Photo courtoisie

Un ex-président de l’Association du Hockey Mineur de Joliette-Crabtree a été élu président du conseil d'administration de Hockey Canada, le 17 novembre dernier.

En effet, Me Michael Brind’Amour, de Saint-Alphonse-Rodriguez, a obtenu un mandat de deux ans lors du congrès hivernal et l’assemblée annuelle de Hockey Canada qui avaient lieu à Toronto.  Il succède à l’ontarien Joe Drago.

 « C’est un honneur d’être nommé à titre de président du conseil d’administration et de pouvoir travailler avec un groupe si dévoué ainsi qu’avec des milliers de bénévoles d'un océan à l'autre à l'autre », a exprimé M. Brind’amour par voie de communiqué.

 « J’ai hâte d’amorcer mon mandat en tant que président du conseil d’administration et de veiller à ce que notre groupe travaille à soutenir l’essor continuel du hockey, à créer des histoires et des souvenirs positifs au hockey et à connaître du succès sur tous les plans », a-t-il ajouté.

Michael Brind’Amour a gravi les échelons de la Fédération québécoise de hockey sur glace en y assumant successivement la présidence de l'Association du hockey mineur de Joliette, puis celle du Regroupement Joliette-Crabtree, de l'Association régionale de Laurentides-Lanaudière et finalement de Hockey Québec où il agit sur différentes plateformes afin de devenir, de 2006 à 2011, le président de Hockey Québec.

Il aussi a dirigé un exercice de planification stratégique afin d'assurer l'essor du hockey mineur au Québec. Il a également contribué à l'élaboration d'un plan de développement de l'excellence, tout en réunissant les ressources financières et matérielles nécessaires pour le mettre en oeuvre. Ce plan visait à permettre la mise en place d'une structure qui regroupe toutes les ressources d'une région pour le bénéfice des joueuses et des joueurs. Par son leadership rassembleur,

M. Brind'Amour a réussi à augmenter de façon importante le nombre de membres de la Fédération et à favoriser la pratique du sport amateur par les jeunes.

Michael Brind’Amour agissait à titre de vice-président de Hockey Canada depuis 2011. Dans la vie de tous les jours, il est aussi avocat-criminaliste pour l’étude légale St-Laurent, Brind’Amour, Bianchi, Lauzon, Jean et Gagnon de Joliette.

 

Crédit photo Hugo Cotnoir

Le week-end dernier, les Sportifs Pétroles Bélanger disputaient deux importantes rencontres face à des formations qui sont d’éternels rivaux. Ce fut un week-end à oublier pour les hommes d'André Lachance et de Gaby Roch qui ont subi deux revers de suite pour la première fois de la saison.

Louiseville prend sa revanche

Samedi le 17 novembre, devant la plus belle foule de la saison jusqu’à présent, le Bellemare de Louiseville était le visiteur au Centre Marcel-Bonin dans ce qui s’avérait un match revanche pour l’ex-formation de l’entraîneur-chef des Sportifs André Lachance. Rappelons que la semaine dernière les Sportifs l’avaient emporté en prolongation au domicile du Bellemare. En première période, seuls les visiteurs s’inscrivent au pointage alors que Mikael Sabourin et Francis Charrette donnent une avance de deux buts au Bellemare et ce dans une intervalle de 22 secondes.

En début de deuxième, Gaven Aspirot permet aux Sportifs de réduire l’écart avec un but en avantage numérique. Par la suite, deux combats ont éclaté coup sur coup, dont un très violent entre Antoine Bordeleau des Sportifs et Pierre-Luc Bouchard pour Louiseville. Vingt secondes plus tard, profitant d’un avantage numérique, le Bellemare reprend une priorité de deux buts grâce à un but de François Godin. Jonathan Castonguay  recreuse l’écart avec son troisième but de la saison à 15:06. Avec moins de deux minutes à faire au second engagement, et alors qu’ils profitent d’un double avantage numérique, les Sportifs reviennent dans le match grâce à un but de Rock Régimbald, son sixième de la saison.

