Photo Guy Latour

Politique fédérale

Pour le député de Joliette à la Chambre des Communes, Gabriel Ste-Marie, il ne fait aucun doute qu’il sera à nouveau candidat à l’élection fédérale d’octobre 2019.

« Je ne sais pas ce que sont les plans de mes collègues, mais pour moi, il est clair que je serai là comme candidat. J’adore mon rôle de député et je souhaite que la population du comté me fasse à nouveau confiance », a-t-il déclaré en marge de sa conférence lors du dîner mensuel de la Chambre de Commerce du Grand Joliette, le 12 mars, au Château Joliette.

Devant une salle comble et quelques collègues députés qui ont aussi démissionné dans la vague de départ au Bloc Québécois, ainsi que les députés provinciaux Véronique Hivon et André Villeneuve, M. Ste-Marie a fièrement mentionné que son bureau de comté avait réglé 685 cas divers depuis son élection en septembre 2015.

Gabriel Ste-Marie, élection, 2019,
Photo Guy Latour. La député provinciale de Joliette, Véronique Hivon, a présenté son homologue fédéral lors du dîner du 12 mars.

« Comme député, j’ai étudié plusieurs projets de loi qui touche de près ou de loin mes concitoyens. Je suis là pour représenter et défendre intérêts de mon comté ». a-t-il ajouté.

Gabriel Ste-Marie s’est dit plus indépendantiste que jamais. « Depuis que j’ai été élu, Il y a deux sociétés qui s’affrontent à la Chambre des Communes. Le gouvernement du Canada est déconnecté de la réalité du Québec », souligne-t-il.

Parmi les dossiers qui tiennent particulièrement à cœur le député de Joliette, il y a les paradis fiscaux, le commerce en ligne et l’ALENA.

Concernant les récents évènements qui ont marqué le Bloc Québécois, au cours des dernières semaines, Gabriel Ste-Marie a reconnu que le parti vivait une crise majeure. « Nous, les sept députés démissionnaires, on aime pas la chicane et la confrontation. On a tout fait pour s’entendre avec la chef Martine Ouellet. C’était rendu impossible de continuer à travailler dans cet atmosphère-là », a-t-il martelé.

En terminant, le député de Joliette s’est dit déçu du dernier budget Morneau. « Plusieurs demandes du Québec ont été oubliées. J’aurais notamment aimé qu’Ottawa octroie un contrat à la Davie pour les travailleurs d’ici », a-t-i conclu.

Soulignons enfin que la personnalité du mois de la Chambre de Commerce du Grand Joliette est l’entreprise Riego qui a acquis, il y a quelques mois, un terrain de 20 acres à Joliette, sur le boulevard Base-de-Roc. Cela permettra de regrouper les activités de l’entreprise en un seul endroit.