Courtoisie

Le Bloc Québécois a déposé un projet de loi qui forcera, s’Il est adopté, le Gouvernement du Canada à respecter les lois québécoises sur la protection de l’Environnement. « Ce qui se passe chez nous doit passer par nous. Actuellement, lorsqu’Ottawa intervient dans ses champs de compétence, il a tous les pouvoirs nécessaires pour enfreindre les lois du Québec et des provinces en matière d’aménagement du territoire et d’environnement. Nous l’avons échappé belle avec Énergie Est : le gouvernement fédéral peut, de fait, nous l’imposer. Il faut agir immédiatement pour qu’une telle situation ne se reproduise jamais », a déclaré Luc Thériault.

Le député bloquiste de Montcalm soutient la porte-parole du parti en matière d’environnement, Monique Pauzé, qui a déposé le projet de loi C-392 modifiant huit lois fédérales afin d’obliger Ottawa à respecter les lois provinciales et les règlements municipaux s’appliquant sur le territoire où il intervient.

Quais, ports, aéroports, infrastructures de télécommunication, propriétés fédérales, pipelines interprovinciaux : toutes ces infrastructures relèvent du gouvernement fédéral, qui a tous les pouvoirs à l’intérieur de ses champs de compétence. Cela lui permet actuellement, à titre d’exemple, de ne pas tenir compte des règlements sur le zonage agricole et des évaluations environnementales plus minutieuses, comme celles du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) du Québec.

« Avec cette nouvelle loi, plus jamais nous ne vivrions la saga de l’aérodrome de Mascouche. Sa localisation serait sans contredit soumise aux lois québécoises. Point à la ligne » a déclaré Luc Thériault.

Parce que le projet de loi du Bloc Québécois est fédéral, il change la donne : une décision enfreignant une loi québécoise ou provinciale contredirait du même souffle une loi du Parlement canadien. « Le territoire du Québec appartient à ceux qui l’occupent : les Québécoises et les Québécois. En obligeant le fédéral à respecter nos lois, nous franchirions un nouveau pas majeur vers la perspective d’être maîtres chez nous », a conclu Luc Thériault.

Courtoisie

 « Ce qui se passe chez nous doit passer par nous. Actuellement, lorsqu’Ottawa intervient dans ses champs de compétence, il a tous les pouvoirs nécessaires pour enfreindre les lois du Québec et des provinces en matière d’aménagement du territoire et d’environnement. Nous l’avons échappé belle avec Énergie Est : le gouvernement fédéral peut, de fait, nous l’imposer. Il faut agir immédiatement pour qu’une telle situation ne se reproduise jamais », a déclaré Gabriel Ste-Marie, député de Joliette et leader parlementaire du Bloc Québécois. 

Le député de Joliette soutient la porte-parole du parti en matière d’environnement, Monique Pauzé, député de Repentigny qui a déposé le projet de loi C-392 modifiant huit lois fédérales afin d’obliger Ottawa à respecter les lois provinciales et les règlements municipaux s’appliquant sur le territoire où il intervient.  

Quais, ports, aéroports, infrastructures de télécommunication, propriétés fédérales, pipelines interprovinciaux : toutes ces infrastructures relèvent du gouvernement fédéral, qui a tous les pouvoirs à l’intérieur de ses champs de compétence. Cela lui permet actuellement, à titre d’exemple, de ne pas tenir compte des règlements sur le zonage agricole et des évaluations environnementales plus minutieuses, comme celles du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) du Québec. 

Cette situation est au cœur de litiges dans le cadre desquels la Cour suprême a confirmé la primauté du fédéral sur les lois provinciales et les règlements municipaux. Par exemple, en 2010, la Cour suprême statuait que la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles du Québec ne permettait pas de protéger une terre agricole près de Shawinigan contre un promoteur qui voulait en faire un aéroport. En 2016, Châteauguay voyait le tribunal de dernière instance annuler son règlement municipal encadrant la prolifération des antennes cellulaires en milieu urbain. 

Dans la région de Lanaudière, il a été également possible de voir l’impact de cette primauté avec les projets d’aéroport de Saint-Cuthbert et de Mascouche, ainsi que sur la construction de nouvelles tours cellulaires, notamment à Ste-Béatrix. 

