Photo Guy Latour

Du 11 au 15 juin, environ 90 personnes sont réunies au Château Joliette à l’occasion du congrès de la Corporation des Services Ambulanciers du Québec (CSAQ).

« Nous sommes ici pour discuter des avancements en lien avec les véhicules ambulanciers, les équipements et les pratiques », a expliqué en entrevue au Lanauweb, le Dr Sébastien Toussaint, président du CSAQ.

Actuellement, on est à moderniser les pratiques des paramédics. « La ministre de la Santé et des Services Sociaux, Danielle McCann, veut professionnaliser les techniciens ambulanciers en plus de moderniser les services, en élargissant le champ de compétences de ceux-ci », a-t-il ajouté,

La CRAL est très proactive et entend mettre sur pied des projets pilotes en ce sens dans les prochains mois.

Éventuellement, on veut introduire la prise en charge des paramédics. Ceux-ci pourraient être amenés à prendre des décisions sur l’opportunité ou non d’amener un patient à l’urgence ou de l’évaluer dans son domicile et parler avec le service à domicile déjà sur place afin de déterminer s’il n’y a pas des traitements qui peuvent être donnés à la maison.

« Peut-être que tantôt, ça ne sera plus deux paramédics pour certains niveaux d’appel qu’on va envoyer. Peut-être qu’après évaluation, le technicien ambulancier va entrer plus en communication avec les autres professionnels de la santé qui connaissent déjà le patient pour offrir les soins nécessaires à ce moment précis là à son domicile », a souligné le Dr Sébastien Toussaint.

congrès, Corporation des Services Ambulanciers du Québec, Château Joliette, Dr Sébastien Toussaint
Photo Guy Latour. Le Dr Sébastien Toussaint, président de la CSAQ.

Durant ce congrès, les participants peuvent visiter une vingtaine de kiosques. Les fournisseurs sont là afin de présenter les nouvelles technologies qui sont disponibles

Concernant le système RENIR qui a connu plusieurs ratés depuis sa mise en place, le président du CSAQ se veut rassurant. « Il y a possiblement des technologies qui sont apparues dans les dernières années, qui pourraient amener un complément au RÉNIR ou des solutions intéressantes. Nous sommes à regarder les alternatives selon les situations particulières. Il n’y a pas une région qui loge au même rang par rapport à ce système », a conclu le Dr Sébastien Toussaint.

Les entreprises ambulancières en dehors de Montréal et de Laval (ces deux villes font parties d’Urgence Santé) sont tous privées.  La CSAQ, qui représente la majorité de ces entreprises (28), regroupe 35 membres, comprend aussi les centres de communication santé (7).

congrès, Corporation des Services Ambulanciers du Québec, Château Joliette, Dr Sébastien Toussaint
Photo Guy Latour

Photo courtoisie

Lors de la dernière négociation des conventions collectives dans le secteur préhospitalier au Québec, en 2017, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) s’est engagé envers les paramédics à réduire la charge de travail des horaires à l’heure et à transformer des horaires de faction en horaire à l’heure.

« Plus de deux ans plus tard, alors que les seuils et les déclencheurs que le MSSS a lui-même établis pour l’ajout de véhicules à l’heure et la transformation d’horaire de faction sont atteints, voire dépassés dans plusieurs régions, force est de constater que l’actuel gouvernement ne respecte aucun de ces engagements » déclare Jean Gagnon, paramédic et représentant du secteur préhospitalier Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN).

« Nous sommes exaspérés du manque criant de véhicules d’urgence sur la route. On n’arrive tout simplement plus à répondre aux besoins dans les temps requis, ce qui a des effets sur la santé et la sécurité tant de la population desservie que sur celle des paramédics », souligne Patrice Girard, paramédic et président du Syndicat des paramédics Laurentides-Lanaudière - CSN.

Pour Lucie Longchamps, vice-présidente des secteurs privés de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), « le gouvernement doit respecter les engagements pris envers la population et les 3500 paramédics de la CSN pour des services d’urgence adéquats et conformes aux normes. Les mesures annoncées par le précédent gouvernement permettaient de ramener le délai de réponse à un niveau acceptable, il est plus que temps que la ministre McCann passe à l’action. »

« Tant que la ministre McCann n’injecte pas les fonds nécessaires pour garantir un meilleur accès à ces soins d’urgence, c’est la population qui se trouve en danger, particulièrement dans les régions où l’on constate des problèmes d’effectifs ambulanciers comme c’est le cas, ici, dans les Laurentides » abonde Chantal Maillé, présidente du Conseil central des Laurentides - CSN

Photo courtoisie

 

Le Centre d’hébergement de Saint-Liguori a été renommé en l’honneur de son fondateur, feu Armand Marchand, lors d’une cérémonie tenue ce 5 juin en présence des résidents du CHSLD, de membres de la famille et de la communauté.

