Photo courtoisie

 

Gabriel Ste-Marie, député de Joliette, a dénoncé le dernier budget du gouvernement Trudeau, qui conclut un mandat entier à des micromesures, sans plan de retour à l’équilibre budgétaire et sans vision.

 

« Les libéraux annoncent des sommes, mais ils n’ont rien budgété parce qu’ils n’ont ni entente ni échéancier. Nos agriculteurs ne verront pas un sou avant les élections de cet automne. Rien non plus pour soutenir les entreprises qui en arrachent à cause des tarifs américains sur l’aluminium. Pas d’annonce concernant quelque infrastructure majeure que ce soit. Et qu’on ne retienne pas son souffle en région concernant l’Internet haute vitesse : Ottawa vise y parvenir, mais pas avant 2030. C’est simple : Ottawa ne répond pas aux demandes du Québec », a dénoncé M. Ste-Marie.

 

Régions

 

« Les mesures des libéraux en matière de formation de main-d’œuvre ne répondent pas aux besoins des régions. Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre et de plein emploi, ce n’est pas de formation dont on a besoin, c’est des travailleurs qualifiés, et il n’y a rien dans le budget pour les attirer en régions. En ce qui concerne l’assurance-emploi, le suspense demeure entier pour les travailleurs saisonniers, car aucune mesure permanente ne vient combler le trou noir dans les prestations.

 

Solidarité sociale

 

« Les Québécoises et les Québécois veulent que leur argent serve leurs priorités. Mais Ottawa refuse d’augmenter les transferts en santé et en éducation, qui sont pourtant les priorités bien connues du Québec. Pour ce qui est de l’assurance-médicaments, l’une des mesures phares de ce budget, les citoyens ne peuvent espérer recevoir le moindre service du fédéral avant 2023. C’est une mesure à saveur électorale qui ne vise pas la population québécoise, car nous avons déjà un régime d’assurance-médicaments. Nos besoins sont complètement ignorés », a déclaré M. Ste-Marie.

 

Environnement

 

« La marche du 15 mars dernier, où 150 000 personnes ont descendu dans les rues de Montréal et près de 200 à Joliette pour manifester l’inaction des gouvernements en matière d’environnement, témoigne  de  la  préoccupation  grandissante  des  jeunes  envers  les  changements  climatiques. Et pourtant, Ottawa continue de subventionner les énergies fossiles comme si les changements climatiques n’existaient pas. Les libéraux instaurent une taxe carbone dans le reste du Canada, mais plutôt qu’investir les profits dans les énergies vertes, ils s’engagent à reverser l’argent perçu aux pétrolières souhaitant polluer moins. « Certes, le Bloc québécois est en faveur d’une subvention à l’achat de véhicules électriques, mais nous sommes aussi en faveur d’une plus grande cohérence de la part du gouvernement en matière d’environnement. Il faut  réduire notre dépendance aux énergies fossiles, et pour cela il faut un plan clair et audacieux, ce que le gouvernement Trudeau n’a pas présenté hier », a fait valoir Gabriel Ste-Marie.

 

Économie

 

« Toutes les sommes en infrastructure restent bloquées parce qu’Ottawa refuse de transférer en bloc au Québec ce qui lui est dû. En plus, il a rajouté des critères dans le fonds de la taxe sur l’essence, le seul programme qui fonctionnait bien pour nos municipalités. Rien concernant la restructuration de la stratégie navale pour que le Québec obtienne sa juste part pour le Chantier Davie. Pas un seul mot sur l’aéronautique, l’industrie manufacturière la plus importante du Québec. Et pour ce qui est de nos créatifs en arts et culture, ils demeurent à la merci de la bonne volonté des géants du Web : les libéraux ne leur demanderont pas de percevoir la taxe de vente ni aujourd’hui ni s’ils sont réélus. Ce budget ne sert pas le Québec », a déploré le député fédéral de Joliette.

 

« Qu’est-ce qu’on retrouve dans ce budget? Des micromesures, sans plan à l’équilibre budgétaire. Le Québec a besoin de représentantes et de représentants qui défendent ce que le Québec veut, pas ce qu’Ottawa décide unilatéralement de prioriser. Et ce que le Québec veut, le Bloc le veut », a déclaré le député fédéral de Joliette.