En troisième, les Sportifs frappent dès le début de la période alors qu’à 2:30, David Fortier complète un beau jeu amorcé par son coéquipier de trio, David Roch, pour ainsi réduire l’écart à un seul but. Avec cinq minutes à faire, Julien Lepage décoche un tir que le gardien louisevillois ne peut maîtriser et permet ainsi aux Sportifs de créer l'égalité.  En prolongation, avec moins de deux minutes à faire, Fabien Laniel permet au Bellemare de Louiseville de l'emporter 5-4 avec son troisième but de la campagne.

Crédit photo Phil Raymond

Mauvais match et plusieurs erreurs

En entrevue après la rencontre, le pilote des Sportifs a tout d'abord commenté les résultats du week-end.« C'est simple, contre Nicolet, on ne s'est pas présenté. Les gars n'étaient pas prêts, plusieurs sont arrivés en retard en raison des conditions météorologiques. Ce n'était pas notre soirée. Par contre, ce soir, les gars se sont bien repris mais on a fait plusieurs erreurs. Mais on est satisfaits, il y avait une bonne foule, les gars ont donné un bon spectacle.» En fin de match, alors qu'ils avaient créer l'égalité, Les Sportifs ont joué de prudence a expliqué Lachance.« On a travaillé fort tout le match, on est revenu de l'arrière en troisième, on voulait absolument se mériter au moins un point, alors on a joué de prudence mais tout en jouant pour gagner»

Revers sans équivoque face à Nicolet

Vendredi le 16 novembre, les Sportifs affrontaient le Condor de Nicolet dans ce qui s’avérait un match revanche suite au dernier duel disputé entre les deux équipes le 3 novembre, remporté par Nicolet 6-3. Malgré toute la bonne volonté des hommes d'André Lachance, ceux-ci ont baissé pavillon par la marque de 9-3 dans une partie dominée sans équivoque par les locaux.

Le Condor prend rapidement le contrôle de la rencontre avec trois buts sans riposte en première, grâce à Sébastien Savoie, Charles-Alexandre Drolet et Marc-André L’Héreault. En début de deuxième, David Roch inscrit un premier but pour les Sportifs mais Nicolet mais riposte avec deux autres filets quelques minutes plus tard pour creuser l’écart à 5-1 avec dix minutes à faire en deuxième période.

En troisième, la domination du Condor s’est  poursuivi alors que ceux-ci ont ajouté trois autres buts contre un seul pour les Sportifs pour ainsi remporter une deuxième victoire contre leurs éternels rivaux. Notons que Nicolet a marqué quatre fois en avantage numérique en 11 occasions contre une pour les Sportifs en huit tentatives.

Le week-end prochain, samedi le  24 novembre, les Sportifs seront les hôtes du Mécanarc de Donnacona au Centre Récréatif Marcel-Bonin. Il s’agira du premier duel entre les deux équipes cette saison

Photo courtoisie

Les Prédateurs de Saint-Gabriel ont remporté une troisième victoire consécutive, le 14 novembre, grâce à un gain de 4-1 contre l’Artic à Montréal-Nord.

Il a fallu attendre à mi-chemin dans le match pour voir les joueurs de Sébastien Renaud ouvrir la marque par l’entremise du 16e de Vincent Blanchette à 13:11 de la deuxième.  Un peu plus de deux minutes plus tard, Philippe Arsenault doublait l’avance de son équipe avec son 16e à 15:17 durant un avantage numérique. Nicolas Ranno a cependant réduit l’écart à un but avec 55 secondes à faire dans l’engagement.

En troisième. Vincent Blanchette inscrivait son deuxième du match à 9:22. Alors que l’Artic avait retiré son gardien, Anthony Morin marquait son 19e à 19:10, en infériorité numérique.

Devant le filet des Prédateurs, Kristopher Verreault a remporté une troisième victoire en quatre décisions en étant mis à l’épreuve qu’à 14 reprises. Saint-Gabriel a tiré 52 fois sur Cédric Larivière.

Morin a connu une bonne soirée avec trois points, alors que Blanchette et Arsenault en récoltaient deux chacun.

