Pour réaffirmer les ambitions du Parti Québécois quant à la petite enfance, la députée de Joliette et porte-parole du Parti Québécois en matière de famille, Véronique Hivon, ainsi que le chef du Parti Québécois, Paul St-Pierre Plamondon, ont présenté, le 19 novembre, le « 100 % CPE », un objectif clair et ambitieux visant à ce qu’en matière de services de garde éducatifs, toutes les nouvelles places créées le soient en CPE, et à ce que les places en garderie privée fassent l’objet d’un vaste chantier de conversion afin de devenir des places en CPE. Ce faisant, nous offrirons plus de 150 000 places supplémentaires en CPE.

EN BREF

  • Le Parti Québécois annonce « Cap vers le 100 % CPE », un ambitieux projet visant à faire de toutes les places en services de garde éducatifs en installation des places en CPE.
  • Il faut se donner cet objectif si on veut être cohérent dans notre action et donner une chance égale à chaque petit Québécois et aux familles d’avoir un accès universel, à tarif unique, à un service de qualité.
  • Les places en milieu familial demeurent; ce modèle, dans certains milieux et pour certains parents, est celui qui répond le mieux aux besoins.

Alors que nous nous apprêtons à souligner les 25 ans de la création des CPE par le Parti Québécois, Véronique Hivon, de passage au CPE La Petite-Patrie à Montréal, a souligné qu’au tournant des années 2000, le gouvernement du Parti Québécois a adopté la politique familiale la plus progressiste en Amérique du Nord, en créant notamment le réseau des CPE qui en étaient la pièce maîtresse. « En initiant ce véritable projet de société, le Parti Québécois visait deux objectifs : donner à tous les petits Québécois une chance égale, et permettre à davantage de femmes d’accéder au marché du travail, ce qui, ultimement, a fait reculer la pauvreté, tout en facilitant grandement la conciliation famille-travail », a-t-elle rappelé.

C’est ainsi que sont nés les CPE, un réseau subventionné de qualité. Malheureusement, les gouvernements libéraux successifs, encouragés par la CAQ lorsqu’elle était dans l’opposition, ont ensuite fait la promotion du modèle des garderies privées. Aujourd’hui au pouvoir, la CAQ ne met pas de côté ce modèle et rejette même la cible minimale de 85 % de création des nouvelles places subventionnées en CPE, comme ce fut pourtant toujours le cas, ce qui va avoir pour effet d’augmenter le nombre de places en garderies privées. Pourtant, tous les sondages démontrent que les parents souhaitent en priorité une place en CPE, et toutes les études établissent quant à elles que les CPE offrent la plus grande qualité de service. « Nous sommes à un moment critique pour le développement de notre réseau. Ou bien le Québec revient à l’essence même de la politique familiale à l’origine de la création du réseau et mise sur ce joyau que sont les CPE, ou bien il poursuit un développement à multiples vitesses, dont les enfants et les parents font les frais. Pour nous, le choix est clair », a affirmé pour sa part Paul St-Pierre Plamondon.

Cet enjeu prioritaire, le Parti Québécois veut le prendre de front afin que les 37 000 places actuellement en développement et à développer, par le biais de l’appel de projets en continu, soient toutes des places en CPE. Par ailleurs, les 118 000 places actuellement offertes par les garderies privées doivent être converties en places en CPE, avec un vaste chantier qui s’échelonnerait sur une période de 5 ans. « Notre objectif est ambitieux, et c’est ce qu’il faut pour que le Québec continue d’agir en priorisant le développement des tout‑petits, pour qu’il montre qu’il demeure « fou de ses enfants » et engagé à préserver pleinement les objectifs dont il s’est doté il y a 25 ans », a ajouté la porte-parole en matière de famille.

À terme, le plan du Parti Québécois permettra d’offrir aux parents du Québec plus de 150 000 places supplémentaires et de qualité dans les centres de la petite enfance.