 

 

 

Photo courtoisie

Le Bloc Québécois de Montcalm s’est illustré lors du Congrès national du Bloc Québécois qui s’est tenu en fin de semaine à Sorel-Tracy. La délégation, qui comptait notamment en ses rangs le député Luc Thériault, la présidente Monique Gagné et l’avocat en immigration et conseiller municipal de Mascouche, Stéphane Handfield, s’est illustrée de diverses manières.

En tant que Leader parlementaire de la formation politique, Luc Thériault a fait au nom de ses neuf collègues députés du Bloc le rapport de l’aile parlementaire. « Nous sommes dix. Ils sont 328. Dix députés à Ottawa qui ne font aucun compromis quand vient le temps de défendre les intérêts des Québécoises et des Québécois. Dix députés qui, entre les intérêts du Canada et ceux du Québec, n’hésitent jamais. Nous, c’est le Québec et le Québec seulement. C’est ça, le Bloc Québécois. Dix députés face à 328. Ce qu’on veut, c’est ce que le Québec veut. Parce que ce que le Québec veut, le Bloc le veut. » a déclaré à cette occasion Luc Thériault.

Monique Gagné, présidente de l’exécutif du Bloc Québécois de Montcalm s’est pour sa part fait élire au Bureau national du parti qui en est, en quelques sortes, le Conseil d’administration. « Je suis une indépendantiste depuis longtemps, une fervente bloquiste, probablement depuis la fondation du parti. Je sais que nous pouvons faire élire entre 20 et 30 députés à la prochaine élection et j’ai l’intention de contribuer à faire ce qu’il faut pour y arriver » a-t-elle déclaré dans son discours prononcé devant les Bloquistes provenant des quatre coins du Québec.

À l’issue du Congrès, Luc Thériault s’est dit ravi de sa fin de semaine : « Notre parti est uni et soudé. On a l’énergie qu’il faut pour se faire entendre à Ottawa et faire bouger les choses en faveur du Québec » a-t-il conclu. 

Courtoisie

À  l’occasion  de  la  Journée  internationale  des  droits  des femmes qui avait lieu le 8 mars dernier, le chef du  Bloc québécois, Yves-François  Blanchet, a lancé un  appel  aux candidatures féminines en vue de l’élection du 21 octobre 2019 et s’est engagé à collaborer avec le Groupe Femmes, Politique et Démocratie afin d’offrir davantage de ressources aux potentielles intéressées à se lancer en politique.

 

« Le Bloc québécois est un parti d’idées et de valeurs, et tout en haut figure l’égalité entre les femmes et les hommes. Je désire avec passion que le Bloc offre aux Québécoises et aux Québécois une équipe de candidates et de candidats qui respectera ce qu’il convient d’appeler la ʺ zone de parité ʺ, dans le respect de la volonté des aspirants et de la démocratie propre à notre formation politique. Une collaboration du Groupe Femmes, Politique et Démocratie permettra d’accompagner les candidates en réflexion ou qui décident de s’engager parmi nous pour changer la politique et bâtir un pays à la hauteur de nos convictions », a déclaré M. Blanchet.

 

Le chef du Bloc québécois invite toutes les femmes qui ont envie de s’engager politiquement pour le Québec, ses intérêts et sa souveraineté, mais qui ont des questions et des doutes, à communiquer avec le Groupe Femmes, Politique et Démocratie. Cet organisme d’éducation à la citoyenneté pourra, en toute confidentialité et de manière complètement indépendante du parti, les aider dans leur réflexion. Le responsable des dossiers de candidatures au Bloc québécois informera systématiquement les femmes candidates ou en réflexion de l’existence de cette ressource.

Photo courtoisie

Gabriel Ste-Marie, député de Joliette a présenté ses attentes prébudgétaires  au gouvernement Trudeau  pour répondre aux priorités du Québec en ce qui concerne l’économie, le développement régional, l’environnement, et la solidarité sociale.

« Les conservateurs vont demander au gouvernement de dépenser moins. Le NPD va demander au gouvernement de dépenser sans compter. Nous, ce qu’on demande à Ottawa, c’est de dépenser mieux. Au fil de nos rencontres, nous avons constaté que le Québec veut des mesures pour soutenir la créativité des Québécois en technologies de pointe. Le Québec veut des régions redynamisées. Le Québec souhaite qu'Ottawa lui donne les moyens de faire son virage vert, qui représente chez nous la prospérité et non pas une dépense. Et finalement, au Québec, on se serre les coudes. On veut que l’argent de nos impôts serve efficacement pour soutenir nos travailleurs et nos aînés, pour renflouer nos systèmes de santé et d’éducation », a déclaré M. Ste-Marie.

