Le Réseau du Patrimoine Anglophone du Québec (RPAQ) s’est associé à neuf groupes communautaires de partout dans la province pour préserver et partager les connaissances historiques locales, en mettant un accent particulier sur l’histoire anglophone du Québec. Belonging and Identity in English Quebec, un projet du RPAQ financé par le Secrétariat pour les relations avec les Québécois d’expression anglaise, appuiera le développement d’activités muséales et d’apprentissage du patrimoine dans plusieurs régions du Québec au cours des six prochains mois.

«Nous sommes très heureux de travailler avec nos membres sur une telle gamme de projets d’histoire intéressants», a déclaré Matthew Farfan, directeur général de RPAQ, à la suite de l’annonce des communautés participantes. Des contributions financières aux sociétés d’histoire locale et à d’autres groupes culturels totalisant plus de 44000 $ serviront à mettre en valeur les contributions historiques des personnes d’expression anglaise du Québec dans les régions de l’Estrie, de la Montérégie et de Lanaudière, ainsi qu’en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine.

Les sociétés d’histoire gérées par des bénévoles et les petits musées ont été durement touchés par les restrictions de santé publique liées à Covid au cours de l’été 2020, la plupart signalant des perturbations dans leur programmation saisonnière et une forte baisse des revenus des visiteurs. L’initiative Belonging and Identity vise à aider les groupes patrimoniaux à continuer de mobiliser et d’informer les Québécois sur l’histoire et la culture locales pendant la pandémie en cours en soutenant des activités qui peuvent atténuer l’impact de l’isolement social parmi les membres de la communauté.

C’est avec grand enthousiasme que l’Organisation de la communauté anglophone de Lanaudière (OCAL) produira un documentaire vidéo qui raconte l’histoire de la seigneurie de Mascouche, une propriété patrimoniale unique aux liens fascinants avec les périodes coloniales françaises et anglaises historiques du Québec. «Nous sommes heureux de pouvoir partager l’apport de la communauté anglophone dans l’histoire de Mascouche» ont été les paroles de Mathieu Desbiens, agent de développement chez OCAL et responsable du projet.