Photo Courtoisie

Politique fédérale

Au nom de l’aile parlementaire du Bloc Québécois, le député de Montcalm, Luc Thériault, a fait un bilan de la dernière session parlementaire marqué par les bons coups de son parti et la pauvre performance des députés libéraux du Québec à Ottawa.

«  Franchement, avec mon équipe, on a frappé un gros coup en révélant que le Parti libéral de Papineau, le comté de Justin Trudeau, se finance avec l’argent de la communauté chinoise de Vancouver. Michel Boudrias, mon voisin de Terrebonne, a déposé un projet de loi sur le financement des partis politiques pour ramener un financement public, mais libéraux comme conservateurs font de l’obstruction. »

« Nous sommes aussi les seuls à défendre le droit des Québécois de faire leurs propres choix en matière de laïcité, alors que le gouvernement Trudeau menace Québec de poursuites pour son projet de loi 62. Nous avons toujours dénoncé le projet Énergie Est et nous avons été très actifs, en particulier dans Lanaudière, dans la mobilisation citoyenne extraordinaire qui a mené à l’annulation du projet. Il y a un peu de la population de Montcalm dans cette victoire », a déclaré M. Thériault.

Le Bloc s’est également démarqué dans les dossiers de sécurité publique. « Nous avons été les seuls à dénoncer la décision de Marc Garneau d’autoriser les petits couteaux dans les avions. Le gouvernement met la sécurité de la population en jeu pour des questions d’accommodements religieux », a rappelé le député de Montcalm.

La session parlementaire a toutefois été dominée par les problèmes d’intégrité des libéraux et la mollesse des députés québécois au pouvoir, illustre le député de Montcalm. « Le ministre des Finances se retrouve constamment dans des situations d’apparence de conflits d’intérêts à cause de ses avoirs dans les paradis fiscaux et de ses actifs personnels. Comme si ça ne suffisait pas, le trésorier et le principal collecteur de fonds du parti se sont fait éclabousser par les Paradise Papers. Il n’y a pas à dire : Nous avons affaire aux mêmes vieux libéraux du scandale des commandites. »

Le député bloquiste reproche aussi aux députés libéraux québécois de ne pas se tenir debout pour le Québec. « Contrairement à Mélanie Joly, le Bloc Québécois est aux côtés de l’ensemble de la société québécoise pour défendre notre culture face au privilège Netflix qu’impose le fédéral. Nous nous sommes battus pour les travailleurs du Chantier Davie qui perdent leur emploi. Nous sommes les seuls à avoir exigé que le partage de la taxation suivant la légalisation du cannabis corresponde aux responsabilités des gouvernements, soit 100 % pour Québec et rien pour Ottawa. »

 « Jamais le Québec n’a été aussi faible que dans ce gouvernement. Les intérêts des Québécois sont toujours sacrifiés et les 40 députés libéraux censés les défendre s’écrasent pour ne pas déplaire au Canada. On assiste à la réapparition du même vieux parti libéral méprisant envers le Québec et complaisant envers ses amis. Au final, il n’y a que le Bloc Québécois pour défendre sans compromis nos intérêts, nos demandes et nos valeurs », a conclu Luc Thériault.

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit d'abonnement par e-mail pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.