Ce qui relève du fédéral : Ottawa doit faire mieux

« Ottawa ne livre pratiquement aucun service à la population, mais il trouve quand même le moyen de le faire mal. Le Québec veut un programme d’assurance-emploi accessible à tous les travailleurs qui en  ont  besoin  et  l’élimination permanente  du trou noir  pour  les  travailleurs  saisonniers. Le Québec veut qu’aucun aîné ne soit laissé dans la pauvreté et qu’on bonifie le Supplément de revenu garanti. Les régions du Québec veulent des ports, des quais et des aéroports fonctionnels à partir desquels  elles  pourront  prendre  leur  place  dans  les  circuits  commerciaux  internationaux.  Elles veulent l’Internet haute vitesse partout sur le territoire d’ici cinq ans : c’est un minimum. Le Québec veut sa juste part de la stratégie de construction navale, une arnaque historique qui prive l’industrie québécoise de milliards en contrats fédéraux et qui met en danger la survie du Chantier Davie et ses fournisseurs.  Ottawa  devra  également  compenser le Québec pour toutes les dépenses liées à l’accueil des migrants », a déclaré le député fédéral de Joliette.

Rendre le Québec plus libre

« Le Québec veut un rapport d’impôt unique administré par Revenu Québec. Le Québec veut aussi plus d’autonomie pour investir l’argent des impôts dans ses propres programmes mieux adaptés aux besoins de la population. Ottawa doit hausser ses transferts en santé et en éducation, en plus d’envoyer directement et sans condition à Québec les fonds dédiés au logement social et à la lutte à l’itinérance. C’est Québec qui a l’expertise pour décider comment investir dans ces domaines », a fait valoir M. Ste-Marie.

 

 

 

 

Politique économique : tabler sur nos forces

« Ottawa doit investir pour accélérer le virage vert au Québec plutôt qu’accélérer la production de pétrole dans l’Ouest. Il faut prioriser l’électrification des transports et les énergies renouvelables. Ottawa doit également en faire davantage pour les sièges sociaux québécois. Ottawa doit laisser tomber son projet nuisible de commission pancanadienne des valeurs mobilières, intervenir pour empêcher les prises de contrôle étrangères et favoriser la relève dans les PME. Il doit également réaliser le niveau extraordinaire de créativité dans nos entreprises. Nous lui demandons de soutenir nos jeunes pousses en technologies de pointe et de développer une politique de l’aérospatiale en appui à notre plus importante industrie manufacturière », a poursuivi Gabriel Ste-Marie.

Permettre à nos régions de développer leur plein potentiel

« L’argent de nos impôts doit servir à stimuler l’économie des régions. Il faut créer de l’emploi et encourager la main-d’œuvre à s’installer hors des grands centres. Ottawa doit cesser de brader les parts de marché des producteurs agricoles québécois dans le libre-échange et indemniser les producteurs sous gestion de l’offre pour les pertes déjà inévitables. Ottawa doit investir pour moderniser l’industrie forestière au Québec et lui permettre de se projeter dans l’avenir dans un contexte d’économie verte.  Et Ottawa doit défendre nos travailleurs contre le protectionnisme américain. Nous n’accepterons pas la ratification de l’ACEUM tant que les tarifs injustifiés sur l’acier l’aluminium, le bois d’œuvre et le papier journal ne sont pas éliminés », a déclaré le député fédéral de Joliette.

« Nous avons ratissé large dans nos consultations et avons réalisé que des thèmes communs reviennent sans cesse. Le Québec veut qu’Ottawa prenne  ses responsabilités lorsque c’est à lui d’intervenir ; qu’il laisse au Québec l’espace et la liberté dont nous avons besoin pour réaliser notre potentiel ; qu’il laisse les gens sur le terrain au Québec faire leurs choix selon leurs besoins plutôt que s’imposer dans toutes les décisions. Ce sont des demandes raisonnables. Et ce que le Québec veut, le Bloc le veut », a conclu M. Ste-Marie.