Parce que le projet de loi du Bloc Québécois est fédéral, il change la donne : une décision enfreignant une loi québécoise ou provinciale contredirait du même souffle une loi du Parlement canadien. « Le territoire du Québec appartient à ceux qui l’occupent : les Québécoises et les Québécois. En obligeant le fédéral à respecter nos lois, nous franchirions un nouveau pas majeur vers la perspective d’être maîtres chez nous », a conclu Gabriel Ste-Marie 

Courtoisie

« L’Agence du Revenu et le gouvernement canadien devraient avoir honte de s’en prendre aux travailleuses et travailleurs qui se trouvent au bas de l’échelle ! » C’est ce qu’a déclaré le député de Joliette, Gabriel Ste-Marie, en apprenant que l’Agence projetait de rendre imposables les rabais sur la marchandise accordés aux travailleurs du secteur du commerce de détail.

« Nous attendons de la ministre du Revenu qu’elle dise clairement qu’elle annule cette mesure qui s’en prend directement aux gagne-petit. Elle sait très bien, pourtant, que le gouvernement n’ira chercher que des miettes. Cette mesure ne changera rien aux revenus du gouvernement, mais aura certainement un impact dans les poches des travailleuses et travailleurs qui en arrachent déjà. Pendant que le  gouvernement Trudeau s’acharne sur le monde ordinaire, il donne congé de TPS à Netflix et continue  de se fermer les yeux sur les paradis fiscaux qui nous coûtent des milliards chaque année. C’est le monde l’envers ! », s’est insurgé le député Ste-Marie.

« Chez nous, on appelle ça des économies de bouts de chandelle ce que l’Agence du Revenu s’apprête à faire sur le dos des travailleuses et travailleurs. On parle d’employés payés au salaire minimum ou un peu au-dessus et les rabais qui peuvent leur être offerts sur leur lieu de travail constituent un rare avantage. Les gens au bas de l’échelle salariale n’ont certainement pas besoin que le gouvernement cherche de nouvelles façons de leur taper sur la tête. Aux travailleurs de Joliette et de partout au Québec, je vous dis que le Bloc Québécois suivra ce dossier de prêt et continuera de défendre et de porter votre voix à Ottawa », a conclu M. Ste-Marie.

 

 

Photo Courtoisie

Le chef néo-démocrate, Jagmeet Singh, annoncera aujourd’hui la nomination de Ruth Ellen Brosseau, députée de Berthier-Maskinongé, à titre de leader parlementaire du NPD à la Chambre des communes.

 « C’est un vote de confiance exceptionnel, je suis extrêmement  enthousiaste de débuter dans mon nouveau rôle de leader parlementaire. », a déclaré Mme Brosseau. 

 Pour la députée de Berthier-Maskinongé, cela représente de nouvelles responsabilités, elle devra entre autres choses guider les travaux législatifs de son parti au sein de la Chambre des communes, s’occuper des questions relatives aux procédures et négocier le calendrier de la session parlementaire à venir.

 En terminant, elle précise qu’elle continuera à jouer un rôle au sein des dossiers agricoles puisqu’elle sera aussi porte-parole adjointe en matière d’agriculture. « Je suis fière de dire que je serai encore une voix forte pour les fermes familiales, de pouvoir défendre notre système de gestion de l’offre, ainsi que les intérêts agricoles de ma région, du Québec et du Canada. », a conclu la députée.

 

Courtoisie

La députée à l'Assemblée nationale et chef du Bloc Québécois, Martine Ouellet, ainsi que le député de Joliette, Gabriel Ste-Marie, ont réagi à l'annonce de TransCanada d'abandonner le projet de pipeline Énergie Est.

« C'est rare qu'on se réveille avec une si bonne nouvelle en matière d'environnement! », s'est exclamée Martine Ouellet d'entrée de jeu. « Cette décision, c'est la victoire du mouvement citoyen et des groupes environnementaux qui n'ont jamais arrêté de demander des études sur l'impact réel du projet, notamment sur l'émission de gaz à effet de serre (GES). Le Bloc Québécois est fier d'avoir mené la lutte au côté des opposants du projet. C'est un combat que nous avons mené ensemble et que nous avons gagné pour tout le Québec et pour les générations à venir », a poursuivi Mme Ouellet.

