La sagesse de Kingsbury lui vaut l’argent à Val Saint-Côme

Photo courtoisie Mateusz Kielpinski / FIS Freestyle

Accueilli en véritable rockstar pour une deuxième journée de suite, Mikaël Kingsbury a encore une fois donné tout un spectacle à la Coupe du monde de Val Saint-Côme. En finale des bosses en parallèle, le Québécois a joué de prudence et a décidé de s’arrêter avant le dernier saut pour « sauver sa saison », en route vers une médaille d’argent.

Le vainqueur de l’épreuve en simple disputée vendredi soir était opposé au Suédois Walter Wallberg, le médaillé d’argent de la veille, en grande finale. Ce dernier détenait une légère avance à l’atterrissage du premier saut, ce qui a forcé Kingsbury à prendre de la vitesse pour tenter de le rattraper. Arrivé au deuxième saut, il a préféré se laisser tomber sur le dos plutôt que de « partir pour deux flips ».

« C’était ça où j’atterrissais beaucoup trop loin ! On est au milieu de la saison et il reste beaucoup de courses, dont les Championnats du monde où j’ai confiance que je peux aller jusqu’au bout. J’ai pris une sage décision et je peux sortir d’ici en disant mission accomplie », a partagé le favori de la foule sans remords.

Mikaël Kingsbury avait défait le Suédois Filip Gravenfors en demi-finale dans une course chaudement disputée. Gravenfors a été plus rapide, comme ce fut le cas en finale à Idre Fjäll en décembre. Une fois de plus, la technique de Kingsbury est venue faire la différence, comme il le prévoyait.

« Je sais qu’il va toujours croiser la ligne avant moi, parce que c’est probablement le gars le plus fearless que j’ai vu en bosses », a déclaré le skieur de Deux-Montagnes, qui compte désormais 109 podiums en Coupe du monde.

« Il n’y a rien de négatif dans ce que j’ai fait aujourd’hui, j’ai probablement sauvé le reste de ma saison », a déclaré Mikaël Kingsbury.

Des défis de taille

Trois autres Québécois ont atteint les huitièmes de finale samedi soir et ils ont tous affronté un skieur du top-3 de la discipline.

Elliot Vaillancourt s’est mesuré à celui qui détenait le maillot jaune en début de journée, Ikuma Horishima. Il a commis une légère erreur à l’atterrissage du premier saut, mais a tout de même réussi à chauffer le Japonais.

« C’était la deuxième fois que je l’affrontais cette année. À l’Alpe d’Huez, j’avais fait de grosses erreurs et je lui avais donné facile (la victoire). Là, je voulais faire une descente pour qu’il se souvienne de moi. Je suis extrêmement content de ma descente. J’ai été plus vite que le meneur de la Coupe du monde en duel! » a lancé le Drummondvillois. En se classant 10e, il pointe parmi le top-10 pour une deuxième à Val Saint-Côme.

De son côté, Julien Viel a perdu son duel contre l’éventuel vainqueur Walter Wallberg. Louis-David Chalifoux était pour sa part opposé à son coéquipier Mikaël Kingsbury.

« Mik, c’est Mik! » a lancé Chalifoux en riant, 14e du jour. « Il n’y a pas grand-chose à faire que faire de son mieux. C’était une belle descente quand même. Je n’ai pas été capable de le suivre, mais je suis satisfait de la façon dont j’ai skié. »

Kerrian Chunlaud (21e) et Gabriel Dufresne (29e) ont été éliminés au tableau des 32, tandis qu’Alexandre Lavoie (36e) a été stoppé aux qualifications.

À l’épreuve féminine, Laurianne Desmarais-Gilbert a eu la lourde tâche d’entamer son parcours face à la Française Perrine Laffont, qui visait un cinquième podium consécutif à cette épreuve.

La skieuse de Sainte-Adèle a perdu, tandis que Laffont s’est dirigée vers la deuxième marche du podium. Elle s’est inclinée en grande finale devant la Japonaise Anri Kawamura. La Britannique Makayla Gerken Schofield a reçu le bronze en l’emportant face à l’Américaine Jaelin Kauf en petite finale.

Chose certaine, la Coupe du monde de Val Saint-Côme aura été fort appréciée par l’ensemble de l’équipe canadienne. Il s’agissait des premiers duels présentés en sol canadien depuis 2012. À l’époque, Kingsbury avait décroché l’or au Mont-Gabriel.

« Chaque endroit, des partisans crient pour des skieurs particuliers et ici, ça crie assez fort. C’est vraiment cool quand c’est pour toi ! » a-t-il admis.

L’éclairage de la piste, les encouragements de la foule, difficile de trouver mieux pour motiver les troupes en vue du rendez-vous tant attendu de Deer Valley qui aura lieu la fin de semaine prochaine, aux États-Unis.

Avec la collaboration de Sportcom

Dernières nouvelles:

Partenaires:

Gouttière Lanaudière
Comment investir ?
Financement de Bateau
Nouvelles des Laurentides
Côte à côte 6 places
Tracteur Lovol
LeQuebec.net
VTT CFMoto
VTT ATV Argo
VTT Segway
Zone Récréatif
Maquillage Permanent
Nettoyage de drain
Savonnerie Artisanale Joliette