Photo Guy Latour

Dans le cadre de la tournée canadienne du Parti Conservateur du Canada, le député de Beauport-Limoilou, Alupa Clarke, était de passage dans le comté de Joliette, le 7 décembre.

Ce dernier a rencontré plusieurs acteurs du milieu économique du comté en plus de rencontrer les membres de l’Association conservatrice de Joliette.

« Comme opposition officielle, il y a une dizaine de députés qui visitent des comté de partout au Canada à chaque semaine. L’objectif est de prendre le pouls des citoyens et de connaître les enjeux de chaque comté », a déclaré en entrevue au Lanauweb, M. Clarke.

Celui-ci a déjà ciblé deux enjeux importants soit la connexivité  est-ouest et le développement économique. « Il faut améliorer les infrastructures comme les routes 158, 343, et 131. Ça n’a pas de sens qu’il n’y ait que deux voies sur la 158. De plus, l’instabilité politique au Bloc Québécois, au cours des deux dernières années, a fait en sorte que le député Gabriel Ste-Marie n’a pas été capable de bien faire son travail pour le développement économique de Joliette », a souligné le député de Beauport-Limoilou.

Il a aussi rappelé que le Bloc ne croyait pas au fonctionnement du fédéralisme canadien.  « Comme c’est un parti qui n’aspire pas au pouvoir, ça sera difficile de travailler sur des programmes de financement pour les entreprises », a-t-il ajouté.

Pour ce qui est du gouvernement libéral, Alupa Clarke demande aux électeurs de Joliette de bien réfléchir avant de voter  pour ce parti aux élections de 2019. « Depuis qu’il est au pouvoir, le gouvernement Trudeau a brisé trois promesses majeures soit des énormes dépassements dans les déficits, il n’a presque pas injecté d’argent dans les infrastructures et il n’y a pas d’échéancier pour l’équilibre budgétaire », a-t-il précisé.

Pour Alupa Clarke, le Parti Conservateur du Canada est un parti à l’écoute de ses électeurs, qui prône un renforcement de la nation québécoise. « On représente une belle option pour le comté de Joliette. On a adopté presqu’à l’unanimité une résolution, lors de notre congrès national, pour un rapport d’impôt unique. Nous souhaitons aussi donné plus de pouvoirs aux provinces en matière d’immigration », a-t-il conclu.

Photo d'archives

Le député de Joliette, à la Chambre de Communes, Gabriel Ste-Marie, s’est dit déçu de la mise à jour économique du gouvernement Trudeau du 21 novembre dernier.

« Cette mise à jour économique ne répond pas aux besoins des Québécois et des Québécoises. En santé, le fédéral devrait payer la moitié de notre budget en santé. Or, cette proportion n’est que de 22% et elle baisse constamment », a déploré le député en entrevue au Lanauweb, le 2 décembre dernier.

Gabriel Ste-Marie ajoute que le gouvernement Trudeau continue de s’endetter sans être à l’écoute des véritables besoins du Québec.

« Dans le mini-budget, il y a de l'aide pour les entreprises privées qui produisent de l'énergie, mais Hydro-Québec en est exclu. Donc, on a des entreprises polluantes qui se font soutenir pour un peu moins polluer (genre passer du mazout au gaz naturel) mais notre champion mondial en énergie renouvelable, ne reçoit pas un seul sou, et le Québec s'en trouve de facto exclu », a souligné M. Ste-Marie.

Pour ce qui est de l’aide aux médias, celle-ci ne sera annoncée que lors du dépôt du budget en mars 2019, « Il faut que les médias locaux reçoivent aussi une aide financière, pas juste les OBNL comme la Presse. Il faut enlever l’avantage fiscal que possèdent Google et Facebook qui ne paient aucun impôt au Canada. Les médias locaux, c’est très important pour notre démocratie », a-t-il conclu.

Il appuie Yves-François Blanchet

Par ailleurs, Gabriel Ste-Marie a confirmé qu’il appuie la candidature d’Yves-François Blanchet dans la course au prochain chef du Bloc Québécois.