Avec ce triomphe, les Prédateurs sont maintenant au septième rang du classement général avec 23 points en 22 rencontres.

La troupe de Sébastien Renaud profitera d’une semaine de repos et jouera son prochain match que le 23 novembre à Terrebonne contre les Cobras.

Photo courtoisie Neil Armstrong

Les Prédateurs de Saint-Gabriel ont connu un week-end parfait de deux victoires en 48 heures.

La troupe de Sébastien Renaud a tout d’abord inscrit un gain de 5-4 contre le Revolution du Lac St-Louis, le 9 novembre, à l’aréna Familprix

Les locaux ont pris l’avance 2-0 après9:45 de jeu en première grâce au 14e de Philippe Arsneault et le premier de Jonathan Lépine. Jacob Smith a cependant réduit l'écart à un but à 10:58. Noah Corson a cependant redonné une priorité de deux buts à son équipe à 12:55 avec son huitième de la campagne.

Au deuxième vingt, le Revolution a marqué deux fois par l'entremise de Cédryk Miron (13:25) et Connor Lindsoe (14:39). Mais Corson inscrivait son deuxième du match pour permettre aux Prédateurs de rentrer au vestiaire avec une avance 4-3 après 40 minutes de jeu.

Antoine Casimir a réussi le but vainqueur à 13:19. Mais Christian Edwards redonnait espoir aux visiteurs avec un peu plus de trois minutes à faire, Saint-Gabriel a tenu le coup pour remporter une neuvième victoire cette saison.

Kristopher Verreault a inscrit son premier triomphe dans le junior AAA lui qui n'a fait face à 18 lancers. Saint-Gabriel en a obtenu 30 sur Éric Jackson.

Gain à Montmagny

Deux jours plus tard, les Prédateurs sont allés chercher deux gros points sur la route en doublant l'Everest de la Côte-du-Sud, 6 à 3, à Montmagny.

Les locaux, qui disputaient un troisième match en autant de soir, ont dominé la première période en marquant deux fois à la suite des deux premiers buts de la saison de Maxime Charbonneau (3:56 et 3:56).

Saint-Gabriel a rétréci l'écart à 2-1 quand Wayne Létourneau a inscrit son premier de la saison à 2:55. L'ancien porte-couleur des Montagnards, en 2017-2018, Vincent Éthier a redonné l'avance de deux buts aux locaux à 8:39, durant un avantage numérique. Philippe Arsenault a cependant permis aux Prédateurs de rentrer au vestiaire avec un recul d'un seul but, en marquant son 15e à 17:25.

Les visiteurs ont connu tout une troisième période en explosant pour quatre filets avec le 7e et 8e de Zachary Maheu, le 18e d'Anthony Morin et le 11e de Noah Corson. Ce dernier a connu un excellent week-end sur le plan offensif en obtenant six points dont trois buts.

Kristopher Verreault a remporté sa deuxième victoire du week-end. Les Prédateurs ont dominé 40-29 dans les lancers.

« Les gars n’avaient pas de jambes en première en raison du long trajet d’autobus. On a cependant apporté des ajustements par la suite et notre jeu de puissance a généré trois buts », a  commenté Sébastien Renaud à l’issue des deux rencontres du week-end.

Cette semaine

Les Prédateurs sont maintenant au huitième rang du classement général avec 21 points en autant de parties. Saint-Gabriel ne disputera qu’une seule rencontre cette semaine alors qu’il rendra visite à l’Artic de Montréal-Nord, le 14 novembre, à compter de 19h30.

Photo Guy Latour

Les Prédateurs de Saint-Gabriel ont bien combattu durant ses matchs du week-end mais ont finalement subi deux défaites difficile à avaler.

Tout d’abord, le 2 novembre, un but de Karl-Etienne St-Fleur, à la 58e seconde de la période de prolongation, a permis aux Rangers de Montréal-Est de vaincre les Prédateurs, 5-4, devant 346 spectateurs à l’aréna Familprix.

