Avant les fêtes, des élèves de 4e secondaire du programme d’ouverture sur le monde (POM) de l’école secondaire de l’Érablière ainsi que des élèves en danse de la même école ont rayonné dans les rues de Montréal. Le groupe fut mobilisé afin d’apporter de l’aide à l’organisme Amnistie internationale dans sa lutte pour la défense des droits de la personne.

Installé entre autres à Montréal à la maison du développement durable, l’organisme Amnistie internationale orchestre depuis plusieurs années un marathon d’écriture. Ce dernier a pour but de libérer des prisonniers injustement emprisonnés partout dans le monde grâce à des cartes et des signatures.

Cette année, ce sont dix cas de jeunes âgés de 18 à 26 ans qui ont été sélectionnés par l’organisme. Emprisonnés ou persécutés sans aucune raison valable, ces jeunes ont pu recevoir plusieurs centaines de cartes de vœux pour la nouvelle année.

Tenter de libérer ces gens devrait être l’affaire de tous puisque ce sont pour plusieurs des prisonniers d’opinion qui tentent de faire avancer les mentalités dans leur pays. Nous ne pouvons être indifférents aux souffrances d’autrui simplement parce qu’elles sévissent sur un autre territoire, car le combat pour la dignité humaine ne se fait pas en un endroit, mais bien sur tous les continents. La communauté internationale doit faire pression et c’est pourquoi les élèves de l’école secondaire de l’Érablière étaient sur place.

Apporter de l’espoir aux victimes, c’est apporter de l’espoir aux familles, à la communauté et finalement à tout un peuple.