« C’est le meilleur candidat possible pour relancer le Bloc. Il est rigoureux, communicateur et il travaille en équipe. Il a déjà les réflexes de la politique fédérale », a souligné M. Ste-Marie.

Pour ce qui est de la prochaine course, c’est aux militants à décider si le prochain sera élu par acclamation ou non. « Puisque nous sommes à un an des élections, je crois que plus vite un chef sera élu, plus vite il pourra se mettre au travail afin de bien se faire connaître. Mais il ne faut pas prendre des raccourcis à tout prix », a-t-il mentionné.

Selon Gabriel Ste-Marie, le Bloc Québécois peut espérer faire élire une trentaine de députés lors de l’élection générale de l’automne 2019. « Le gouvernement Trudeau déçoit, les députés du NPD ne sont pas au même diapason que leur chef alors que le PC ne parle que de pipelines et du projet d’Énergie Est. Notre parti offre une alternative intéressante », a-t-il conclu.

M. Ste-Marie fait partie des cinq députés du Bloc ayant confirmé leur appui à M. Blanchet.

Photo courtoisie

Le Bloc Québécois annonçait aujourd’hui le lancement officiel du chantier de Refondation, une réflexion mettant sur la table un renouvellement complet du programme, des statuts et des règlements du parti. L’invitation est lancée à toute personne pour qui il est nécessaire de promouvoir les intérêts des Québécois et de démontrer concrètement la nécessité de l’indépendance.

Tous sont appelés à constituer le programme du seul parti qui soutiendra les consensus québécois sans compromis avant, pendant et après les prochaines élections. 

On peut toujours compter sur les jeunes pour nous connecter sur le monde et c’est à l’initiative du Forum Jeunesse que le Bloc Québécois entreprend une grande consultation ouverte à toute la population qui devient membre du chantier en vue du congrès national. C’est une Refondation pour notre parti, mais c’est surtout une occasion extraordinaire de prendre le pouls des Québécois à moins d’un an des élections », a déclaré Gabriel Ste-Marie, député de Joliette. 

La Refondation, c’est une chance inédite pour l’ensemble des indépendantistes de créer le grand lieu de rassemblement dont on a besoin. Trop souvent, ce sont les partis qui ont dit à la population ce qu’il fallait faire. Cette fois, ce sont les citoyens qui vont développer leur parti, un parti issu du monde et réellement populaire », a renchéri M. Ste-Marie. 

Le Bloc Québécois est une force politique extraordinaire pour le Québec, le seul parti à Ottawa qui est voué exclusivement aux intérêts des Québécois et le seul qui peut quotidiennement faire la démonstration de la nécessité de l’indépendance. Il est essentiel de parler avec les Québécois et surtout de les écouter et c’est ce que nous commençons dès aujourd’hui jusqu’au congrès de Refondation de février », a conclu Gabriel Ste-Marie. 

Tous les détails sont en ligne à l’adresse refondation.quebec

Courtoisie

À la suite de la signature par le gouvernement fédéral de l’Accord États-Unis—Mexique—Canada (AEUMC), Luc Thériault, député de Montcalm, a accusé Ottawa d’avoir trahi les producteurs laitiers du Québec.

« Trudeau a menti aux producteurs laitiers. Il leur avait promis que jamais il ne signerait un accord qui donne aux Américains le droit de décider comment on organise notre production. Il l’a signé vendredi matin. Il leur avait promis que jamais il ne laisserait Donald Trump empêcher nos producteurs de vendre leurs surplus sur les marchés mondiaux. Il l’a fait. La parole des libéraux ne vaut rien », a dénoncé Luc Thériault.

Les Producteurs de lait du Québec ont dénoncé vendredi matin le fait que le texte définitif de l’AEUMC offre un droit de regard aux États-Unis sur les politiques laitières canadiennes, disposition à laquelle Ottawa avait affirmé ne pas avoir consenti. Les producteurs reprochent aussi au fédéral de les abandonner en les excluant du marché mondial des protéines laitières.