Ce sont les locaux qui ont ouvert la marque grâce au premier de la saison d’Alexy Robert à 2:32 de la première. Mais les Rangers ont créé l’égalité avant la fin de la période par l’entremise d’Alexis Gaboury-Potvin à 16:31,

Le même scénario s’est répété au deuxième vingt alors qu’Anthony Morin a donné l’avance aux locaux avec son 16e dès la 20e seconde. Montréal-Est a ramené les deux équipes à la case départ lorsque Brandon Picard a marqué à 17:49.

La troisième a donné lieu à du jeu excitant alors que deux ont été inscrits de chaque côté. Gaboury-Potvin a permis aux visiteurs de prendre l’avance pour la première fois du match à 7:10. Anthony Morin enfilait son deuxième de la soirée, son 17e de la saison, pour créer l’égalité 3-3. Alec Malo a marqué le quatrième des Rangers à 17:20, mais Noah Corson forçait la prolongation en déjouant William Lavallière un peu plus d’une minute plus tard.

En surtemps, St-Fleur a donné la victoire à Montréal-Est a intercepté une passe de Corson pour s’échapper seul devant Justin Choinière et il n’a pas raté sa chance. Choinière a subi sa quatrième défaite en six parties, il n’a fait face qu’à 16 tirs, les Prédateurs en ont obtenu 28.

défaites, Prédateurs, Saint-Gabriel, Noah Corson
Photo Guy Latour

« C’est certain que c’est une défaite qui fait mal surtout que les joueurs sont sortis forts après la mauvaise performance à Chambly, le 28 octobre dernier. On a aussi manqué plusieurs chances », a analysé l’entraîneur Sébastien Renaud, après la rencontre.

Princeville l’emporte in-extremis

Le 4 novembre, Saint-Gabriel s’amenait à Princeville pour y affronter le Titan qui trône au deuxième rang du classement général de la Ligue Junior AAA du Québec.

Les visiteurs ont rapidement ouvert le pointage grâce au huitième de Noah Corson à  1:18. Mais Princeville a aussitôt répliqué, 70 secondes plus tard, grâce à Alex Plamondon.  Zachary Maheu a cependant permis aux Prédateurs de rentrer au vestiaire avec une avance de 2-1 avec son cinquième à 15:35

Vincent Blanchette a donné une priorité de deux buts à Saint-Gabriel, grâce à son 15e à 3:53, durant un avantage numérique. Guillaume St-pierre a rétréci l’écart à un but à 17:54. Mais Maheu y est allé de son deuxième de la rencontre. C’était 4-2 pour Saint-Gabriel après 40 minutes de jeu.

Les locaux ont dominé le dernier tiers-temps avec trois buts.  Plamondon a notamment touché la cible à deux reprises, dont le but victorieux marqué avec 41 secondes à faire en temps règlementaire.

Les Prédateurs ont bombardé le gardien Mathieu Bellemare à 55 reprises, Justin Choinière a fait face à 36 lancers.

défaites, Prédateurs, Saint-Gabriel, Noah Corson
Photo Guy Latour

Smith s’en va, Hudon-Rousseau arrive

Le directeur-gérant des Prédateurs, Rémy Harrisson, a encore bougé au cours des derniers jours en envoyant le défenseur William Smith aux Rangers de Montéal-Est contre l’attaquant Samy-Hudon Rousseau.

Ce dernier, âgé de 19 ans, a inscrit 14 buts et 12 passes en 47 parties, l’an dernier à Montréal-Est. « C’est un joueur d’énergie qui est capable de faire les petits détails qui peuvent faire la différence », a commenté Harrisson.

Cette semaine, les Prédateurs disputeront deux rencontres cette semaine. La troupe de Sébastien Renaud recevra le Lac St-Louis, le 9 novembre, avant de se diriger vers Montmagny, deux jours plus tard, afin d’affronter la nouvelle formation de l’Everest de la Côte-du-Sud.

Photo courtoisie

Un ancien porte-couleur du défunt National de Joliette, durant une demi-saison, il y  a plus de 25 ans, a été intronisé au temple de la renommée du hockey, le 12 novembre.