« Le gouvernement canadien n’a jamais été à l’écoute des Québécois dans ce dossier », a jouté M. Ste-Marie. « S’il avait écouté les inquiétudes parfaitement légitimes de la population et des groupes environnementaux, jamais nous n’aurions eu à mener une aussi longue lutte contre ce gouvernement à la solde de l’industrie pétrolière. C’est la même chose pour les autres partis fédéralistes qui, par  leur complaisance et leur à-plat-ventrisme, ne se sont jamais tenus debout devant TransCanada », a-t-il rappelé.

« Depuis plus de deux ans que nous menons cette lutte aux côtés des Québécois et des groupes environnementaux. Il est important de noter la mobilisation des citoyens, des organismes environnementaux et des municipalités dans la défense de notre fleuve contre Transcanada Je les remercie et les félicite pour leur engagement. C’est uniquement grâce à leur vigilance et leur détermination si nous pouvons tous crier victoire aujourd’hui », a conclu M. Ste-Marie.

Photo Courtoisie

L'organisation des Rangers de Montréal-Est de la ligue Junior AAA a profité de son match contre Saint-Gabriel-de-Brandon, le 7 janvier, pour remercier Monsieur Benoit Ricard, copropriétaire du Complexe JC Perreault. Monsieur Ricard a accueilli les Rangers durant leur saison de transition et gracieusement aidé l'organisation par son ouverture d'esprit et sa flexibilité afin d'intégrer les Rangers dans l'horaire du Complexe JC Perreault.

L'organisation et les joueurs des Rangers remercient Monsieur Ricard ainsi que tout le personnel du complexe qui leur ont donné un fier coup de pouce durant cette période de transition pendant la rénovation de notre aréna habituel.

Par la même occasion, les Rangers ont aussi souligné aussi la présence du député fédéral du Bloc Québécois Luc Thériault qui assistait au match. Monsieur Thériault est un avide défenseur du sport amateur étant lui-même un ancien athlète de calibre olympique au water-polo. Les Rangers remercient monsieur Thériault pour son appui et sa présence au match de dimanche le 7 janvier.

Lors du match, les Rangers ont eu le dessus sur les Montagnards de St-Gabriel-de-Brandon par le compte de 4 à 1. Charles-Olivier Ouimet s'est démarqué en comptant deux buts. Jonathan Ouellet et Antoine Lessard ont ajouté deux passes chacun pour compléter cette belle victoire. Les Rangers sont maintenant sur une belle lancée ayant remporté 6 de leurs 7 derniers matchs. Le prochain match des Rangers au complexe JC Perreault est le 20 janvier à 16:30 alors que l'Artic de Montréal-Nord sera la formation adverse.

Courtoisie

Gabriel Ste-Marie, député fédéral de Joliette et leader parlementaire du Bloc Québécois est fier du gain obtenu pour les agriculteurs  à la Chambre des Communes le 26 septembre dernier. Par la voix de son porte-parole en agriculture, Simon Marcil, le Bloc Québécois a fait adopter à l’unanimité une motion réclamant la protection intégrale de la gestion de l’offre dans la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

« Ce sera une grande victoire pour les agriculteurs québécois et nos communautés rurales si le gouvernement canadien respecte sa promesse envers le maintien intégral de la gestion de l'offre», a ajouté Gabriel Ste-Marie. Mais il tient à tenir en garde les agriculteurs contre les décisions du fédéral. « Dans les négociations du libre-échange avec l’Europe, une brèche dans la gestion de l’offre a été offerte en échange de la possibilité d'exporter du bœuf canadien. Le fédéral avait promis des dédommagements, mais les sommes promises sont loin d’être suffisantes et les fonds ont été vidés en cinq jours. Il y a des grands besoins en agriculture, mais le programme fédéral est incomplet. Il faut rester mobilisé! », a conclu le député fédéral de Joliette.