Les producteurs de lait ont réitéré leur demande d’être intégralement compensés pour les pertes liées aux accords de libre-échange avec l’Europe, avec les pays de la zone Pacifique et avec l’Amérique du Nord, comme s’y est engagée la Chambre des communes à la demande du Bloc Québécois.

« Nous allons continuer de talonner le fédéral pour que nos producteurs laitiers obtiennent les compensations qu’ils méritent. Mais n’oublions jamais que ce que nos producteurs voulaient au départ, ce n’était pas des indemnisations. C’était tout simplement que Trudeau  tienne parole et ne les abandonne pas dans le libre-échange. Encore une fois, les Québécois font les frais des décisions prises à Ottawa par un ordre de gouvernement qui se moque de nos besoins et priorités », a conclu Luc Thériault.

Photo courtoisie

Ruth Ellen Brosseau et son équipe convient tous les citoyens de Berthier-Maskinongé à venir les rencontrer dans le cadre de deux cafés- rencontres, soit le mercredi 14 novembre au bureau de Louiseville et le jeudi 15 novembre au bureau de Lavaltrie.

« En tant que députée de Berthier-Maskinongé, la proximité et l’écoute sont des priorités pour moi et c’est pourquoi je suis ravi d’ouvrir les portes de mes bureaux de Louiseville et Lavaltrie pour accueillir les citoyens et citoyennes de la circonscription. C’est important pour moi de connaitre leurs préoccupations afin de pouvoir bien les représenter à Ottawa », a déclaré Ruth Ellen Brosseau.

De plus, du café et de délicieux biscuits vous seront offerts sur place.

Objet : Café-rencontre avec votre députée

Date : 14 novembre 2018

Heure : 17h à 19h

Endroit : Bureau de Louiseville, 343 Ave Saint-Laurent J5V 1K2

Objet : Café-rencontre avec votre députée

Date : 15 novembre 2018

Heure : 17h à 19h

Endroit : Bureau de Lavaltrie, 985-local D, rue Notre-Dame, J5T 1R4

Plus d'une soixantaine de personnes ont pris part, le 29 novembre dernier, au restaurant Au Poulet nouveau, à Mascouche, au cocktail de financement du Bloc Québécois dans Montcalm.

L'orateur invité était Yves-François Blanchet. Rappelons que ce dernier a annoncé qu’il briguait la direction du Bloc Québécois. « Parce qu’il jouit d’une importante notoriété, parce qu’il inspire confiance par ses propos mesurés qui rassemblent les québécois autours des grands enjeux, Yves-François Blanchet a tout mon soutien » a déclaré Monsieur Thériault.

Plusieurs maires et conseillers municipaux provenant des 12 municipalités faisant partie de la circonscription de Montcalm étaient présents.

Photo Guy Latour

Le Bloc Québécois a annoncé, le 5 novembre dernier, le lancement officiel du chantier de Refondation, une réflexion mettant sur la table un renouvellement complet du programme, des statuts et des règlements du parti.

L’invitation est lancée à toute personne pour qui il est nécessaire de promouvoir les intérêts des Québécois et de démontrer concrètement la nécessité de l’indépendance. Tous sont appelés à constituer le programme du seul parti qui soutiendra  les consensus  québécois sans   compromis avant, pendant et après les prochaines élections.

« On peut toujours compter sur les jeunes pour nous connecter sur le monde et c’est à l’initiative du Forum Jeunesse que le Bloc Québécois entreprend une grande consultation ouverte à toute la population qui devient membre du chantier en vue du congrès national. C’est une Refondation pour notre parti, mais c’est surtout une occasion extraordinaire de prendre le pouls des Québécois à moins d’un an des élections », a déclaré Gabriel Ste-Marie, député de Joliette.

