier de l’enquête indépendante instituée à la suite de l’événement survenu les 4 et 5 février 2021 à Berthierville

Après examen du rapport produit par le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) en lien avec l’événement entourant le décès d’un homme survenu le 5 février 2021 à Berthierville, le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) conclut que l’analyse de la preuve ne révèle pas la commission d’une infraction criminelle par les policiers de la Sûreté du Québec (SQ).

L’examen du rapport d’enquête préparé par le BEI a été confié à un procureur aux poursuites criminelles et pénales (procureur). Ce dernier a procédé à un examen complet de la preuve afin d’évaluer si celle-ci révèle la commission d’infractions criminelles. Le procureur a rencontré et informé les proches de la personne décédée des motifs de la décision.

Événement

Le 4 février 2021 en soirée, quelques occupants d’unités d’un édifice à  logements d’habitation contactent les services d’urgence. Ils entendent un homme crier et des coups de feu provenant d’un logement à proximité. Les bruits proviennent de l’appartement d’un homme de 77 ans qui vit avec deux proches d’âge adulte. Rapidement, un périmètre de sécurité est établi et quelques minutes après, un des proches de l’homme réussit à quitter l’appartement. Il est immédiatement pris en charge par les policiers. Il explique que l’homme est armé d’un fusil de chasse et qu’il tire partout dans l’appartement. Il mentionne ne l’avoir jamais vu dans cette condition. L’autre proche est toujours dans l’appartement. L’homme tient des propos inquiétants et il est incohérent.

Vers minuit, le deuxième proche de l’homme réussit à quitter le logement par une fenêtre. Il informe un agent de ce que l’homme lui a dit : si la police intervient, il se défendra et que la dernière cartouche sera pour lui. À plusieurs reprises durant la nuit, les policiers tentent d’entrer en contact avec l’homme, tant via la ligne fixe du logement que par le biais d’un cellulaire. Le système de haut-parleur d’une voiture de patrouille est aussi utilisé. Des coups de feu sont entendus sporadiquement et l’homme ne communiquera jamais avec les policiers. Le périmètre de sécurité est maintenu ainsi toute la nuit. Le groupe d’intervention tactique (GTI) est déployé.

Tôt le matin du 5 février, les policiers sont en mesure de faire entrer un robot muni d’une caméra et d’un microphone dans l’appartement. À 7 h 35, un coup de feu est entendu. Le robot capte la voix faible d’un homme se plaignant d’une douleur. Le robot trouve le corps de l’homme qui s’est enlevé la vie avec une arme à feu. Les policiers du GTI entrent et constatent que le seul occupant est un homme grièvement blessé, couché dans le bain. Il est déplacé au salon et les mesures de réanimation sont débutées. Les ambulanciers prennent rapidement le relai. Le décès de l’homme est constaté à distance par un médecin à 9 h 15.

Analyse du DPCP

Dans la présente affaire, le DPCP est d’avis que les policiers n’ont commis aucune infraction criminelle qui pourrait expliquer la mort de l’homme. Ils n’ont pas utilisé la force ni d’armes létales contre l’homme barricadé dans son domicile. Il n’est donc pas requis de se demander si l’article 25 du Code criminel trouve application.

Cette disposition qui accorde une protection à l’agent de la paix qui emploie la force dans le cadre de l’application ou de l’exécution de la loi ne trouve pas application, puisqu’il n’y a pas eu usage de la force.

À la suite de son analyse, le DPCP est d’avis que la preuve ne révèle pas la commission d’un acte criminel par les policiers de la SQ impliqués dans cet événement.

Dernières nouvelles:

Partenaires:

Gouttière Lanaudière
Comment investir ?
Financement de Bateau
Nouvelles des Laurentides
Côte à côte 6 places
Tracteur Lovol
LeQuebec.net
VTT CFMoto
VTT ATV Argo
VTT Segway
Zone Récréatif
Maquillage Permanent
Nettoyage de drain
Savonnerie Artisanale Joliette