« Aujourd’hui, tous les députés, y compris ceux du gouvernement, se sont engagés à protéger intégralement la gestion de l’offre. Nous nous attendons à ce qu’ils respectent cet engagement envers nos producteurs », a indiqué Simon Marcil.

Voici le libellé de la motion adoptée à l’unanimité par la Chambre des communes : « Que cette Chambre réitère sa volonté de maintenir intégralement la gestion de l'offre dans le cadre des renégociations de l'ALENA ». 

Photo Courtoisie

Au nom de l’aile parlementaire du Bloc Québécois, le député de Montcalm, Luc Thériault, a fait un bilan de la dernière session parlementaire marqué par les bons coups de son parti et la pauvre performance des députés libéraux du Québec à Ottawa.

«  Franchement, avec mon équipe, on a frappé un gros coup en révélant que le Parti libéral de Papineau, le comté de Justin Trudeau, se finance avec l’argent de la communauté chinoise de Vancouver. Michel Boudrias, mon voisin de Terrebonne, a déposé un projet de loi sur le financement des partis politiques pour ramener un financement public, mais libéraux comme conservateurs font de l’obstruction. »

« Nous sommes aussi les seuls à défendre le droit des Québécois de faire leurs propres choix en matière de laïcité, alors que le gouvernement Trudeau menace Québec de poursuites pour son projet de loi 62. Nous avons toujours dénoncé le projet Énergie Est et nous avons été très actifs, en particulier dans Lanaudière, dans la mobilisation citoyenne extraordinaire qui a mené à l’annulation du projet. Il y a un peu de la population de Montcalm dans cette victoire », a déclaré M. Thériault.

Le Bloc s’est également démarqué dans les dossiers de sécurité publique. « Nous avons été les seuls à dénoncer la décision de Marc Garneau d’autoriser les petits couteaux dans les avions. Le gouvernement met la sécurité de la population en jeu pour des questions d’accommodements religieux », a rappelé le député de Montcalm.

La session parlementaire a toutefois été dominée par les problèmes d’intégrité des libéraux et la mollesse des députés québécois au pouvoir, illustre le député de Montcalm. « Le ministre des Finances se retrouve constamment dans des situations d’apparence de conflits d’intérêts à cause de ses avoirs dans les paradis fiscaux et de ses actifs personnels. Comme si ça ne suffisait pas, le trésorier et le principal collecteur de fonds du parti se sont fait éclabousser par les Paradise Papers. Il n’y a pas à dire : Nous avons affaire aux mêmes vieux libéraux du scandale des commandites. »

Le député bloquiste reproche aussi aux députés libéraux québécois de ne pas se tenir debout pour le Québec. « Contrairement à Mélanie Joly, le Bloc Québécois est aux côtés de l’ensemble de la société québécoise pour défendre notre culture face au privilège Netflix qu’impose le fédéral. Nous nous sommes battus pour les travailleurs du Chantier Davie qui perdent leur emploi. Nous sommes les seuls à avoir exigé que le partage de la taxation suivant la légalisation du cannabis corresponde aux responsabilités des gouvernements, soit 100 % pour Québec et rien pour Ottawa. »

 « Jamais le Québec n’a été aussi faible que dans ce gouvernement. Les intérêts des Québécois sont toujours sacrifiés et les 40 députés libéraux censés les défendre s’écrasent pour ne pas déplaire au Canada. On assiste à la réapparition du même vieux parti libéral méprisant envers le Québec et complaisant envers ses amis. Au final, il n’y a que le Bloc Québécois pour défendre sans compromis nos intérêts, nos demandes et nos valeurs », a conclu Luc Thériault.

 

Courtoisie

Les familles de Lanaudière pourront profiter d’espaces de loisirs améliorés et d’installations communautaires modernes grâce à un investissement de plus de 3,2 M$ de la part du gouvernement du Canada. Les montants consentis généreront plus de 7 M$ en investissements connexes de la part d’autres partenaires, tels que des organismes sans but lucratif ou des municipalités.