« La Refondation, c’est une chance inédite pour l’ensemble des indépendantistes de créer le grand lieu de rassemblement dont on a besoin. Trop souvent, ce sont les partis qui ont dit à la population ce qu’il fallait faire. Cette fois, ce sont les citoyens qui vont développer leur parti, un parti issu du monde et réellement populaire », a renchéri M. Ste-Marie.

« Le Bloc Québécois est une force politique extraordinaire pour le Québec, le seul parti à Ottawa qui est voué exclusivement aux intérêts des Québécois et le seul qui peut quotidiennement faire la démonstration de la nécessité de l’indépendance. Il est essentiel de parler avec les Québécois et surtout de les écouter et c’est ce que nous commençons dès aujourd’hui jusqu’au congrès de Refondation de février », a conclu Gabriel Ste-Marie.

Tous les détails sont en ligne à l’adresse refondation.quebec

Photo d'archives

Votre députée fédérale, Ruth Ellen Brosseau vous invite à joindre son assemblée publique téléphonique le 5 décembre prochain à 18h.

Vous recevrez un appel le jour même à 18h qui vous permettra de rejoindre l’évènement et de poser vos questions dans le confort de votre salon. Si jamais vous manquez l’appel,  vous pourrez toujours participer à  la  discussion en composant le 1-877-255-5810 et en entrant le code d'identification 112621.

Lors de cette assemblée publique téléphonique, vous aurez l’occasion de discuter et de poser vos questions à Mme Brosseau, ainsi qu’au porte-parole en matière d’environnement et de changements climatiques et lieutenant du NPD au Québec, Alexandre Boulerice. D’ailleurs, les thèmes abordés lors de l’assemblée téléphonique seront l’environnement et les changements climatiques.

« Alexandre  et  moi  avons  bien  hâte  d’interagir  avec  les  citoyens  et  les citoyennes le 5 décembre prochain. Je sais que la protection de nos cours d’eau, la réduction de nos émissions à effet de serre et la création d’emplois dans les énergies vertes sont tous des enjeux qui préoccupent grandement les gens de Berthier-Maskinongé », a déclaré Ruth Ellen Brosseau.

Objet : Assemblée publique téléphonique

Date : 5 décembre 2018

Heure : 18h à 19h30

 

 

 

 

 

 

– 30 –

 

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec : Maxime Perreault-Varin, adjoint législatif: 613-992-5681 ou Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Photo Guy Latour

À moins d’un an des élections fédérales, le député du Bloc Québécois (BQ) dans Joliette, Gabriel Ste-Marie, est très intéressé à solliciter un second mandat.

« Être député, c’est un sport extrême mais c’est très stimulant. Je veux continuer à participer à la refondation du Bloc Québécois », a-t-il déclaré en entrevue exclusive au Lanauweb, le 29 octobre, à son bureau de comté.

La réflexion de celui qui a été élu lors des élections du 19 octobre 2015 devrait être terminée au printemps prochain, une fois l’élection d’un nouveau chef pour le Bloc.

« Il y a encore beaucoup de choses à accomplir, comme le Forum Jeunesse, la course à la chefferie et l’élection du chef. Après ça, on va commencer à penser aux assemblées d’investiture », a-t-il poursuivi.

Pour ce qui est du prochain chef, Gabriel Ste-Marie croit que celui-ci devra être une personne d’envergure et il devra se faire connaître jusqu’à l’élection de l’automne prochain.  « C’est une belle opportunité qui s’offre à notre parti. Le prochain chef devra mettre le Bloc au centre des débats au Québec », croit-il.

Seul parti à défendre les intérêts du Québec

Malgré la cuisante défaite du Parti Québécois lors de l’élection générale du 1er octobre dernier et les nombreuses crises vécues par le Bloc Québécois, au cours des dernières années, Gabriel Ste-Marie demeure convaincu que le BQ a encore sa place à Ottawa.

« Depuis la réunification de tous les députés indépendantistes, en septembre dernier, il y a une réforme en profondeur du BQ.  Ça va nous permettre de nous renouveler », a-t-il déclaré.

