Près de 20 mois après s’être engagé à effectuer des travaux de mise à niveau des installations septiques, les résidents de la Coop Mobile de Notre-Dame-de-Lourdes (anciennement Paradis Mobile) peuvent dire mission accomplie.

En effet, les 31 résidents qui font partie de cette Coop ont annoncé, le 15 novembre dernier, que ces travaux étaient terminés, dans le délai prévu.

« Enfin on va pouvoir rester chez nous! Nous pouvons arrêter d’avoir peur d’être expulsés, nos conditions sont remplies, nous sommes propriétaires de notre terrain et de notre propre usine de traitement des eaux usées», a déclaré avec beaucoup d’émotion, en conférence de presse, Manon Bastien, vice-présidente de la Coop Mobile.

Le 28 mars 2017, la Cour supérieure du Québec avait entériné une entente faite par la municipalité et la Coop, créée quelques  semaines plus tôt. Celle-ci s’était engagée à effectuer ces travaux dans un délai de 20 mois.

Depuis  ce jugement, la coopérative a procédé en étape à la réalisation du projet : retenir un ingénieur pour les plans et devis, faire une étude environnementale, demander le certificat d’autorisation, changer le zonage, confirmer le montage financier, sélectionner un entrepreneur pour la réalisation des travaux, les tests et enfin, la mise en service du nouveau système autonome de traitement des eaux usées.

« Je tiens à féliciter les citoyens du Paradis-Mobile qui se sont rassemblés et qui ont travaillé d’arrache-pied pour prendre en main et régler cette situation environnementale qui ne pouvait plus durer », a souligné la mairesse de Notre-Dame-de-Lourdes, Céline Geoffroy.

En plus de ces travaux, le conseil continuait d’assurer la gestion courante et l’entretien des équipements actuels de la coopérative.

De son côté, la députée de Joliette à l’Assemblée Nationale, Véronique Hivon, a tenu à saluer le travail extraordinaire des citoyennes et citoyens qui ont fait preuve de leadership et de solidarité en se regroupant au sein d’une coopérative. « L’annonce d’aujourd’hui est également le fruit d’un travail de concertation entre les différents acteurs de la communauté. C’est une très belle réalisation, autant au point de vue environnemental que pour la qualité de vie des gens, dont nous pouvons être fiers, collectivement», a précisé la députée.

fin, travaux, de mise à niveau, installations septiques, Coop Mobile
Photo courtoisie .Avant l’enfouissement

Plusieurs partenaires

Le coût total du projet s’élève à 850 000$ et a pu être financé grâce à l’effort des membres de plus que doubler leurs loyers mensuels.

Ce montant est majoritairement financé par Investissement Québec avec deux fonds destinés à l’entrepreneuriat collectif, IMPLIQ (625 000$) et le Programme favorisant la capitalisation des entreprises de l’économie sociale (100 000$).

Grâce aux démarches de Véronique Hivon, la coopérative a pu obtenir un montant cumulatif de 41 000$ provenant des budgets discrétionnaires des ministres et Ministères suivants soit le Ministère du Développement Durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les Changements Climatiques du Québec; le Ministère de la Sécurité Publique du Québec; le Ministère de l’Emploi et de la Solidarité du Québec; le Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec ainsi que le Ministre responsable de la région de Lanaudière.

Notons enfin que la coopérative bénéficie d’une contribution non remboursable de 5000$ provenant du Comptoir vestimentaire de Notre-Dame-de-Lourdes ainsi qu’une contribution non remboursable de 3000$ provenant de la Caisse d’économie solidaire Desjardins à travers son programme Jeune Entreprise Collective.

Le conseil tient également à remercier le soutien professionnel et continu de Mme Julie Thériault, organisatrice communautaire au Centre intégré de santé et de services sociaux de Lanaudière (CISSSL) ainsi que M. Evan Murray, directeur régional de la Coopérative de développement régional du Québec (CDRQ).

fin, travaux, de mise à niveau, installations septiques, Coop Mobile
Photo courtoisie