C’est ce matin (25 juin) qu’a débuté l’enquête sur remise en liberté de l’homme d’affaires joliettain Jean-François Malo, accusé de tentative de meurtre sur l’avocat Nicholas Daudelelin.

L’homme de 41 ans fait aussi face à des chefs  d’avoir déchargé une arme à feu, d’avoir agi de manière et avec l’intention de provoquer la peur sur une personne du système judiciaire et d’entraver à la justice en usant de violence.

Une ordonnance de non-publication a été émise à la demande de la Couronne, ce qui empêche les médias de dévoilé toute la preuve  devant le juge Dominique Dudemaine, au palais de justice de Saint-Hyacinthe.

L’accusé, qui assiste à l’audience en direct du centre de détention où il est incarcéré, est soupçonné d’avoir commandé la tentative de meurtre de l’avocat Nicholas Daudelin. Dans la soirée du 26 mars dernier, l’avocat a subi des blessures à une jambe par deux individus qui venaient de sonner à sa porte de son domicile de la rue des Passerins à Mont Saint-Hilaire.

Me Daudelin représente la Fédération des caisses Desjardins dans un procès civil contre Jean-François Malo pour une fraude présumée de plusieurs millions de dollars. Une enquête policière est aussi en cours concernant cette fraude.

Deux individus, qui auraient ouvert le feu contre M. Daudelin ont été arrêté plus tôt, la semaine dernière, avec deux autres complices. Daouda Dieng, 35 ans, de Brossard, et Cheikh Ahmed Tidiane Ndiaye, 40 ans, de Longueuil font face aux mêmes accusations que Jean-François Malo.

Rappelons que Jean-François Malo avait été arrêté, tôt le matin, le 19 juin dernier, à son domicile de Joliette par les enquêteurs du Service des enquêtes sur les crimes majeurs de la Sûreté du Québec, en collaboration avec la Division des enquêtes sur la criminalité financière organisée.