Il a tenu à rappeler que le Bloc est le seul parti à défendre les seuls intérêts du Québec, tout le temps et sans compromis.

Il cite en exemple la défense des agriculteurs dans le cadre de la renégociation de l’ALÉNA (motion proposée par M. Ste-Marie et adoptée à l’unanimité à la Chambre des Communes qui s’engage à compenser financièrement les producteurs d’œufs, de volaille et de lait, pour toutes les pertes subis dans les trois accords commerciaux, l’environnement (développement d’une économie plus verte et positionnement contre le projet d’Énergie Est), la radiation du prêt de 2,6 milliards$ à Chrysler, etc.

Tout en faisant un bilan décevant des trois premières années du gouvernement Trudeau, Gabriel Ste-Marie a tenu à souligner la collaboration des ministres fédéraux pour le traitement de cas des citoyens et des entreprises du comté.

« Au cours des prochaines semaines, je vais continuer ma tournée des municipalités du comté. Mon bureau mobile s’arrêtera à Notre-Dame-de-la-Merci, Entrelacs et Saint-Donat le 13 novembre prochain », a-t-il conclu.

Photo courtoisie

Le 18 novembre dernier s’est tenue l’Assemblée générale  annuelle du Bloc Québécois de Joliette à L’Annexe à Roland. 

Nous sommes heureux que les dix députés soient de nouveau réunis au Bloc Québécois ! » a déclaré le président du Bloc Québécois, Yves Perron, qui s’était déplacé pour l’occasion. 

Nous sommes enthousiastes pour la suite des choses ! La Refondation va nous permettre de se réunir à nouveau et de consolider nos idées, afin de continuer de défendre les intérêts du Québec. Et dans le cadre de la course à la chefferie, des candidatures de qualités vont certainement s’annoncer bientôt » a-t-il poursuivi.

Ce rassemblement a entre autres permis de renouveler le conseil exécutif, mélangeant expérience et sang neuf. Le président sortant du Bloc Québécois de Joliette, M. Thomas Grégoire, est fier de préserver la présidence pour un troisième mandat de suite. 

Après l’Assemblée générale, s’enchaînait une présentation sur la Refondation du Bloc. Les membres ont été invités à former un comité pour se pencher sur le nom, le programme et les statuts et les règlements de leur formation politique. Le comité présentera ses propositions lors de la prochaine assemblée, le lundi 14 janvier à 18h à la Brûlerie du Roy. Les citoyens et citoyennes intéressé(e)s par la Refondation et qui ne sont pas membres sont également invité(e)s à participer à ce projet en laissant leurs idées sur le site internet Refondation.quebec. 

« La Refondation va permettre à notre formation politique de se renouveler et de pouvoir entamer la prochaine campagne électorale avec énergie » a conclu, M. Ste-Marie.

Photo courtoisie

Le député du Bloc Québécois, Luc Thériault, a demandé au gouvernement fédéral d’annuler tous les contrats de vente d’armes du Canada à l’Arabie Saoudite.

 

À la suite de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi dans le consulat saoudien en Turquie, il apparaît désormais inconcevable pour le député de Montcalm de continuer à vendre des armes à ce régime meurtrier.  

  

« Des coups de fouet à Raïf Badawi, ça n’empêche pas le Canada de faire des affaires. Pas plus que l’emprisonnement de femmes qui défendent leurs droits, pas plus que la mort de civils au Yémen, pas plus que l’assassinat d’un journaliste dans un consulat. Mais qu’est-ce que ça va prendre de plus à ce gouvernement pour mettre fin à ces contrats? », a demandé le leader du Bloc Québécois. 

  

« Dans les faits, en armant ce régime qui flagelle des blogueurs et qui assassine des journalistes, le gouvernement de Justin Trudeau se fait complice des gestes posés par le gouvernement d’Arabie saoudite. Il faut faire preuve de courage et envoyer un message clair : Ottawa ne doit pas réviser les contrats de vente d’armes, il doit les annuler », a conclu Luc Thériault.

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit d'abonnement par e-mail pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.