 

Souhaitant conserver dans la mémoire collective l’héritage laissé par ce citoyen engagé, la famille, appuyée par la municipalité de Saint-Liguori, avait proposé ce nouveau nom qui a été entériné par le Centre intégré de santé et de services sociaux de Lanaudière (CISSSL).

 

Qui était Armand Marchand?

 

Armand Marchand (1925-2004) est l’entrepreneur qui, à partir de 1965, transforma l’ancien couvent de la congrégation des Sœurs de Sainte-Croix en centre d’hébergement pour les aînés malades : la Pension Saint-Joseph. Monsieur Marchand acquit le bâtiment en 1969 et en demeura propriétaire jusqu’à son achat par l’État en 1985.

 

Très impliqué au sein de la municipalité de Saint-Liguori, il a également assumé les fonctions de maire de 1971 à 1978 ainsi que celles de préfet du comté de Montcalm. « Mon père était un homme engagé dans la mise sur pied de solutions pour venir en aide aux personnes fragilisées et vulnérables de la communauté », a souligné M. Pierre Marchand, l’un des fils de l’entrepreneur, saluant au passage l’implication de tous ceux et celles qui ont accompagné son père ou qui ont pris la relève au fil des ans.

Centre d’hébergement, Saint-Liguori, Armand-Marchand
Photo courtoisie. Armand Marchand (1925-2004), fondateur du centre d’hébergement qui porte aujourd’hui son nom.

 

Courtoisie

Deux projets du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Lanaudière ont reçu une mention d’honneur lors de la remise des Prix d'excellence du réseau de la santé et des services sociaux 2019, tenue le 31 mai dernier.

Ainsi, le projet Santé et sécurité des intervenants en TGC a obtenu cette mention dans la catégorie « Valorisation et mobilisation des ressources humaines », alors que le projet Programme Mobilisation Projection À'Venir l’a obtenue dans la catégorie
« Partenariat ».

Chaque année, les Prix d'excellence du réseau de la santé et des services sociaux soulignent des initiatives réalisées sur le terrain, partout au Québec, au profit des usagers et de la collectivité, par les établissements et les organismes communautaires. Cette année, des prix ainsi que des mentions d’honneur ont été remis dans onze domaines différents. Un prix de reconnaissance a également été octroyé à des personnes ayant consacré leur carrière au développement et à l'amélioration des services offerts dans le réseau.

La cérémonie de remise des prix 2019 s’est déroulée à Québec, en présence de la ministre de la Santé et des Services sociaux, madame Danielle McCann, du ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, monsieur Lionel Carmant, et de la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, madame Marguerite Blais.

Deux mentions d’honneur pour Lanaudière

Le projet Santé et sécurité des intervenants en TGC consiste en un guide de prévention réalisé par l’équipe régionale en troubles graves du comportement (TGC), laquelle relève de la Direction des programmes déficience intellectuelle, trouble du spectre de l’autisme et déficience physique du CISSS. Conçu afin d’offrir des outils au personnel clinique du secteur confronté à des situations à risque de compromettre sa sécurité physique et psychologique, il a pour but de favoriser la santé et la sécurité des travailleurs.

Le programme Mobilisation Projection À’Venir, quant à lui, est le résultat d’un partenariat entre les équipes cliniques de la Direction des programmes santé mentale et dépendance du CISSS et le Centre multiservice des Samares. Il a pour objectif l’intégration au marché du travail de personnes de 16 ans et plus de la région, vivant avec une problématique de santé mentale, qui se sont éloignées du marché du travail ou des études et qui veulent s’engager concrètement dans un projet de réinsertion socioprofessionnelle. À travers ce programme, la personne est amenée à élaborer son propre parcours d’intégration socioprofessionnelle en fonction de son projet de vie, à son rythme, et ce, avec un statut d'élève plutôt qu’avec un statut médical.

Fier de ces réalisations, le CISSS de Lanaudière félicite ses équipes primées et salue leur engagement au développement des meilleures pratiques ainsi qu’au soutien à leur communauté.

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit d'abonnement par e-mail pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.