Le premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé, en point de presse cet après-midi (21 mars) que le nombre de décès lié avec la COVID-19 était passé à cinq dont quatre dans Lanaudière.

« Le nombre de cas de personnes infectées est passé à  181 au Québec, cela s’explique par le fait que le ministère de la Santé et des Services sociaux a accéléré le nombre de tests. Le gouvernement du Québec se prépare actuellement à tous les scénarios », a-t-il déclaré aux membres des médias.

Quatre des cinq décès sont liés à une éclosion dans une résidence de personnes âgées à Lavaltrie soit la résidence Éva. La résidence est en confinement et les autorités de santé publique ont pris toutes les mesures nécessaires pour éviter que d’autres personnes soient infectées.

Dans la province, parmi les cas recensés, 19 personnes sont hospitalisées, dont 10 aux soins intensifs. Pour Lanaudière, on dénombre neuf cas.

« Il s’agit là d’un rappel sévère du sérieux de la situation et de la nécessité de respecter les directives du gouvernement et des autorités de santé publique, notamment de limiter les contacts sociaux et de garder une distance d’un à deux mètres entre chaque individu », a ajouté M. Legault.

Le premier ministre a rappelé qu’en plus des déplacements entre les régions du Québec, les déplacements tout court sont dorénavant fortement déconseillés.

Comme les chiffres le démontrent, de plus en plus de Québécois sont touchés par le virus et il y en aura d’autres au cours des prochaines semaines. Il est donc très important de ne pas propager la COVID-19 d’une région à l’autre, d’une ville à l’autre, et même d’un quartier à l’autre. « Sauf si c’est nécessaire, on vous demande de vous déplacer le moins possible », a sommé le premier ministre.

Le 20 mars, le gouvernement du Québec a adopté un décret prolongeant de dix jours l’état d’urgence sanitaire, qui donne des pouvoirs additionnels au ministère de la Santé et au directeur national de santé publique pour, entre autres, faire respecter l’interdiction des rassemblements et mettre en quarantaine des personnes qui présenteraient un risque pour la santé publique. « Les gestes qu’on pose actuellement sauvent des vies », a mentionné M. Legault.