La cérémonie s’est déroulée à Toronto. Les autres intronisés sont le gardien Martin Brodeur, le commissaire actuel de la LNH Gary Bettman, le pionnier Willie O'Ree, la vedette canadienne Jayna Hefford et l'ancienne gloire russe Alexander Yakushev.

Le commissaire de la Ligue Junior AAA du Québec, Jacques Laporte, celui qui a été l’architecte du National lors de sa fondation en 1991, a eu la chance d’assister à cet évènement

« C’est une soirée que je ne suis pas prêt d’oublier. C’était spectaculaire. Il y avait plusieurs légendes sur place comme Wayne Gretzky, Serge Savard, Grant Fuhr, Dominik Hasek, et Adam Oates. C’était émouvant de voir Martin St-Louis être honoré parmi les plus grands du hockey», a mentionné M. Laporte en entrevue téléphonique au Lanauweb quelques heures après la cérémonie.

Un ancien porte-couleur du National de Joliette, durant une demi-saison, il y  a plus de 25 ans, a été intronisé au temple de la renommée du hockey, le 12 novembre.
Photo courtoisie. Jacques Laporte en compagnie de Serge Savard lors de la soirée d'intronisation de Martin St-Louis, le 12 novembre, à Toronto.

Celui-ci s’est remémoré des circonstances qui avaient permis à St-Louis ainsi qu’à son ami Éric Perrin de porter les couleurs du National en 1992-1993.

« J’avais rencontré les parents de Martin et d’Éric durant l’été pour sonder l’intérêt de leurs fils de venir jouer à Joliette. À l’époque, ils s’étaient déjà engagé pour la saison avec Hawksbury, dans le junior A en Ontario. Mais ils m’avaient dit que si la situation changeait, ils me le feraient savoir », a rappelé Jacques Laporte.

Quelques semaines plus tard, en octobre 1991, les parents d’Éric et de Martin ont communiqué avec le grand manitou du National de l’époque car ceux-ci n’étaient pas heureux avec les Hawks.

« Avec l’accord du conseil d’administration, l’équipe a entrepris des démarches juridiques pour que les deux joueurs puissent obtenir leur libération. Le dossier s’était réglé devant la Cour supérieure de l’Ontario qui nous a donné raison », a-t-il ajouté.

L’impact de Martin St-Louis et Éric Perrin a été immédiat à la fin de la saison 1993. Les deux amis ont connu beaucoup de succès offensivement sur le même trio, St-Louis amassant 10 points dont 4 buts en quatre matchs de la saison régulière, alors que Perrin obtenait huit points dont trois filets en quatre sorties.

« Martin était un vrai passionné qui mangeait du hockey. Il voulait constamment s’améliorer. C’était un joueur déterminé qui savait comment se préparer pour un match. C’était surtout un coéquipier extraordinaire », s’est rappelé Jacques Laporte.

Même si ce dernier a des contacts occasionnels avec le nouveau membre du temple de la renommée, ceux-ci sont toujours chaleureux. « Lorsque Martin a remporté son premier championnat des pointeurs, il a participé à mon école de hockey au Centre Marcel-Bonin. Il a aussi accepté de faire un témoignage vidéo dans le cadre du 30e anniversaire de la Ligue de Hockey Junior AAA du Québec alors qu'il participait au tournoi international pee wee de Québec. Ce sont des gestes qu'on n'oublie pas», a-t-il précisé avec beaucoup de fierté.

De son côté, celui qui était assistant-capitaine du National, en 1992-1993, Rémy Harrisson, avait une anecdote à raconter sur Martin St-Louis. « Je restais en appartement avec Éric Juneau. Les soirs de match en séries, quand l’équipe revenait tard, j’accueillais Martin et Éric Perrin pour coucher. On aimait bien écouter la musique québécoise et jouer de la cuillère. Martin, qui dormait, nous demandait de baisser le ton afin qu’il puisse reposer afin d’être prêt pour le prochain match. Déjà à 17 ans, il était un leader », s’est-il rappelé.

