Un projet de mini maisons écoénergétique vient de voir le jour à Sainte-Émélie-de-l’Énergie.

«  Les boisés de la Rivière Noire » est né à la suite d’une réflexion entreprise l’hiver dernier par Yanick Gosselin, président du Groupe Sanik.

« Je venais d’acheter un terrain ici. J’ai reçu plusieurs appels pour installer différentes infrastructures. Mais rapidement, l’idée d’avoir un parc de mini maisons a fait son œuvre », a-t-il  expliqué en conférence de presse, le 20 août dernier.

Le projet offre différents type de mini maisons dont la superficie varie entre 490 à 900 pieds carrés. Pour ce qui est des terrains, leur superficie variera entre 44 000 et 180 000 pieds carrés.

« Les gens peuvent avoir une maison clé en main pour un montant qui varie entre 145 000$ et 200 000$ (incluant des frais afférents obligatoires). La maison est construite en usine et amenée sur place. Elle peut être prête 60 jours après la conclusion de l’entente », ajoute M. Gosselin.

De son côté, Julie Kovacs, agente immobilière et une des responsables du projet, précise que les propriétaires, bien que branchés sur le réseau d’Hydro-Québec,  verront leur facture mensuelle d’électricité à zéro. De plus, l’isolation de la maison est supérieure à la moyenne.

« Comme la maison fonctionne grâce au soleil, elle produit autant d’énergie qu’elle en consomme. De plus, une maison solaire a un impact réduit sur son environnement) déchets, émissions, etc) » a-t-elle souligné.

Ce type de maison est adapté aux électro-sensibles et aux personnes qui protègent leur santé.  Pour ce qui est matériaux utilisés pour la construction de ces mini maisons, ils sont ni toxiques, sans colle, sans solvant. Les matériaux proviennent de la région et peuvent être recyclés a 98%.

« Il y a un réel engouement pour ce type de maison, notamment chez les boomers. Je reçois au moins cinq appels par semaine pour ça », affirme Julie Kovacs.

Actuellement, une quinzaine de terrains sont disponibles pour recevoir ces mini-maisons, Yannick Gosselin a bon espoir que ceux-ci seront tous vendus d’ici l’été 2020.

Photo Guy Latour. De gauche à droite: Éric Foucrault, Julie Kovacs Yanick Gosselin et Martin Héroux (maire de Sainte-Émélie).

Deux municipalités

Seulement deux municipalités dans le nord de Lanaudière acceptent ce type de maisons, soit Chertsey et Sainte-Émélie-de-l’Énergie.

« On accepte ça car c’est dans les normes minimales des résidences acceptées et ça cadre parfaitement dans notre réglementation municipale », a déclaré le maire de Sainte-Émélie, Martin Héroux.

Ce dernier ajoute ne pas avoir peur que ces mini maisons amènent une dévaluation des autres résidences.  « Le projet présenté met en valeur la belle nature et est aussi axé sur le récréo-tourisme comme les sentiers de motoneige. De plus, on préserve le paysage et l’intimité entre chaque mini maison ».