La Ville de Joliette a tenu à faire le point dans le dossier du projet d’acquisition de l’immeuble BP Canada à la suite de doléances faites par un citoyens au cours des dernières semaines.

Pour la Ville, ce projet d’acquisition est d’abord et avant tout parce qu’il s’agit d’une importante opportunité à saisir pour assurer un développement structurant et acceptable pour les gens du quartier et pour l’ensemble des citoyens.

« Aux yeux du conseil municipal, il s’agit d’un investissement et d’une occasion de s’approprier un espace important en bordure de la rivière. Autrement dit : se porter acquéreur des lieux pour nous assurer que le développement du quartier ne se fera pas au détriment des résidents du secteur, mais plutôt au bénéfice de tous les citoyens. Souhaitons-nous voir s’établir une autre industrie lourde dans ce secteur tranquille, à deux pas du centre-ville? », a précisé la Ville par voie de communiqué, le 18 septembre.

Les négociations entre la Ville et BP Canada ne sont toujours pas complétées, mais la vente de l’immeuble et du terrain pourrait se conclure à 2 millions de $.  «Le pire scénario de décontamination des lieux est évalué à environ 2 millions, mais il est aussi possible de remettre le terrain à un niveau acceptable pour un usage commercial ou industriel de prestige pour une somme de 1 million », ajoute la Ville, De plus, la décontamination du terrain est un enjeu qui fait partie justement partie du prix de vente.

Selon la Ville, une fois le nettoyage complété et le zonage adapté à l’usage défini, le développement de ce terrain d’une superficie de 390 000 pieds carrés permettrait d’amortir complètement les frais de réhabilitation du terrain.

« Avec un espace de cette ampleur, cela pourrait permettrait une belle mixité de projets qui pourraient être déterminés après consultation auprès des citoyens : développement résidentiel, institutionnel, commercial, industriel de prestige, sentier riverain, pistes cyclables, espaces de stationnement, etc », souligne la Ville dans son communiqué.

Un citoyen dénonce

Rappelons qu’un citoyen avait dénoncé, dans un quotidien montréalais le projet d’acquisition de l’immeuble BP Canada par la Ville de Joliette.

Selon le Journal de Montréal, dans son édition du 18 septembre, la Ville, lorsque la transaction sera confirmée, devra décontaminer aux frais des contribuables les métaux lourds, les hydrocarbures et le cyanure qui s’y trouvent

Pour le notaire à la retraite, Charles-André Fontaine, « En achetant, la Ville décharge le pollueur de ses responsabilités et laisse la décontamination aux frais des contribuables», a-t-il déclaré au quotidien montréalais.

L’immeuble BP Canada avait fermé ses portes en 2016. Elle fabriquait des produits à base d’asphalte et de goudron.

Toujours selon le Journal de Montréal, une analyse Sanexen, spécialisée en décontamination précise que l’endroit contient plus de 3000m3 (soit un peu plus qu’une piscine olympique) de sol chargé d’hydrocarbures et de métaux lourds, dont du cuivre et du plomb soit l’équivalent de 4500 tonnes de terre toxique.

Comme notaire, Charles-André Fontaine n’aurait jamais conseillé à un client d’acheter un tel terrain.