L’homme soupçonné d’être l’auteur d’une agression à la machette à Joliette, le 6 juillet dernier, attendra son procès en prison.

Chad Gagnon, 21 ans, de Joliette, a subi son enquête sur remise en liberté, en fin d’avant-midi, le 9 juillet, au palais de justice de Joliette.

La juge Maria Albanese n’a eu aucune hésitation à ordonner la détention de l’accusé, pour la protection du public, qualifiant d’inquiétant la violence verbale et physique utilisée par Chad. Gagnon

La procureure de la Couronne, Me Sabrina Gesualdi-Gilbert a fait un bref résumé des événements reprochés à l’accusé.

La double agression armée est survenue vers 16 h, sur la rue Fabre, dans le secteur de la piscine municipale. Selon les premières informations obtenues de la Sûreté du Québec, le suspect aurait frappé les victimes avec une machette.

Il avait pris la fuite avant d’être rapidement arrêté à la suite du ratissage des policiers du poste de la MRC de Joliette. Pour ce qui est des deux personnes légèrement blessées, elles avaient été traitées sur place par les ambulanciers. Une preuve vidéo a également été présentée au tribunal.

Appelé à témoigner lors de son enquête sous cautionnement, Chad Gagnon s’est dit prêt à s’engager 1000$ sans dépôt qu’il respecterait toutes les conditions imposées par la juge. Il affirme ne pas avoir de problème de consommation bien qu’il fume un joint aux deux jours.

Plusieurs crimes allégués

Au cours des derniers mois, l’accusé aurait multiplié les délits qui lui ont valu plusieurs accusations criminelles.

Un soir de novembre dernier il aurait tout d’abord proféré une menace de causer la mort à son ex-conjointe. Il serait rendu à l’extérieur à proximité de la Maison Rolland-Gauvreau et aurait crié à la présumée victime : « je vais te tuer ».

Puis en février 2021,il aurait brisé ses conditions en étant en présence de la présumée dans l’événement principal.

Le 30 avril, il aurait menacé de mort un intervenant travaillant à un refuge pour itinérants à Joliette. S’étant présenté sur place en état d’ébriété, il souhaitait parler à quelqu’un. On lui a mentionné qu’il n’était pas la bienvenue à cet endroit. Chad Gagnon hausse le ton et aurait alors mentionné : « Le p’tit gros, je ne veux pas le revoir, je vais lui péter les dents ». Il a aussi ajouté qu’il reviendrait péter la porter pour entrer.

Puis, le 18 mai dernier, il aurait menacé de causant la mort ou des lésions corporelles une amie de son ex-conjointe « qu’il lui casserait les deux jambes », selon ses propos.

Le 7 juin, une altercation aurait éclaté entre Chad Gagnon et son ex-conjointe chez une amie de celle-ci. L’accusé aurait utilisé un aérosol de type poivre de cayenne pour s’en prendre à elle. Il a aussi été arrêté de deux bris de conditions.

Enfin, le 27 juin dernier, les policiers de la SQ ont répondu à un appel pour une agression armée à Joliette. Les deux présumées victimes ont déclaré avoir été menacées au couteau et s’être fait courir après par le suspect. Il les a menacés de les poignarder également. Une des deux victimes aurait même fait une crise d’épilepsie à la suite de l’incident. L’accusé a également poignardé les deux victimes par la suite. Chad Gagnon doit répondre à deux chefs d’agression armée, deux de menace de mort ou de causer des lésions corporelles et deux bris de condition.

L’accusé reviendra le 2 août prochain pour la suite des procédures.