Photo Courtoisie

Société

À l’approche du 1er budget du gouvernement caquiste, le Réseau FADOQ met de l’avant 25 recommandations destinées à améliorer la qualité de vie des aînés.

« Il y a beaucoup à faire pour les aînés, notamment dans les CHSLD, où les derniers cas de maltraitance ne font que mettre davantage en lumière l’importance d’investir dans ce type d’établissement », martèle le président du Réseau FADOQ, Maurice Dupont.

Élaboré dans le cadre des consultations prébudgétaires et présenté au ministre des Finances du Québec, Éric Girard, le mémoire propose des mesures en santé, ainsi que pour les proches aidants et les travailleurs d’expérience.

Pour les CHSLD et les soins à domicile

En santé, le Réseau FADOQ exige notamment plus d’investissements dans les CHSLD et les soins à domicile. Des incitatifs devront être mis en place afin de rendre plus attirantes les professions dans le domaine de la santé et ainsi atteindre un ratio professionnel en soins/patients adéquat.

Le Réseau recommande également de rehausser le financement alloué au fonctionnement des CHSLD et d’investir des sommes dédiées à la rénovation ainsi qu’à la mise à niveau de ces établissements.

Le soutien à domicile doit constituer une priorité pour le gouvernement. Cette approche favorise le maintien à l’autonomie des personnes âgées tout en permettant des économies au niveau des finances publiques.

Le Réseau FADOQ recommande donc que des investissements majeurs soient effectués par le biais d’un fonds protégé dédié aux services aux patients pour les soins à domicile.

Pour les proches aidants

Le vieillissement de la population québécoise s’accentuera de façon marquée au cours des prochaines années, ce qui aura pour effet d’augmenter le fardeau sur les épaules des proches aidants.

« Des gestes concrets doivent être posés afin de soutenir une personne qui, par exemple, donne de son temps, perd des revenus et comble le manque de ressources provenant du système public, déclare M. Dupont. Nous demandons donc l’élaboration d’une définition légale du statut de proche aidant. »

« Ce statut légal devra être reconnu, ajoute M. Dupont, et s’accompagner de certains droits, tels que l’accès au dossier médical de la personne aidée. »

De plus, afin de permettre à un proche aidant de veiller à ses responsabilités sans se soucier de ses finances personnelles, le Réseau FADOQ presse le gouvernement d’élaborer un programme du même type que le Régime québécois d’assurance parentale (RQAP).

Une telle mesure aiderait un proche aidant à prendre en charge un membre de sa famille sans risquer, par exemple, un congédiement en raison de son absentéisme au travail.

 

 

Pour les travailleurs d’expérience

Une pénurie de main-d’œuvre touche actuellement le Québec. Le Réseau FADOQ a déjà décrié le manque d’incitatifs pour les employeurs de travailleurs d’expérience.

Afin d’encourager les entreprises à embaucher et maintenir en poste des employés de 65 ans et plus, le Réseau recommande entre autres la mise en place d’un crédit d’impôt à toute organisation du secteur privé qui forme des travailleurs expérimentés. Le Réseau conseille aussi au gouvernement d’offrir la possibilité à un travailleur actif retirant sa rente de retraite d’arrêter de verser ses cotisations au Régime de rentes du Québec.

On peut consulter le mémoire du Réseau FADOQ et les 25 recommandations au  www.fadoq.ca/lanaudiere/actualites.

Inscrivez-vous via notre service gratuit d'abonnement par e-mail pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.