Brillante carrière                                                                                             

Âgé de 43 ans, Martin St-Louis a connu une brillante carrière de 16 saisons dans la Ligue Nationale de Hockey avec Calgary, Tampa Bay et les Rangers.  

En 1134 parties, en saison régulière, il a inscrit 391 buts en plus d’amasser 642 passes pour 1033 points. Il a récolté 90 points dont 42 filets en 107 parties éliminatoires.

Il a remporté à deux reprises le championnat des pointeurs (2003-2004 et 2012-2013). Il a aussi été récipiendaire de plusieurs trophées dont le Lady-Bing (trois fois), le Hart et le Lester B. Pearson.

Il a aussi aidé le Lightning à remporter deux Coupe Stanley en 2003-2004. Il a aussi pris part à six matchs des étoiles, en plus de représenter le Canada à deux Jeux Olympiques et trois Coupes du Monde.

« Martin St-Louis a ouvert la porte aux petits joueurs dans la Ligue Nationale. C’est grâce à des joueurs comme lui si le hockey a beaucoup évolué et qu’il n’y a presque plus d’accrochage », a conclu Jacques Laporte.

Crédit photo Marie-Soleil Brouillete-Gravel

La formation des Sportifs Pétroles Bélanger de Joliette de la LHSAAAQ  rendait visite au Bellemare de Louiseville vendredi le 9 novembre dans le cadre d’un match très attendu. Dans un match ponctué  de 7 batailles, les Sportifs ont eu le dessus sur l’équipe qui les a vaincus le printemps dernier en séries, remportant le match par la marque de 6-4. La grande vedette de cette rencontre fut sans contredit le solide attaquant des Sportifs, Jean-Philippe Caron, qui a inscrit 4 buts lors de ce match endiablé.

Jean-Philippe Caron

En première, les Sportifs font sentir à leurs rivaux qu’ils sont venus pour gagner, alors qu’ils inscrivent trois buts en 6 minutes au milieu de la période initiale. Jordan Éthier est le premier à tromper la vigilance du gardien adverse, Philippe Gatien, à 8:43, alors qu’à 12:55, le #91 des Sportifs enfile le premier de ses quatre buts.  À 14:20, Nicolas Pelletier permet aux siens de retraiter au vestiaire avec une confortable avance de trois buts.

En deuxième, Louiseville frappe tôt et inscrit un premier but avec seulement 2:11 d’écoulées au cadran alors que Julien Corriveau inscrit son sixième de la saison. À 3:49, Caron inscrit son deuxième du match pour ainsi redonner une avance de trois buts à ses coéquipiers. Cette priorité de trois buts persistera jusqu’en fin de période, alors que Julien Corriveau inscrit son deuxième du match pour les locaux alors qu'il ne reste que 45 secondes au cadran.

Crédit photo Marie-Soleil Brouillette-Gravel

En troisième, Le Bellemare revient en force avec un but rapide en début de période alors que Maxim Dufour inscrit un but en avantage numérique après seulement 56 secondes, au dernier vingt. Il faudra attendre à 15:22 pour voir Julien Houle créer l’égalité avec son sixième but de la campagne.  En fin de période, avec moins de deux minutes à faire, Jean-Philippe Caron soulève les nombreux partisans joliettains venus encourager leur équipe avec son troisième du match et redonne l’avance aux siens. Et celui-ci concrétise la victoire des siens avec un but dans un filet désert avec 44 secondes à faire en temps règlementaire.

C’est Frédéric Piché qui était devant la cage des Sportifs et il a fait face à 34 lancers alors que les Sportifs ont dirigés 28 tirs sur le gardien louisevillois.

Le week-end prochain, le 17 novembre, Louiseville sera  justement de passage au Centre-Marcel-Bonin et parions que le match sera aussi robuste et serré. La veille, le 16, les Sportifs seront sur la route pour rendre visite au Condor de Nicolet. Les hommes d'André Lachance et Gaby Roch voudront sûrement prendre leur revanche et venger leur revers de 6-3 subi le 3 novembre dernier à domicile.

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit d'abonnement par e-mail pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.