Plusieurs acteurs de la communauté d’affaires et des élus de Joliette se mobilisent pour dénoncer le traitement inégale et incompréhensible que le gouvernement du Québec réserve au centre-ville de Joliette dans le cadre de l’annonce de l’aide financière octroyée pour la relance économique des centres-villes au Québec.

Alors que le centre-ville de Joliette a gravement souffert et travaille d’arrache-pied à se relever de la pandémie, la Société de développement du centre-ville de Joliette appelle le gouvernement Legault à aller au-delà des mesures annoncées qui sont du mur à mur à la grandeur du Québec en ce qui concerne l’aide annoncée pour la relance économique des centres-villes au Québec. Cette annonce ne se basant aucunement sur les besoins réels des centres-villes, qui n’ont d’ailleurs pas eu l’opportunité de déposer un dossier au ministère écartant certains d’entre eux de l’équation administrative laissant pour compte des économies locales essentielles comme celle de Joliette et laissant croire à une économie à deux vitesses au Québec.

Nous ne pouvons que nous réjouir pour les centres-villes qui recevront une aide financière afin de travailler leur relance. Toutefois, les centres-villes de la taille de Joliette et les entreprises qui les composent ont de réels besoins et ce, afin d’éviter à court terme la faillite des restaurants, des lieux de culture, des commerces et la dévitalisation des milieux de vie.

La Société de développement du centre-ville de Joliette et ses partenaires souhaitent que le gouvernement du Québec ajuste son plan d’aide financier le plus tôt possible pour supporter le centre-ville de Joliette et sa communauté d’affaires pour la relance économique. Il ne faut pas oublier que la Ville de Joliette a toujours été reconnue comme capitale régionale et que son centre-ville contribue largement à offrir différents services à la population du Grand Joliette mais aussi à tout le nord de Lanaudière.

« Nous déplorons l’absence d’aide financière pour la relance du centre-ville de Joliette. À titre de capitale et de cité régionale, nous réclamons le même soutien financier qui est offert aux villes similaires. Cette aide est essentielle et permettra à notre centre-ville ainsi qu’à ses commerçants de se relever de la crise sanitaire » a déclaré Alain Beaudry, maire de la Ville de Joliette.

« C’est une annonce inexpliquée et inexplicable. Comment le gouvernement peut-il justifier que Joliette ne reçoive aucune aide alors que nous avons été en zone rouge tout comme la CMM pendant de longs mois et que notre centre-ville en a gravement fait les frais ? Où sont la logique et la transparence? Nous allons nous mobiliser pour que les changements qui s’imposent soient apportés et rapidement! C’est une question d’équité et de respect pour notre monde, nos commerçants et notre économie locale », a souligné Véronique Hivon, députée de Joliette.

« Bien que nous saluions l’initiative de départ du gouvernement, permettez-nous de nous poser la question suivante: Pouvons-nous penser qu’il existe une économie à deux vitesses ? Est-ce que les besoins des régions administratives ont réellement été pris en considération ? Nous osons croire que le processus d’octroi du gouvernement n’a pas été aléatoire, mais en quoi est-il justifiable ? Pour le centre-ville de Joliette ce sont des répercutions économiques directes sur plus de 60 000 habitants. La crise a durement touché l’ensemble du Québec, Joliette y compris. La ministre ne voulait pas saupoudrer les enveloppes financières, mais de là à laisser une région complète dans l’oubli, nous nous permettons de demander au gouvernement de démystifier cette décision. », a précisé la Chambre de commerce du Grand Joliette.