Le détail des attentes budgétaires présentées par le Bloc québécois est disponible pour consultation à l’adresse suivante : https://bit.ly/2u7grjt

Courtoisie

C'est le 10 mars prochain que Luc Thériault deviendra le candidat officiel du Bloc Québécois dans Montcalm pour les prochaines élections fédérales qui auront lieu le 21 octobre 2019. Celui-ci sollicite un deuxième mandat à titre de député fédéral. Il avait auparavant siégé à titre de député du Parti Québécois dans le comté de Masson de 2003 à 2007.

« Notre député joui d'un vaste appui de la part des membres et de la population. Lors de notre assemblée générale annuelle, sa candidature a été appuyée à l’unanimité », a confirmé Monique Gagné, présidente de l’exécutif du Bloc Québécois de Montcalm.

« En plus de travailler comme un forcené à Ottawa, c'est un député très présent dans la circonscription.  Il défend le Québec et Montcalm comme peu de politiciens sauraient le faire. C’est un homme de tête, au grand coeur » a poursuivi Monique Gagné.

Plusieurs invités surprise prendront la parole lors de l'évènement où toute la population de Montcalm est conviée.

L’investiture aura lieu le dimanche 10 mars à 14h, à l’école du Coteau, située au 2121 rue de l’Alizé à Mascouche.

 

Photo courtoisie

Le 14 mars, le chef néo-démocrate, Jagmeet Singh, a annoncé des changements au sein du caucus du NPD. Du même coup, il a annoncé la nomination de Ruth Ellen Brosseau, députée de Berthier-Maskinongé, à titre de Whip pour le Nouveau Parti démocratique à la Chambre des communes.

« Tout d’abord j’aimerais remercier ma collègue d’Hochelaga, Marjolaine Boutin-Sweet, pour son travail exceptionnel lors des trois dernières années et demie dans son rôle de Whip pour notre équipe néo-démocrate. Pour ma part, c’est un vote de confiance exceptionnel et un honneur d’avoir été nommé Whip pour le NPD. Je suis enthousiaste de débuter dans mon nouveau rôle à la Chambre des communes », a déclaré Mme Brosseau.

Pour la députée de Berthier-Maskinongé, cela représente de nouvelles responsabilités. En tant qu’officière parlementaire, elle jouera un rôle primordial dans la planification des travaux en Chambre, ainsi que dans les décisions liées à l’agenda législatif. De plus, elle devra assurer la cohésion du caucus NPD et le bon fonctionnement du Parti à la Chambre des communes.

En terminant, elle précise qu’elle continuera à jouer un rôle au sein des dossiers agricoles  puisqu’elle  conserve le rôle de porte-parole adjointe en matière d’agriculture. « Je suis fière de dire que je serai encore une voix forte pour les fermes familiales, de pouvoir défendre notre système de gestion de l’offre, ainsi que les intérêts agricoles de ma région, du Québec et du Canada », a conclu la députée.

Photo courtoisie

À l’occasion  du premier  passage de Yves-François Blanchet dans Lanaudière à titre de chef du Bloc Québécois,  Yves Perron, président du parti, et Gabriel Ste-Marie, député fédéral de Joliette, ont réitéré que leur formation politique est la mieux placée pour représenter les intérêts des Lanaudois.

«  Seul le Bloc Québécois porte sans compromis la voix de nos concitoyens en ce qui concerne l’environnement, la langue française et le développement de l’économie régionale. Nous avons été les alliés les plus efficaces de nos producteurs de lait. Les valeurs du Bloc sont celles des gens de chez nous. C’est pourquoi en cette année électorale, j’invite Lanaudière à se donner une plus grande force de frappe en élisant un maximum de députés qui travaillent exclusivement pour le Québec et pour notre région », a déclaré M. Perron.

La visite de M. Blanchet s’inscrivait dans le cadre de sa tournée nationale sur le thème :« Ce que le Québec veut,  le Bloc le veut ». Le chef du Bloc Québécois,  M. Perron  et M. Ste-Marie ont participé à des activités de financement en compagnie de Mme Véronique Hivon, députée de Joliette à l’Assemblée nationale.

La journée a débuté en matinée aux côtés d’environ 80 militants au restaurant la Porte de la Mauricie, à Yamachiche, dans le comté de Berthier-Maskinongé. Par la suite, M. Blanchet a rejoint plus de 60 militants qui avaient bravé le mauvais temps pour se réunir au Château Joliette afin de discuter d’union des forces souverainistes.

