De nos jours, les entreprises et les organisations n’ont pas le choix de s’adapter au changement afin de continuer à progresser et pour faire face aux nombreux défis des années 2000, les gestionnaires doivent faire preuve de leadership.

C’est d’ailleurs un des messages qu’a voulu livrer le Sébastien Sasseville lors de la première conférence 2019-2020 des Matinées Lanaudoise, le 18 septembre dernier.

À travers sa conquête du Mont Everest et de son périple à la course à travers le Canada, M. Sasseville rappelle l’important des notions d’adaptation au changement, de développement d’une stratégie de transformation et d’exécution.

« La culture d’une organisation est l’affaire de tous. Cette culture s’articule sur trois piliers soit l’attitude, les comportements et les actions », a-t-il tout d’abord mentionné.

M.Sasseville ajoute qu’il faut reconnaître les moments de leadeship. Ce sont les leaders qui incarnent la mission d’une entreprise ou d’une organisation.

« Ce n’est pas d’atteindre le Mont Everest qui est le plus difficile, c’est surtout de le redescendre. Plus des tiers qui atteignent  cette montagne meurent sur le chemin du retour », a souligné le conférencier.

Pour lui, diriger c’est inspirer la coopération et transmettre la soif de se dépasser pour l’avancement du bien commun. Le leadership c’est convaincre et stimuler par l’action, écouter et surtout, donner.

« Le vrai leadership signifie aussi d’avoir le courage de ne pas seulement récompenser les effectifs en fonction de leur rendement, mais également en fonction de leurs aptitudes à créer, mettre en pratique et maintenir des habitudes de croissance qui supportent la réelle mission de l’entreprise. Les ventes, les sommets, les résultats, les fils d’arrivée et les profits suivront inévitablement », a précisé Sébastien Sasseville.