Ces contributions ont été annoncées aujourd’hui par David Lametti, député de LaSalle-Émard-Verdun et secrétaire parlementaire de l’honorable Navdeep Bains, ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique et ministre responsable de Développement économique Canada pour les régions du Québec.

Le financement pour les communautés de Lanaudière appuiera 17 projets différents, qu’il s’agisse de pistes cyclables ou de sentiers de randonnée, de centres communautaires, de piscines ou d’arénas.

Cet investissement a été fait dans le cadre du Programme d’infrastructure communautaire de Canada 150, un fonds de 300 M$ mis en place afin de célébrer le 150e anniversaire du Canada en investissant dans les espaces communautaires qui rassemblent les Canadiens. De ce montant, jusqu’à 63,5 M$ seront investis au Québec.

« L’appui financier que nous accordons à nos collectivités démontre clairement notre engagement à favoriser une croissance durable et la prospérité au Canada. En améliorant l’infrastructure communautaire comme permettent de le faire ces beaux projets, nous contribuons à stimuler la vitalité de nos communautés et à assurer une qualité de vie élevée pour les résidents de tous âges », a précisé dans un communiqué, le 21 juillet, David Lametti, député de LaSalle-Émard-Verdun et Secrétaire parlementaire du ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique

« Le gouvernement du Canada appuie les projets d’organismes qui, comme les projets annoncés aujourd’hui, mobilisent et unissent nos communautés. Ces projets renforcent les collectivités du Canada, stimulent l’activité économique et profitent aux familles ainsi qu’à la classe moyenne», a pour sa part souligné Navdeep Bains, ministre responsable de DEC

             Depuis sa création en 2015, le PIC150 a investi près de 13 M$ dans plus de 450 projets appuyant la vitalité des communautés du Québec. Faiits en bref

Depuis sa création en 2015, le PIC150 a investi près de 13 M$ dans plus de 450 projets appuyant la vitalité des communautés du Québec

DEC est l’un des six organismes de développement régional sous la responsabilité du ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, l’honorable Navdeep Bains.

Certains des projets réalisés sont dans des centres communautaires. C’est notamment le cas à Saint-Félix-de-Valois,  Saint-Ambroise-de- Kildare et Notre-Dame-des-Prairies.

Trois arénas seront rénovées soit Roch-Lasalle à Crabtree (refaire la dalle de béton, la couverture et les bandes et d’installer un système solaire de fonte de neige), l’aréna Complexe sportif St-Lin-Laurentides (On on prévoit le remplacement des portes, des fenêtres et du revêtement, la réfection de la toiture, la construction d’une nouvelle marquise et le remplacement des baies vitrées, de l'éclairage, du système de chauffage et l’amélioration des vestiaires. Certains travaux, notamment l'installation d'éclairage au DEL et d'un nouveau système de récupération de la chaleur, entraîneront des gains énergétiques) ainsi que le Centre sportif et culturel de Brandon (Le projet permettra la mise à niveau de l’aréna et la rénovation de la salle communautaire. Plus précisément, le projet comprend plusieurs travaux tels que le remplacement de l'évaporateur des condenseurs et des compresseurs du système de réfrigération de l'aréna, ainsi que le remplacement de porte, l'ajout de toilettes et d'une loge ainsi que le changement du recouvrement du plancher de la salle communautaire.).

Photo Courtoisie

Le député fédéral de Joliette, Gabriel Ste-Marie, et le porte-parole du Bloc Québécois en matière d’institutions démocratiques, Luc Thériault, s’interrogent à savoir comment Justin Trudeau a pu amasser plus des deux tiers de son financement annuel de 2016 dans sa circonscription montréalaise de Papineau, soit environ 67 000$, en provenance de riches donateurs Chinois de Vancouver, dans les 48 h entourant le feu vert du gouvernement à une banque à charte chinoise, la Wealth One.

« Les 6 et 7 juillet 2016, pendant que le gouvernement libéral s’apprête à autoriser une banque chinoise à Vancouver, Justin Trudeau reçoit plus de 67 000 $ de la communauté chinoise de Vancouver dans son comté de Montréal. Ça représente deux tiers de son financement en moins de quarante-huit heures. Avec des coïncidences comme ça, aussi bien t’acheter un 6/49 ! », a déclaré M. Ste-Marie.