« C’est un honneur de représenter les gens de la circonscription de Joliette à la Chambre des communes, des gens de fierté et de coeur ! Nous travaillons fort pour mériter à nouveau leur confiance lors des élections du 21 octobre  prochain, mais nous avons aussi bon espoir de faire un gain dans Berthier-Maskinongé », a conclu Gabriel Ste-Marie.

Photo courtoisie

« C’est avec beaucoup  de fierté que j’annonce qu’une  somme de 99 675 $ sera versée à des organismes de la région qui soutiennent les aînés », a déclaré le député fédéral de Joliette, M. Gabriel Ste-Marie.

Cet investissement découle du programme Nouveaux Horizons pour les aînés (PNHA). Chaque année, les organismes sont invités à soumettre une demande de financement communautaire du PNHA au moyen d’un appel de propositions. Le programme souhaite entre autres renforcer l’autonomie des aînés et leur permettre de devenir des membres actifs de leur communauté.

Le financement du projet annoncé aujourd’hui a été approuvé à la suite d’un appel de propositions qui a été lancé le 7 mai dernier et qui a pris fin le 22 juin 2018.

« J’invite tous les organismes de la région qui soutiennent les aînés à ne pas hésiter à déposer une demande » a ajouté le député.

Lorsque le programme ouvrira à nouveau ce printemps, M. Gabriel Ste-Marie rappelle que son bureau est disponible pour encadrer les organismes qui souhaitent déposer une demande.

Photo courtoisie

 

 

Luc Thériault, député fédéral de Montcalm, annonce qu’il souhaite un nouveau mandat.

 

« C’est avec la même fierté et la même détermination que lors de mon élection d’octobre 2015 que je demande aux gens de Montcalm de me donner un deuxième mandat pour continuer à porter leur voix à la Chambre des communes.

 

C’est un honneur de représenter les gens de Montcalm, une circonscription qui  comprend les villes de Mascouche (MRC Les Moulins), de L’Épiphanie (MRC de l’Assomption) ainsi que les 10 municipalités de la MRC de Montcalm (Saint-Alexis, Saint-Calixte, Saint-Esprit, Saint-Jacques, Sainte-Julienne, Saint-Ligori, Saint-Lin, Sainte-Marie-Salomé, Saint-Roch-de-l’Achigan et Saint-Roch-Ouest). Ce sont plus de 124 000 citoyens pour qui je travaille et pour lesquels je me suis tenu debout pour faire entendre leur voix, défendre leurs intérêts et défendre leurs valeurs sans compromis au cours des quatre dernières années.

 

En face de nous, on a un gouvernement soutenu par 40 députés du Québec dont certains sont ministres ! Eux, ils n’ont eu aucun scrupule à suivre la ligne du parti libéral et à faire des compromis sur le dos du Québec.

 

Ce que j’ai aussi pu constater c’est que Libéraux et Conservateurs, c’est du pareil au même. Dans plusieurs dossiers les Libéraux ont poursuivi les politiques du gouvernement Harper. Et ce, tant en matière environnementale que dans les paradis fiscaux et dans à peu près tous les dossiers !

 

On l’a encore vu quand les troupes de Justin Trudeau et d’Andrew Sheer se sont entendues pour refuser de faire le débat afin que les immigrants s’installant au Québec aient une connaissance suffisante du français.

 

Nous, du Bloc Québécois, avons quand même réussi à faire des gains, notamment pour l’inscription automatique des aînés au supplément de revenu garanti et ce, dès notre arrivée à la Chambre des communes en 2016.

 

On a réussi à faire reculer le gouvernement qui s’apprêtait à saccager la loi québécoise sur la protection des consommateurs. On a aussi contribué à la mobilisation avec l’ensemble des groupes environnementaux, les municipalités et les MRC contre le  projet Énergie Est. Et contrairement aux vieux partis fédéralistes, nous on a été contre ce projet avant, pendant et après les élections.

 

De plus, on a fait la lutte aux paradis fiscaux, pour plus de justice fiscale. Mais ça été refusé par les Libéraux et les Conservateurs, ce qui est indécent quand on sait que les banques font des milliards à tous les trimestres en envoyant de l’argent dans ces paradis fiscaux. 

 

Moi, je suis fier d’être un député du Bloc Québécois parce que je ne fais pas  de compromis sur le dos du Québec pour avoir des votes dans l’Ouest, en Ontario ou dans les Maritimes. Je me tiens debout !