Plus spécifiquement, 68 % des contributions reçues durant l’année 2016 ont été faites les 6 et 7 juillet, ce qui représente un montant de 67 079,70 $. Il s’agit de 45 dons, dont 41 proviennent de Vancouver et ses banlieues, et dont les montants varient entre 1 382,41 $ et 1 500 $, le montant maximal permis par la loi.

Ce même 7 juillet 2016, le surintendant des institutions financières, qui relève du ministre des Finances, donnait le feu vert au lancement de la nouvelle banque à charte chinoise, la Wealth One, une banque ciblant la communauté chinoise du Canada avec des succursales à Vancouver ainsi qu’en banlieue de Toronto.

« S’il veut se comporter en homme d’État, Justin Trudeau doit s’expliquer parce que de l’extérieur, ça donne l’impression qu’il y a eu un retour d’ascenseur entourant la création de cette banque. Comme premier ministre, il a le devoir, plus que quiconque, d’entretenir la confiance de la population envers ses institutions », a conclu le député fédéral de Joliette.

 

Courtoisie

Le 29 avril dernier, Zachary Morin, un jeune de Saint-Côme, élève à la polyvalente des Chutes, a accompagné le député fédéral de Joliette, Gabriel Ste-Marie, lors d’une journée de rencontres dans la circonscription.

« Lorsque j’ai rencontré Zachary en mars dernier, il m’a expliqué son grand intérêt pour la politique et l’actualité. Je l’ai donc invité à m’accompagner pour lui montrer que la politique, c’est bien plus que des clips de 30 secondes lors des bulletins de fin de soirée à la télé. Je dois représenter mes concitoyens à Ottawa : c’est pour ça que je vais les rencontrer sur le terrain. C’est grâce à eux que je peux me lever au parlement, c’est eux que je dois défendre!», a expliqué le député.

La journée a commencé dès 8h30, à l’opération de nettoyage sur les berges de la rivière L’Assomption avec les scouts de Notre-Dame-des-Prairies. L’activité était organisée par le service des travaux publics à la ville de Joliette.

Par la suite, Zachary et le député ont rejoint André Villeneuve, député de Berthier au tournoi de la Ligue de hockey-cosom inter maisons de jeunes de Lanaudière (LHCMDJ). Ils ont assisté au match entre les équipes de Lavaltrie et de L’Assomption, avant de participer à la remise des médailles et à une mise au jeu protocolaire.

Après le dîner, ils ont participé à l’assemblée générale du Bloc Québécois de Berthier-Maskinongé à Louiseville. Le député de Joliette était orateur invité pour faire part de son expérience de parlementaire à Ottawa.

La journée s’est terminée après la participation au gala de reconnaissance des bénévoles de la municipalité de Notre-Dame-de-la-Merci. Roxanne Turcotte, la mairesse de la municipalité, a noté la présence de Zachary en affirmant qu’il est important d’avoir une relève impliquée, en politique comme partout ailleurs.

En rétroaction de sa journée, Zachary a été enchanté d’avoir pu vivre cette expérience : « Ce que j'ai retenu, c’est que pour être un bon député il faut interagir avec la population et être présent pour eux. Un député doit également être impliqué dans notre région, comme le fait Gabriel».

«Les gens que nous avons rencontrés étaient intéressés lorsqu’ils me voyaient autant passionné par la politique. Pendant cette journée, j’ai enrichi mes connaissances en politique et j’ai pu voir comment se déroulaient des assemblées politiques, mais aussi à quoi pouvait ressembler le travail d’un député », a résumé Zachary Morin.

«J’ai énormément apprécié ma journée avec Zachary. Malgré ses 15 ans, il est au courant de pratiquement tout ce qui se passe dans l’actualité : tant au Québec qu’à l’international. Avec une curiosité comme la sienne, je n’ai aucune crainte pour son avenir!», a conclu M. Ste-Marie.

 

Si d’autres jeunes souhaitent vivre cette expérience, il est possible de contacter le bureau du député au 450-752-1940. L’autorisation parentale est nécessaire.

Plus d'articles...