 

Je me représente devant la population après avoir travaillé à m’en arracher le cœur et je suis confiant que les électeurs se reconnaissent dans mes gestes et mes paroles quand je porte leur voix à Ottawa. J’ai sillonné Montcalm sans relâche au cours des dernières années et j’ai tissé des liens avec les gens de chez nous, des liens de complicité et de profonde confiance. Je souhaite qu’ils expriment cette confiance le 21 octobre prochain afin qu’ils me fassent à nouveau l’honneur d’être leur député, un député qui ne cessera jamais de démontrer que le fédéralisme canadien nuit à l’épanouissement individuel et collectif des Québécois» a déclaré Luc Thériault pour l’occasion ».

 

Courtoisie

C’est lors de l’assemblée d’investiture qui avait lieu le dimanche 10 mars, que Luc Thériault fut désigné candidat du Bloc Québécois dans Montcalm en vue des élections d’octobre 2019.

Plus de 120 personnes se sont déplacés à l’école du Coteau de Mascouche malgré une autre tempête hivernale où plusieurs députés du Bloc et élus municipaux de la circonscription étaient présents.

Dans son discours, Luc Thériault a réitéré que : « les Québécois méritent des élus qui travaillent pour eux. Aucun compromis pour des votes dans l’Ouest, en Ontario ou dans les Maritimes, comme le font tous les partis fédéralistes ! Au Bloc Québécois, on se tient debout à Ottawa pour porter les consensus de l’Assemblée nationale puisque pour nous, c’est le Québec d’abord, le Québec tout le temps ». a conclu Luc Thériault.

 

Photo courtoisie

Le programme Nouveaux Horizons pour les aînés (PNHA) est un programme fédéral de subventions et de contributions qui appuie les projets dirigés ou proposés par des aînés qui ont une influence positive sur la vie des autres dans leur collectivité.

Chaque année, des organismes de partout au Canada sont invités à présenter une demande de financement du PNHA dans le cadre d'un appel de propositions pour des projets communautaires qui favorisent l'inclusion sociale et la participation des aînés dans tous les aspects de la société.

Au total, ce sont sept projets qui ont reçu des fonds via le Programme Nouveaux Horizons pour les aînés et qui permettront à des organismes du milieu d’améliorer leurs installations et par le fait même leurs activités. « Je suis fière des organismes de mon comté qui mettent en place des évènements et des activités qui permettent de conserver l’autonomie des aînés », a déclaré Ruth Ellen Brosseau.

Voici la liste des projets approuvés dans Berthier-Maskinongé totalisant 122 936$ :

Club de l’âge d’or de Saint-Etienne-des-Grès : L'organisme va acheter de nouvelles tables afin de maintenir les activités de rencontre et de jeux offerts aux aînés. 3 403 $

Club  FADOQ  Saint-Mathieu-du-Parc : L’organisme achètera un service de couverts réutilisables afin de maintenir la participation des aînés aux repas communautaires tout en leur permettant de briser l’isolement. 3183 $

Club de l’âge d’or de Saint-Ursule de Maskinongé : L'organisme changera le panneau électrique et achètera un four à convection, un congélateur et du matériel de cuisine afin de maintenir la préparation des repas communautaires par les aînés bénévoles.  25 000 $

Centre communautaire de Maskinongé :  L'organisme rénovera les toilettes et changera les comptoirs et lavabos pour les rendre accessibles aux aînés à mobilité réduite et leur permettre de participer aux rencontres et soirées pour aînés. 25 000$

La Maison des aînés de Lavaltrie :  Les aînés engagés auprès de l’organisme mettront sur pied des comités des aînés et comités intergénérationnels qui organiseront des conférences et des activités sociales et de musique pour aînés :  24 873 $

Bibliothèque municipale de Saint-Boniface : L’organisme rénovera le plancher et changera le recouvrement afin d'assurer la sécurité de l’équipe de bénévoles aînés et faciliter les activités culturelles avec les jeunes et les aînés : 24 432 $

Âge d’Or de Saint-Thomas-de-Caxton : L’organisme remplacera les fenêtres, le couvre-plancher, les tables et les chaises et achètera un projecteur afin de maintenir les repas communautaires et les rencontres sociales des aînés :  17 045 $

« Ces sommes permettront de développer des projets rassembleurs qui visent à appuyer les organismes et à accompagner leurs membres, tout en permettant à nos aînés de rencontrer d’autres citoyens et de briser leur isolement », a mentionné la députée.

 

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit d'abonnement par e-mail pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.